Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Les vieux fourneaux 7. Chauds comme le climat

07/11/2022 1910 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

MONTCOEUR : Un élu de la République agressé !
De notre envoyé exclusif Jean-Eudes de la Poivrière

La fête du Vivre-Ensemble vire au drame !


À Montcœur l’ambiance se voulait festive en ce 1er mai où, le maire, Monsieur Larquebuse, avait convié tous ses administré.e.s à son fameux pique-nique de l’amitié. Les festivités battaient leur plein lorsque, soudain, l’édile fut victime d’une sauvage agression à l’arme blanche. Acte d’une déséquilibrée ou attaque délibérée envers l’une des figures emblématiques du département ? La question reste entière à l’heure actuelle.

Loin de l’agitation des cortèges syndicaux et des exactions des groupes autonomes qui débutent généralement le mois marial, Montcœur semble à son tour prise dans la tourmente des incivilités quotidiennes. Pourtant, rien ne prédisposait cette charmante commune du Tarn-et-Garonne, berceau des établissements Garan-Servier, fleuron de l’industrie pharmaceutique nationale et internationale, à devenir le lieu d’un tel acte de forfaiture. À noter que Berthe (telle se dénommerait la principale suspecte) n’en était pas à son premier coup d’éclat, puisque déjà en 1955, elle avait ruiné les espoirs d’accession en ½ finale de Fédérale 1 de l’Entente rugbystique de Montcœur. Malgré la célérité et le professionnalisme du PSIG qui réussit, après une phase d’âpres négociations, à extraire l’activiste de la ferme où elle s’était retranchée, celle-ci a bénéficié de la mansuétude de l’appareil judiciaire local qui l'a remise en liberté... sans oublier de la mettre en examen ! Doit-on voir là une relation de cause à effet avec l’incendie qui a détruit son exploitation agricole peu après et s’est propagé jusqu’à l’usine du groupe Garan-Servier mitoyenne qui devint la proie des flammes toute la nuit durant, ne laissant subsister, au petit matin naissant, que la désolation de décombres encore fumants ? Geste désespéré d’une femme humiliée publiquement ou action en bande organisée perpétrée à l’encontre d’un industriel dur mais juste qui fit la richesse de la région, là aussi une interrogation demeure faute de réponse ? Toutefois, nos investigations nous amènent également à nous interroger sur la présence équivoque, dans le périmètre du sinistre, de nombreuses personnes en situation irrégulière qui profitent de la crise de main d’œuvre hautement spécialisée que requiert la cueillette des fraises pour faire pression sur nos producteurs locaux.

Désormais la tension est palpable au sein de cette communauté qui, jusqu’ici, se singularisait plus par sa bonhomie que par ses débordements. Aujourd’hui, elle fait la Une des magazines avec une actualité des plus brulantes. Quoi qu’il en soit, la grande solidarité et le pragmatisme légendaire des montcœurien.ne.s devraient rester de mise comme nous le confiaient récemment messieurs Wilfrid Lupano et Paul Cauuet qui depuis plusieurs années s’essayent, dans un vaste travail de sociologie dessinée, à nous faire mieux connaître cette attachante localité et les destinées atypiques, mais au demeurant hautes en couleurs, de certaines de ses figures les plus emblématiques. Si l’insouciance d’antan a définitivement disparu, il subsiste néanmoins un fond de bienveillance qui, allié à la débonnaireté proverbiale des gens du cru pourrait finir par remettre l’église au centre du village !

À ceux souhaitant aller plus loin sur le déroulement exact des faits, nous ne saurions que conseiller la lecture du dossier spécial Chauds comme le climat de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet : un vrai révélateur social qui, avec pertinence et humour, sait mettre en exergue les (gros) travers de notre société.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Les vieux fourneaux
7. Chauds comme le climat

  • Currently 3.72/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Fouras Le 30/11/2022 à 19:27:18

    Une 2eme fois de suite déçu.
    De nouveau des messages politiques passés sans véritable histoire. J'ai par ailleurs assez peu ri...
    je crains que cela ne se reproduise à l'avenir...

    tcdc Le 22/11/2022 à 19:09:19

    Ouf, les Vieux Fourneaux sont de retour en force ! Après un tome 6 que j'avais trouvé décevant, Lupano nous a concocté une histoire qui dénonce à tour de bras, sans que le scénario soit décousu et surtout sans être caricatural. Les problématiques sociétales évoquées sont traitées sans manichéisme, dans toute leur complexité. Une vraie réussite donc !

    Erik67 Le 11/11/2022 à 10:57:06

    Certains attendent la tournée des bredeles pour Noël. D'autres attendent impatiemment les vieux fourneaux. Chacun son truc. En tous les cas, c'est toujours une bonne opération commerciale à destination du grand public.

    Il faut dire que les vieux fourneaux ont même fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Pierre Richard et Eddy Mitchell dans le style d'une comédie à la française sur le mode farce. Il faut dire qu'ils sont plutôt marrants nos petits vieux anarchistes et syndicalistes qui cabotinent joyeusement.

    Ces farfelus se lancent cette fois-ci dans les grandes manifestations contre le gouvernement et seront aux prises avec des forces de l'ordre pas très commode. Une manière également d'égratigner notre société actuelle au passage qui m'entend plus les revendications pourtant légitimes sur fond de crise climatique. Cela permet au passage de gentiment secouer les consciences avec un message plein d'humanité.

    D'ailleurs, il y a tout un passage assez intéressant sur le fait d'accuser les étrangers après n'importe quelle tragédie en France que cela soit l'explosion d'AZF ou encore l'incendie de Notre-Dame où on jurerait d'avoir vu un barbu sur le toit. L'accent sera mis sur le racisme et ses effets délétères sur notre société. Encore une fois, le vrai coupable ne sera pas celui qu'on croit ou qu'on accuse.

    A noter également que j'ai bien aimé l'argumentaire dans le dialogue qui était vraiment nécessaire pour ouvrir les yeux. Tout est bien une question de structure dans la révolte.

    Il y a toujours ce petit grain de fantaisie avec une mise en scène soulignant la vendetta sociale. Il est clair que si toutes les personnes âgées étaient des individus aussi survoltés, la France aurait forte à faire. Mais comme dit, ils sont si attachants qu'on n'a pas envie de rater leurs aventures.

    Nous passons encore un vrai bon moment alternant les drôleries de ces irréductibles fantasques personnages chauds comme le climat. Répliques cinglantes mais également tendresse poussive seront au rendez-vous juste avant Noël. La couverture rouge est bien là pour nous le rappeler.

    Sinon, au final, en ce qui me concerne, c'est sans doute le meilleur épisode de toute la série. J'ai littéralement adoré !