Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême ! Passage incontournable pour tout auteur de BD qui se respecte. Denis Choupin, n'a donc d'autre choix que celui de se plier à ces quatre jours de figures imposées… Quoi qu’il en soit, à quelque chose malheur est bon, et en l’occurrence il se prénomme Vanessa…

Dernier week-end signe le retour de Bastien Vivès à un genre où il excelle : la comédie romantique et pour l’occasion, il plonge dans un monde qu’il connait bien pour le fréquenter depuis quelques années déjà, celui du 9ème art !

Avec ce nouvel album le co-créateur de Lastman étonne par la simplicité des dialogues, la profondeur du dessin ou le dépouillement de sa mise en scène… Il aborde son sujet avec une sobriété qui pourrait faire craindre l’ennui, mais non ! La banalité n’a pas de prise devant la sincérité. Sans cynisme, ni jugement de valeur, il décrit en fin observateur le petit univers des festivals BD. Pour qui en a fréquenté les coulisses ou les allées, il convient d’admettre qu’il dépeint ce microcosme avec une justesse et une désinvolture désarmantes. Tout est dit, sonne vrai que ce soit dans les petits comme les grands travers. Et, au milieu de ce qui n’a rien de vraiment glamour, il fait éclore une histoire aussi improbable que touchante. La tension monte, plus suggérée que montrée. Le désir est dans un regard qui se détourne, deux corps qui se frôlent. L’inévitable est dans les silences, dans la nuit des rues d’Angoulême et frappe sous une porte cochère. Vivès transforme une dédicace en idylle fugace puis met ses personnages face à leur envie. Il se joue d'eux, les entraîne dans une tourmente où le quotidien prend soudainement une autre couleur et laisse à croire que ces quelques jours pourraient être autre chose qu’une simple parenthèse.

S'il est appelé à parler aux BDphiles, le charme de Dernier week-end réside aussi dans l'affect qui chacun veut bien y projeter... mais de là à vouloir mourir à Angoulême ! Il y a Venise pour cela.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Dernier week-end de janvier

  • Currently 3.87/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    herve26 Le 07/09/2022 à 23:13:16

    Bastien Vivès nous offre, après un très décalé "Burne-out", un ouvrage plus sage avec "Dernier week-end de janvier", très belle chronique sur fond de festival d’Angoulême.
    Sur près de 180 pages, Vivès prend le temps de nous présenter les personnages:un dessinateur assez blasé par les séances de dédicaces, un chasseur de dédicaces presque caricatural aussi bien sur le plan graphique (son visage, à la Largo Winch, tranche volontairement avec la galerie de portraits de l'album), que sur le plan personnel. Et surtout, une femme,Vanessa, fragile, attachante,complètement étrangère au monde de la bande dessinée, pour qui le lecteur ne peut que ressentir une certaine sympathie.
    Ayant fréquenté, à une époque de ma vie, le festival d'Angoulême,j'avoue avoir retrouvé à travers cette bd, l'atmosphère de cet événement.
    Vivès nous offre une histoire presque banale, digne d'un film de Claude Sautet, mais qui par son traitement graphique mérite de s'y attarder
    Car, il faut l'avouer que les planches sont magnifiques, avec mention spéciales pour les scènes de danse, qui sont parfaites
    Même les scènes d'amour au lit, que le lecteur attendait vu le précédent album sulfureux de Vivès, sont d'une sensualité et d'une délicatesse sans pareil
    Cet album va rejoindre des titres comme "Polina" ou encore " une sœur"que je relis régulièrement avec plaisir

    Un très bel album,
    une très belle chronique où on se demande où s'arrête la réalité et où commence la fiction

    J'en recommande évidemment la lecture