Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Valérian par... 3. Là où naissent les histoires

24/10/2022 3350 visiteurs 5.7/10 (3 notes)

L es Delphes, espèce auto-engendrée, doit sa préservation et sa capacité à inventer des histoires à des nodules métalloïdes. Mais leurs réserves s’épuisent et la menace de l’extinction approche. Un gisement vient d’être découvert sur Terre. Une expédition est montée. Présentée sous des atours humanitaires, elle trouve des partenaires. Via le Colonel Tlocq, Na-Zultra et son Schniarfeur de Bromm qui entrent en scène. L’ambitieuse, énervée et dictatoriale Mrs Richbaugh, et son homme à tout faire (vraiment tout), qui ne vit que pour le surf, se met aussi sur les rangs. Le Service Spatio-Temporel veille et active son atypique équipe terrienne du XXIème siècle : Laureline et Valérian, tous deux collégiens, et leur tuteur, M. Albert. La société de production Shimbakino, sise sur Shimballill, centre de l’industrie du divertissement cosmique, manque de talents pour ses sitcoms sentimentaux et les habitants de Galaxicity, qui ne sont plus abreuvés de leur soupe télévisuelle quotidienne, sombrent dans la déprime et font remonter le taux de fréquentation des psylabs. C’est dans une partie pittoresque et reculée du Caucase que la partie va se jouer.

La disparition, en janvier 2022, de Jean-Claude Mézières, créateur avec Pierre Christin de Valérian et Laureline en 1967 dans Pilote, aurait pu sonner le glas de la série. Mais c’était compter sans la volonté du scénariste d’aller au bout du projet que son compère avait commencé à travailler avec Virginie Augustin (Alim le Tanneur, 40 éléphants). Là où naissent les histoires ne s’inscrit pas dans le cadre de la saga mère mais dans la collection Valérian vu par … dont il constitue le troisième volume. Le récit reprend la situation des deux héros là où ils en étaient restés à la fin de L’Ouvre-Temps. Ce sont donc deux adolescents, dont la mémoire a été effacée, qui interviennent. Le ton et le rythme de l’album s’en trouvent ainsi modifiés. L’intelligence et la détermination de Laureline y sont soulignées ; Valérian laisse apparaître ses connaissances scientifiques et quelques maladresses. Na-Zultra constitue une véritable méchante et Mrs Richbaugh un personnage sans morale. Il est d’ailleurs à noter que cet album, qui lance, au détour de plusieurs situations, le débat sur les relations hommes / femmes, met en scène deux harpies.

Le travail de la dessinatrice est impressionnant de mimétisme avec les canons de Jean-Claude Mézières, même si certaines planches laissent apparaître trop de vide et que son trait aurait pu se charger davantage. Les cases du Grand Rien sont particulièrement réussies alors que les scènes caucasiennes sont trop dépouillées. Alors, même si Là où naissent les histoires manque parfois d’action et d’humour, il demeure un prolongement honorable d’aventures qui auront marqué fortement la bande dessinée de science-fiction.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
5.7

Informations sur l'album

Valérian par...
3. Là où naissent les histoires

  • Currently 2.72/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (36 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    GarulfoPasUnCrapaud Le 19/02/2023 à 09:35:43

    La lecture de cet album laisse perplexe. La note est même généreuse, avec 1 des 2* attribuée par nostalgie, parce que j'apprécie Valerian et Laureline, et de manière générale le travail des auteurs dans d'autres livres (Valerian, Alim le tanneur). Ceci étant, la qualité des BD passées des auteurs joue aussi contre eux, cet album représentant une grosse déception.

    Tout d'abord, le dessin est assez décevant. Le style de la série originale est très bien approprié. Les personnages (visages, expressions, postures) sont toujours très expressifs et dynamiques. En revanche les décors sont très pauvres (ou inexistants sur de nombreuses cases) ce qui, combiné à la mise en scène aérée, donne une sensation de pages creuses. Par ailleurs, l'album souffre par sa couverture magnifique : les magnifiques couleurs et le vaisseau sont quasi absents de l'histoire même.
    La critique peut sembler sévère sur le dessin, mais il est quand même ce qui relève la note.

    Cet album fait visiblement partie d'une série, personnellement je n'avais pas souvenir des héros enfants mais agents galactiques sur terre, je pardonne donc le manque d'explications à ce sujet. Toujours est-il que leur rôle dans la mission n'est jamais clairement expliqué, et ils n'ont quasiment aucun impact sur l'histoire.
    La trame principale, extrêmement simple, consiste en une négociation. Négociation entre 2 parties dont on a du mal à comprendre le poids respectif et les menaces qu'ils pourraient représenter pour la terre. Mais peu importe, puisqu'on n'assiste pas à ces négociations, aux dépens de la séance de surf d'un personnage secondaire et l'exploration d'une cave par les héros. La résolution du conflit final est particuliètement peu satisfaisante.
    De manière général, l'enjeu est pauvre, et la multiplication des personnages intéressés par la mine n'apporte absolument rien à l'intrigue à part de la confusion. Les différents sujets évoqués ne sont pas du tout explorés (par exemple, l'industrie du cinéma).
    Pour finir, on ne peut s'empêcher de se questionner sur le message de l'auteur quand les seuls personnages féminins en deshors de Laureline sont 2 caricatures hystériques qui maltraitent leurs assistants respectifs. De même devant la scène dans la cours du collège au début de l'histoire, et le dessin du personnage antogoniste ...

    NB : comme le note une autre critique sur ce site, si l'album s'adresse à la jeunesse, il faut noter qu'un personnage (masculin) baisse sa culotte dans une scène qui peut déranger par son implication (implication qui n'est, bien sûr, jamais explorée)

    ric_roc Le 10/02/2023 à 17:13:21

    Excellent et rafraichissant, un bon scenario avec une excellente dessinatrice et une belle mise en couleurs.

    HoutchyPoutchy Le 30/10/2022 à 22:47:15

    Bon... Que se passe-t-il ? On oublie de mettre une tension dans l'histoire?
    Il n'y a aucun but, si ce n'est une négociation sans tenant ni aboutissant, j'ai eu du mal à me sentir concerné.

    Solomon Le 17/09/2022 à 15:43:04

    Étrange album.

    D'un côté, il est la suite de la série-mère (souvenez-vous de la fin de "L'Ouvre-Temps"...), donc il n'est pas vraiment un "Vu par" stricto sensu (à l'instar de celui de Larcenet), sauf pour le changement de dessinateur ; de l'autre, il est parfaitement lisible par un néophyte, et il n'y a quasiment rien de ce qui a fait "Valérian" la bande dessinée que nous connaissons : in primis, la science fiction, qui est presque absente vu que l'histoire se déroule entièrement sur notre chère, vieille Terre, dans un patelin de l'ex Union Soviétique (ancien intérêt de M. Christin — voir le chef d'œuvre "Partie de chasse").

    Le pitch laissait présager un album de mauvais goût, comme les derniers épisodes de la série historique, dont certains étaient vraiment débiles (voir "L’orphelin des astres", ou la trilogie finale...). Ce n'est pas le cas : heureusement, il est scénarisé et dessiné de manière correcte et équilibrée ; malheureusement, il est aussi ennuyeux et, en fin de compte, littéralement dispensable, vu qu'il ne se passe presque rien.

    Dans une entretien publiée sur le site BD Zoom, M. Christin disait qu'il voulait faire une sorte d'album "jeunesse". Mission accomplie : il pourrait effectivement plaire à un public de jeunes. Mais les meilleurs albums "jeunesse" sont ceux qui offrent différents niveaux de lecture, comme les grands classiques de la BD franco-belge ("Spirou", "Philémon", les premiers "Valérian" eux-mêmes... vous les connaissez). Ici, je ne vois pas grands motifs d'intérêt pour un public plus averti (à part un gros membre viril en première plan dans la planche 17 — pas vraiment approprié, en effet, dans un album qui se veut "jeunesse"...) : la critique du monde du spectacle est très légère et l'histoire est d'une simplicité extrême.

    Correct, sans plus.