Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Aristote

28/11/2022 1386 visiteurs 8.0/10 (1 note)

E n 315 avant J.C., à Athènes, Théophraste dirige Le Lycée, l’école péripatéticienne, dite des promeneurs ou des promenoirs. Il succède à Aristote (-384 ; -322) qui avait pour habitude de dispenser ses cours en marchant. Il narre le parcours du petit homme chétif, dont il fut le disciple. En -323, Aristote, le Macédonien, dont le protecteur Alexandre le Grand vient de disparaître, se sent menacé. Depuis des décennies, rivalités et tensions ne cessent de ponctuer les relations entre les Athéniens et la Macédoine. Démophilos et Eurymédon complotent contre lui. Le savant se souvient de la condamnation de Socrate. Il décide de s’exiler à Chalcis, dans une propriété héritée de sa mère. Il se remémore alors son arrivée dans la cité, lorsqu’il avait dix-sept ans, son entrée dans l’académie dirigée par Platon, dont il avait lu auparavant les écrits. La mémoire se met en marche et raconte. Les souvenirs s’entremêlent pour évoquer le parcours d’un individu hors norme, une pensée fondatrice et une période historique agitée.

Le professeur de mathématiques, metteur en scène, chroniqueur et scénariste Tassos Apostolidis et le dessinateur Alecos Papadatos (Logicomix) ont uni leurs passions pour l’Antiquité grecque et la philosophie pour mettre en images et en mots les principes, la personnalité et l’itinéraire d’une des figures les plus marquantes de l’histoire intellectuelle occidentale. Chronologiquement, il apparaît après les présocratiques (terme générique désignant les défricheurs) et Socrate, dont Platon, son élève, a transcrit l’enseignement, le plus souvent sous forme de dialogues. Platon et Aristote se sont connus, opposés, respectés, combattus, laissant à l’humanité deux œuvres qui contribueront largement au développement des idées et des sciences. Aujourd’hui encore, leurs systèmes font référence.

La tâche est ardue et la lecture de l’album est exigeante. En effet, les concepts abordés, le niveau d’abstraction et la masse d’informations diffusées demande concentration et efforts. Ça ne se lit pas comme un épisode des Tuniques Bleues ou une succession de gags de Boule et Bill. Pourtant, le charme opère. D’une part, le récit alterne subtilement leçon philosophique, biographie du protagoniste, épisodes diplomatiques, scènes comiques et situations du quotidien. D’autre part, Papadatos opte pour l’esthétique consensuelle des gros nez, des silhouettes débonnaires, des faciès à l’expression simple, n’ajoutant pas de messages graphiques superflus à un texte déjà dense. Pour peu que le lecteur accepte de fragmenter sa lecture, de prendre son temps, de laisser reposer entre deux épisodes, il prend part à un voyage multiforme et stimulant, qui remet la philosophie au cœur de la société. L’humour est également bien présent ; l’épisode du bordel, au cours duquel Aristote fait un cours à une prostituée est succulent. Les clins d’œil à des classiques de la bande dessinée (Astérix en tête, bien sûr) sont des récréations appréciées.

Entre syllogismes et classifications, fluidité narrative et érudition, démonstrations et scènes cocasses, opposition du monde platonicien des Idées à l’observation aristotélicienne de l’expérience, l’ennui n’a pas de place et le propos est d’une haute tenue, tout au long de ces deux cent seize planches. Le sujet ne doit pas rebuter ; au contraire, il constitue une occasion trop rare de considérer ce qui constitue l’essentiel de l’humain et de son rapport au monde.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Aristote

  • Currently 4.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.