Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le petit monde (Morvan/Terada) 1. Vamos, vamos !

21/11/2005 9475 visiteurs 6.6/10 (7 notes)

U ne nouvelle mode fait fureur parmi les enfants des classes privilégiées de la métropole. Son nom : le Petit Monde. Ce programme informatique permet aux bambins de se payer, le temps d’une nuit, une visite virtuelle des bas-fonds de leur cité. Leur guide, Piedra, est un authentique gamin issu des bidonvilles de ce Petit Monde.
La jeune Kumiko et ses frères ne s’attendaient pas vraiment à rencontrer le garçon « In Real Life ». C’est pourtant dans cette famille de la Ville Haute, dans leur garage précisément, qu’il échouera, fuyant Gaucho et sa bande de désaxés.


Le Petit Monde
est une première à plus d’un titre. Il s’agit tout d’abord du premier album de Toru Terada (à ne pas confondre avec Katsuya Terada). Assistant de plusieurs mangaka, il réalise ici un album d’une grande énergie et, malgré quelques détails caractéristiques, on est loin, très loin du manga "à la française" (s'il a jamais existé ailleurs que dans certaines volontés éditoriales). Terada possède un style qui se démarque nettement de la production européenne – de fait – mais également de la production japonaise. Où un mangaka confirmé aurait eu plus de mal à mettre de côtés ses son expérience et tics graphiques, Terada laisse exploser le carcan naturel de sa culture. Le résultat donne une œuvre métissée, riche de ce que nos deux cultures possèdent de meilleur à offrir.

Cette hybridité se retrouve également dans l’univers quotidien du Petit Monde. Ses voitures sont anglaises, son centre-ville d’inspiration haussmannienne, ses voyous échappés des banlieues apocalyptiques d’Otomo, ses nurses-droïdes aussi émotives que les Tachikomas de Ghost In The Shell, ses bidonvilles brésiliens, sa violence fantasmée à la japonaise et sa trame rend clairement un hommage à Peter Pan, héros créé par l’anglais James M. Barrie. La ruse du scénario ne permet pas d’identifier immédiatement l’emprunt au mythe de la littérature fantastique. Morvan donne à son univers suffisamment de personnalité pour le rendre autonome, et ce n’est qu’après lecture que la référence devient évidente. Jamais elle ne vient parasiter la découverte de cet album haut en couleurs.

Le ton oscille entre une douceur des formes et des ambiances et l’irruption d’une violence très explicite. Les grands yeux humides et les gueules d’anges n’y changent rien, quand un combat s’engage à l’arme à feu, il n’est pas surprenant de voir les crânes éclater et le sang couler à flot. Morvan et Terada tracent les contours d’un Peter Pan plus inquiétant que le héros de Disney, et restituent à l’œuvre originale une part de sa dimension dramatique. On découvre alors en Piedra un jeune voyou mu par l’énergie du désespoir, shooté aux hallucinogènes, sur le point de partager avec ses Kumiko et ses frères la dose qui leur révèlera l'autre côté du miroir.

Le Petit Monde
cache sous une couverture énigmatique un univers riche, différent et à la fois très familier. Il donne à Cosmo, le jeune label de Dargaud, les moyens de ses ambitions : devenir le carrefour des cultures américaines, asiatiques et européennes.

Par Nerhu
Moyenne des chroniqueurs
6.6

Informations sur l'album

Le petit monde (Morvan/Terada)
1. Vamos, vamos !

  • Currently 3.34/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (61 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Christophe C. Le 16/12/2005 à 20:42:39

    Vraiment excellent. L'histoire est bien mennée, rythmée à souhait et le parallèle avec Peter pan saute aux yeux mais il s'agit là d'une version plus dure et futuriste (mais qui sait peut être plus proche de nous qu'on ne le croit) que celle que l'on connait. J'ai été vraiment intrigué par ce monde et ces personnages ainsi que les possibilitées offerte quand à l'évolution de l'histoire. Une chose est sûr c'est qu'on ne sait pas trop où l'on va et toutes les suprises sont possibles.

    Concernant le dessin c'est vraiment un travail de qualité et la mise en couleur est bien choisie. Elle joue d'ailleur un rôle important dans la perception de l'intrigue je pense.