Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le ministère secret 3. Le sphincter de Moscou

05/12/2022 805 visiteurs 4.0/10 (1 note)

]Le sphincter de Moscou est le troisième volet de la série du ministère secret, conçue en partenariat avec Libération.

Le trio de choc du ministère secret doit faire face à un défi de taille : comprendre les Français et leur désamour du système républicain durant la campagne présidentielle. De nombreuses péripéties attendent nos héros, qui seront aidés dans cet album par un autre agent, qui cachait bien son jeu jusque-là : Alexandre Benalla ! De plus, il semblerait bien que la Russie tente de perturber les résultats de l'élection...

Le pitch de départ est tout aussi surprenant que jouissif. Imaginer que nos anciens présidents de la République intègreraient une sorte de service spécial pour maintenir la stabilité du régime, vu les caractères, les lecteurs s'attendent à des moments de clashs et de vacheries en tous genres. Malheureusement, ça ne prend pas dans l’exécution de la tâche. À la lecture de l'album, l'impression qui domine est celle de la blague d'ado non développée. Certains moments qui deviennent drôle puis cela s'essouffle aussi vite que c'est venu. À la relecture, il est même possible de penser qu'il s'agit d'une version graphique d'un jeu de rôle entre potes. Ce sentiment est d'ailleurs étayé par la présence d'une JDR en bonus à la fin de la bande dessinée. Jeu qui est fort bien amené et construit d'ailleurs. Les auteurs sont passionnés et intrigués par ces personnes étranges que sont les femmes et hommes politiques, cela se sent. Des critiques sur certains médias et journalistes sont faites, jamais gratuitement, mais il semble que l'idée phare se résume ainsi : la République est un système, une matrice qu'il faut préserver à tout prix, pour et contre les citoyens. Certains lecteurs pourraient se sentir un peu perdus par ce message. Le rythme du déroulement de l'histoire est assez décousu. La fin tranche par son côté action et surtout par la trouvaille délirante de reprendre la métamorphose d'Actarus pour François Hollande.
Le trait de Mathieu Sapin peut rebuter par son aspect quelque peu brouillon. Néanmoins, il contribue à l'atmosphère particulière de cette série. Un autre style n'irait pas au scénario.

Un album qui fera plaisir aux fans des deux premiers opus, les autres peuvent passer leur chemin.

Par J. Vergeraud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Le ministère secret
3. Le sphincter de Moscou

  • Currently 2.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.3/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bd91130 Le 07/01/2023 à 11:56:02

    Comme dessin de presse, peut-être, à la rigueur. Mais de là à éditer ça en albums ? Un tout petit peu plus de sens et d'intérêt pour ce tome 3 que pour les deux premiers. Un iota. Il va falloir commencer à y réfléchir à deux fois quand c'est marqué Sfar sur la couverture, d'autres auteurs ont su accéder à la notoriété sans s'autoriser ensuite de faire n'importe quoi. Une forme nouvelle de rébellion anti-succès peut-être ?