Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

R ien de tel qu’une bonne cuite pour faire le point ! Le problème, lorsque vous êtes Supergirl, c’est que vous devez être proche d’un soleil rouge pour que l’alcool puisse agir et qu’inévitablement vous allez tomber sur une cohorte de couards qui, à défaut de pouvoir se venger sur votre illustrissime cousin, vont vouloir se défouler sur vous...

Woman of tomorrow paru chez Urban Comics compile l’intégralité des huit issues de la minisérie parue outre-Atlantique dès juin 2021 avec Tom King au scénario et le duo brésilien Bilquis Evely (dessin) et Mateus Lopes (couleur) sur la partie graphique.

Curieusement, Supergirl fait plus figure de second rôle que d’égérie dans la cosmogonie des Super-Héros, à telle enseigne qu’après le relatif échec du film éponyme, DC Comics n’hésita pas à précipiter sa fin en 1985 dans Crisis on Infinite Earths… avant de la ressusciter à partir de 1988 sous des identités diverses, notamment en 2004 sous les traits d’une adolescente ! Depuis, Kara Zor-El parvient à exister malgré l’ombre de Superman, bien qu’elle lui soit en de nombreux points équivalente !

Sous ses airs de space-western, Woman of Tomorrow est un conte initiatique et composite où amateurs de comics comme amoureux de franco-belge peuvent se retrouver. Construit autour d'un périple interplanétaire porté par un récitatif (parfois) trop bavard, mais délicieusement vintage, il est l’occasion de réécrire l’histoire de l’orpheline de Krypton et de tenter ainsi de l’inscrire au Panthéon de l'éditeur américain tout en lui conférant une certaine complexité psychologique… loin de tout manichéisme.

Malgré sa consistance et (peut-être) du fait d'un sentiment de répétition, le scénario de Tom King passe au second plan, éclipsé par le travail phénoménal de Bilquis Evely, parfaitement secondée par Mateus Lopes. La jeune dessinatrice brésilienne démontre sur ce récit tout son brio et sa pluralité graphique en inventant des mondes sur lesquels planent les fantômes de Moebius et de Mézières ou en dessinant des contrées qu’aurait pu explorer Robert E. Howard. Inventive, quelquefois à la limite de l’exubérance, elle impose définitivement son style et sa créativité ici.

Alors, même si la performance s’essouffle un tant soit peu sur les derniers épisodes, la prestation reste à tout le moins singulière et largement au-dessus du lot des productions actuelles. Supergirl est de retour... qu'on se le dise !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Supergirl - Woman of tomorrow

  • Currently 4.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 20/09/2022 à 10:26:57

    Il était peu probable de me voir me plonger dans une aventure de Supergirl, son super-chien Krypto et son super-cheval capé Comète… Pourtant, un auteur aussi brillant que Tom King qui arrive depuis quelques années à utiliser la substantifique moelle des personnages DC (sur Mister Miracle ou Strange Adventures par exemple), associé à l’incroyable étoile montante des dessinateurs latino a suffit à me convaincre de tenter l’expérience… confirmant comme chaque fois que le Black Label est une garantie quasi absolue de must-read!

    Commençons par les planches, juste sublimes de bout en bout et folles de détails. Dans une technique toute européenne, la brésilienne Bilquis Evely (qui a déjà sublimé la reprise de Sandman) nous subjugue dans une alchimie parfaite avec son coloriste Mateus Lopez. Alors que je constate une mode peu convaincante pour des colo criardes dans les comics, le duo reste très tradi avec des planches peu encrées mais fourmillant de détails, jusqu’à cet épisode final qui décroche la mâchoire. L’inspiration issue de Jean-Claude Mezière et ses galaxies foisonnantes est évidente, mais l’on peut également trouver du Lauffray, voir du Moebius dans ces décors extra-terrestres parcourus laborieusement dans des cars galactiques pourris et autres auberges orbitales puantes. Abusant de traits de mouvement et de perspectives, l’artiste n’est jamais avare de créativité et de contenu, donnant à ses deux voyageuses une élégance qu’accompagne un texte inspiré.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2022/09/10/supergirl-woman-of-tomorow/