Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Merel

26/09/2022 2059 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

M erel, c’est la fille qui vit seule au bout du village, célibataire, sans enfant, libre. Elle passe son existence paisiblement à élever des canards, à rédiger des articles pour le journal local et à supporter l’équipe de foot. Elle a bien une aventure de temps en temps, mais elle est surtout l’amie fidèle et serviable. Dans ce coin du Hainaut, sa vie est rythmée par les foires avicoles, les matchs, les rencontres à la buvette, la visite à la maison de retraite, les courses, les parties de baby-foot au café. Le train-train est aussi ponctué, pour les autres habitants, par les conversations à la sortie de l’école, les adolescents qui clament leur ennui et les couples qui se délitent. C’est le cas de celui de Geert et Suzie, qui n’ont plus rien à se dire, qui s’attendent mutuellement, pour se disputer. La tension a remplacé depuis longtemps l’attention. Leur fils, Finn, vit quotidiennement ce cauchemar, depuis sa chambre, de laquelle il entend les éclats de voix. Immanquablement ses larmes coulent, pour lui seul, en vain. Alors, le jour où Merel fait une plaisanterie sur Geert et sa présence dans les douches, nu comme un vers, Suzie voit rouge, identifie une ennemie toute désignée et décide de la détruire.

Merel est la première publication de Clara Lodewick, jeune artiste belge passée par l’École Saint-Luc de Bruxelles. C’est également le premier roman graphique de la nouvelle collection de Dupuis, Les Ondes Marcinelle, dont l’appellation est tout un programme. Cette jeunesse n’empêche nullement la maturité éclatante de l’album. Sur cent-soixante planches, le récit prend son temps pour planter un décor rural, aux clichés amusants et aux drames sous-jacents. Tel Balzac dans ses Scènes de la vie de province, l’autrice, par la peinture de quelques situations du quotidien, fait saillir les tensions latentes du calme apparent, les brisures derrière le vernis campagnard, les faiblesses de la vie sociale au cœur d’une nature, à laquelle l’album semble dédié. Sournoisement, l’effet du ragot initial se fait sentir, le qu’en dira-t-on prend le relais. « Elle cache bien son jeu », affirme-t-on. « Ce ne sont pas nos affaires », réplique-t-on, le regard en coin, l’œil torve. Puis c’est un mouvement dont on perd le contrôle, qu’on ne peut plus arrêter. La résistance dérisoire et maladroite viendra de Finn et de l’amitié qui le liera progressivement à Merel, sous les pieds de laquelle s’ouvrent tant de gouffres.

Le sujet n’est pas nouveau mais il est traité ici avec brio. Tous les personnages sont parfaitement construits, les interactions sont disposées par petites touches, dessinant au final un tableau effrayant. Merel est une parfaite démonstration sociologique de la construction de l’ennemi, par des individus, des groupes, des catégories socio-professionnelles ou des nations, pour éviter de regarder ce qui ne va pas chez soi. L’issue peut être tragique ; s’il y a parfois rédemption, c’est après en avoir payé le prix fort.

Le dessin de Clara Lodewick adopte un trait faussement naïf. Une place prépondérante lui est donné par le biais de nombreuses cases muettes, détaillant des gestes ordinaires dans leur poésie insoupçonnée, suspendant le temps ou faisant parler le silence. La mise en couleur, irréprochable, rend toutes sortes d’atmosphères, diurnes ou nocturnes, d’espaces confinés ou d’extérieurs du plat pays, avec « ce ciel si gris qu’un canal s’est pendu ». Chronique d’une province de Belgique, drame d’une bourgade si ordinaire, réflexion sur d’inavouables faiblesses de l’être humain, ode à la ruralité et à la vie simple, Merel est tout cela. Le ton juste de Clara Lodewick impressionne, qu’il soit narratif ou graphique.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

Merel

  • Currently 3.44/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 28/08/2022 à 14:30:43

    Cette BD est la preuve que les rumeurs peuvent tout simplement ruiner la vie d'une personne. Le scénario met en scène le personnage de Merel, une femme qui vit seule dans son village. Sa vie est paisible mais tout va tourner court lorsque une rumeur va se mettre à courir sur elle. Merel devient la "Marie couche-toi là" du patelin.
    Et bien sûr, au lieu de ne pas écouter la rumeur, les gens se sont empressés de la colporter pour faire de la vie de Merel un enfer.
    Ce tome 1 nous montre donc l'impact que ce genre de choses peut avoir sur une personne. Merel est un personnage très touchant et qui respire la gentillesse. J'ai vraiment été envahie par plusieurs sentiments durant ma lecture: pitié, colère, tristesse...
    Le scénario est donc vraiment bien construit et aborde un sujet sérieux.
    Esthétiquement, ce n'est pas vraiment ce que je préfère. J'ai parfois trouvé les traits un peu grossiers et les couleurs un peu fades. J'aurai aimé plus de détails notamment dans les expressions des personnages.
    Pour conclure, j'ai beaucoup aimé l'histoire de Merel mais je reste mitigée quant à l'esprit graphique de la BD.