Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le ferry

20/02/2023 2300 visiteurs 7.0/10 (1 note)

C e titre des Clash n'aurait pas pu être plus approprié pour Max en ce jour : " Should I stay ou should I go ? ". Mais il a fini par choisir : il a laissé Rosa en plan - et enceinte -, ainsi que ses potes musicos. Tout ça pour quoi : une illusion ou une future carrière ? Pensait-il que sa petite famille en devenir ne serait qu'une tierce mineure dans cette chanson qu'est la vie ?

Xavier Bétaucourt propose un scénario mettant en scène un bassiste ambitionnant de percer dans le rock, quitte à tourner le dos à ses amis pour tenter sa chance dans l'Angleterre des années quatre-vingt. Ainsi, se pose la question intemporelle et essentielle ; faut-il tout sacrifier au nom de ses rêves ? Pour cela, le scénariste donne le micro à des acteurs attachants, profondément humains dans leurs doutes et leurs convictions. De par les nombreuses références de l'époque, le lecteur est plongé dans ce milieu avec le procédé alternant flashbacks et présent, pour arriver naturellement à une situation complexe qui conviendra à certains… Et pas à d'autres. L'auteur répond, au final, de très belle manière en montrant que cet objectif personnel se heurte souvent aux attentes sociales traditionnelles telles que la constitution d’une famille classique ou l’obtention d’un emploi stable.

L'ouvrage est composé de chapitres intitulés track, comme sur un album musical. Thierry Bouüaert colore en camaïeu suivant les périodes évoquées dans un style graphique tout à fait dans le ton : semi caricatural, lâché, fin et au rendu assez brut grâce au travail de trame et à l'abondance de détails, il met également beaucoup d'expressivité dans les personnages bien individualisés. Le découpage se révèle plutôt serré, mais l'absence de contour permet aux cases de respirer. Cette lecture très agréable possède indéniablement du caractère.

Une bien belle histoire aux échos universels que ce Ferry, symbole de l'embarquement pour l'incertain, avec toute ses conséquences.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le ferry

  • Currently 3.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 29/09/2023 à 08:01:36

    J’ai vécu les années 80 qui furent parmi les plus belles de ma vie. Cependant, il y a eu différentes façons de les vivre. Certains étaient des fans des Sex Pistols, des Clash ou des Ramones avec la prise de drogues pour encore mieux apprécier cette musique punk rock. Ce n’était pas trop mon genre préférant les hits du Top 50 et notamment Mylène Farmer. Bref, cette époque parlera sans doute à pas mal de lecteur à travers les nombreuses références évoquées ainsi que la culture musicale.

    Le principal protagoniste, à savoir Max, rêve de gloire car il est musicien bassiste d’un groupe amateur de rock. Il laisse tomber sa gentille petite amie pour aller tenter sa chance en Grande-Bretagne à condition de ne pas louper le ferry. La question que son entourage amical se pose est de savoir s’il faut poursuivre les rêves et les chimères. Il faut dire qu’il ne savait pas que sa petite amie était enceinte de lui.

    Même si ce n’est manifestement pas ma tasse de thé ou mes valeurs, je suis parvenu à m’intéresser à cette tranche de vie très bien construite autour de l’arrivée d’un bébé en maternité. Il y a tout de même des thèmes fédérateurs.

    La moralité du final de ce récit est que l’amour parvient tout de même à triompher. C’est assez gentillet car notre héros parvient à réconcilier non sans mal le bonheur personnel et la carrière professionnelle. On sait que la réalité de vie n’est pas aussi simple et qu’on ne peut pas tout avoir.

    En conclusion, un récit d’amour et d’amitié sur fond de musique punk qui réserve une belle part à l’émotion. Une mention spéciale pour un scénario assez bien huilé pour amener le lecteur là où il faut. Le ferry attendra.

    kingtoof Le 21/07/2023 à 22:49:47

    One-shot sympa avec une belle ambiance seventies / eighties.
    L'histoire est bien découpée, bien écrite même s'il y a quelques clichés et pas trop de surprises scénaristiques.

    Olivier Soms Le 02/04/2023 à 18:21:57

    « Le ferry » raconte l’histoire des membres d’un groupe de rock alternatif au milieu des années 1980, passionnés mais non-professionnels, qui se retrouvent à la croisée des chemins : l’adolescence qui les vit se former est déjà loin, ils sont à présent des jeunes adultes confrontés à l’évolution de la vie, aux nécessités financières, et qui doivent décider de leur voie. Bref ils sont en crise sociale et existentielle propre à ce stade, à laquelle s’entremêlent les histoires de couples. Leurs doutes vont se trouver exacerbés par le départ de l’un deux qui s’en va tenter sa chance musicale en Angleterre.

    Bien que ce roman graphique pourrait passer pour un hommage à la musique des années 1980, le thème des choix de vie à l’épreuve de l’amitié est au cœur du récit. À 25 ans, faut-il renoncer à ses rêves pour assurer son quotidien, ou bien les poursuivre à tout prix, ou encore existe-t-il un compromis à trouver ? Tous les personnages amorcent leur réponse et s’engagent dans leur propre voie, non sans déchirement quel que soit le choix effectué. La réflexion qu’ont voulu les auteurs est d’autant plus subtile que chaque acteur de ce tournant existentiel a tord et raison à la fois, qu’il n’y a jamais de certitudes sur l’avenir, et finalement que le bon choix n’existe pas.

    Côté dessin Bouüaert s’est donné à fond dans les détails de l’époque, des vêtements aux chaussures en passant par les objets usuels, les voitures, et même le papier-peint sur les murs ! Son style très fouillé et rock-and-roll convient parfaitement au récit, avec le bémol qu’on a parfois l’impression d’un premier jet, surtout au niveau des positions corporelles. Le scénario de Betaucourt jongle avec les conversations émotionnelles entre les protagonistes, les souvenirs et les confessions qui en découlent.

    Bien qu’ancré dans une époque, qui plus est musicale, « Le ferry » touche par son thème intemporel : celui de la jeunesse qui passe et qui nous oblige à nous positionner pour la suite de la vie. Cette dimension psychologique en fait tout le sel au-delà de la déclinaison des références musicales qui s’adresse à une catégorie de lecteurs connaisseurs.

    Ma cote : 3,5 arrondis à 4/5.