Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

« Sans enfants, je ne peux pas prétendre à un logement plus grand. Et sans logement plus grand, je ne peux pas faire venir mes enfants ». Voici le constat paradoxal et tragique d’une mère de trois enfants, à Port-de-Bouc, près de Marseille. Son quotidien est constitué du ménage à faire dans l’hôtel voisin, des démarches dans les offices gérant les appartements sociaux, de quelques discussions avec les voisins et le rituel du repas en famille, à 19h30 précises. Leyli Maal aime raconter son parcours, des rêves nés sous le soleil écrasant du Sahel à l’échouage dans la cité phocéenne, en passant par le cauchemar de l’attente au Maghreb. Pendant ce temps, au Red Corner, François Pellegrin, les yeux bandés, se laisse attacher au montant du lit par sa partenaire, rendu docile par la promesse d’un jeu sexuel voluptueux. Mais la jeune fille lui taillade les veines, après lui avoir fait une prise de sang. Il sera retrouvé exsangue. Entrent alors en scène Peter Velika et Julo Flores, affectés à l’enquête. Rapidement le nom de Vogelzug apparait, une association d’aide aux réfugiés.

On la trouvait plutôt jolie emprunte sans fard son titre au premier vers de la chanson Lili de Pierre Perret, évoquant l’accueil hostile reçu par une jeune Somalienne venue à Paris pour voir si les préceptes de Voltaire et d’Hugo étaient encore d’actualité. Ça a d’abord été un roman de Michel Bussi (Presses de la Cité, 2017) au succès incontestable. Joël Alessandra (Errance en Mer Rouge, Les Voyages d’Ibn Battûta) en propose une adaptation graphique, affichant généreusement cent quarante-quatre pages. Il n’en faut pas moins pour exposer des drames individuels et collectifs, pour démonter le fonctionnement de l’économie cachée qui exploite la détresse des migrants et pour mettre en scène un polar avec précision et efficacité. L’histoire de Leyli, objet de plusieurs incises, emmène rétrospectivement le lecteur à Segou, au bord du fleuve Niger, à la naissance d’une envie, celle d’une vie différente, ailleurs. Le Mali, la Tunisie et la Sicile, étapes d’une odyssée où alternent souffrances, humiliations et espoirs. L’histoire tournoie autour d’un flic véreux, de son collègue candide, d’un directeur mythomane, de criminels de haut vol et d’enfants assoiffés de vengeance, en quête d’identité.

La noirceur du thème et de plusieurs protagonistes contraste avec la parfaite mise en image de Joël Alessandra. Son dessin réaliste, tirant vers la ligne claire, est riche de couleurs franches et tranchées. Les univers de Jacques Loustal ou de Miles Hyman ne sont pas loin. Le travail à l’aquarelle donne toute la douceur et l’expressivité dont ce récit a besoin. Les planches sépia consacrées aux retours en arrière sont des espaces de poésie.

Entre jour et nuit, tendresse maternelle et prostitution, trafic d’humains et altruisme, On la trouvait plutôt jolie balaie l’humanité dans tout ce qu’elle peut avoir de vile ou de lumineux. Cette approche constitue le parfait contrepoint narratif de La Fissure de Spottorno et Abril (2017), enquête implacable sur ce qui se trame aux frontières. Tout comme la chouette, motif récurent de l’album, les individus ont une part d’ombre et recèlent des secrets, qui finissent par être trop lourds à porter.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

On la trouvait plutôt jolie

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    mediatheque_lannion Le 18/11/2022 à 11:57:53

    Petite déception pour cette adaptation de Michel Bussi, le scénario est souvent confus avec des manques de repères géographiques.

    J'ai largement préféré l'adaptation de "Nymphéas noirs".