Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

P aris, ses quais et ses bouquinistes. Ange, collectionneur et négociant pour tout type de vieilleries imprimées, est occupé par un numéro du Figaro Illustré datant de 1904, consacré à la Corse. Dans ses pages, il trouve le dessin original d’une jeune femme, sur un arrière-plan maritime, surmonté d’un court texte : « Djemnah, je t’imagine au pied de la tour génoise. Tant de mystère et un trésor en toi. Protège-le. 7 juillet 1918 ». Un rêve, de multiples questions et quelques recherches plus tard, il décide de se rendre sur l’Île de Beauté pour le week-end prolongé de la Pentecôte, pour lequel il est tristement désœuvré. Direction Ogliastro et la Tour d’Albo, sans réel but, sur un coup de tête. Il effectue plusieurs rencontres, recueille des éléments épars, en une déambulation qui ressemble de plus en plus à une investigation. Il apprend rapidement que Djemnah n’est pas le nom de la jolie créature dessinée, mais celui d’un navire, qui fit naufrage le 14 juillet 1918. En quelques heures, gravitent autour d‘Ange le Père Ibanès, érudit local, son ami Vincent Orsucci et la splendide Casilda, prétendument professeure d’histoire-géographie et bonne du curé. Ange s’aperçoit alors que sa présence au Cap Corse n’est pas le fait de sa seule volonté.

Avec Djemnah – Les ombres corses, Philippe Donadille signe son premier scénario. Selon l’expression consacrée, ce coup d’essai est un coup de maître. La richesse du récit ne verse jamais dans la complexité, les personnages sont parfaitement construits, les rebondissements sont au rendez-vous. La force de la trame est de convoquer une pluralité d’approches : le secret de famille, l’énigme à déchiffrer, l’introspection, l’histoire régionale rencontrant des enjeux nationaux, les difficiles relations familiales, tout cela s’entremêlant avec justesse et fluidité. De surprises en révélations, l’intrigue progresse sûrement, embarquant le lecteur dans ces allers et retours entre le passé et le présent, la chute progressive des masques et les jeux intellectuels cherchant à percer plusieurs mystères. À la manière d’un roman d’Umberto Eco, une forme littéraire populaire (ici le thriller), se nourrit et s’étoffe de nombreuses références culturelles, d’individualités tourmentées et d’un agencement chronologique subtil, le tout nimbé d’une réelle poésie, donnant vie à une œuvre dans laquelle consistance et légèreté se côtoient harmonieusement. Certes, une ode à la Corse, mais aussi bien davantage.

Cette prouesse scénaristique ne serait rien sans la force et la délicatesse du trait de Patrice Réglat-Vizzavona (Le Passage). Son graphisme précis, autorisant cependant toujours des zones de flou, reposant sur de très beaux lavis, portés par une mise en couleur à l’aquarelle, fait de chaque planche et de chaque case un bonheur pour le regard. Un itinéraire graphique se déroule en plus du parcours narratif. Les textures sont parfaitement rendues (le minéral, le végétal, l’humain), les visages sont expressifs autant que les paysages sont enchanteurs. À chaque époque son univers visuel : la gravure pour le siècle des Lumières, le noir et blanc pour les années 1910, toujours avec bonheur. Ce n’est pas un hasard si le jeune artiste, dans ses remerciements, convoque l’expertise d’Emmanuel Lepage. Virtuosité et sensibilité cohabitent de la même façon chez ces deux créateurs. Djemnah – Les ombres corses a été publié dans un silence fracassant. Il est temps de sortir tambours et trompettes pour clamer l’essentiel de cette bande dessinée.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
9.0

Informations sur l'album

Djemnah - Les ombres corses

  • Currently 4.10/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    DimVanJack Le 28/08/2022 à 23:00:46

    Je ne connais pas très bien la Corse, à part dans la BD et le film l'Enquête, quelques affaires judiciaires et leurs ânes, je dois l'avouer. Cette BD propose donc une œuvre ayant pour sujet une chasse au trésor, mais très vite, le lecteur se rend compte que ce n'est qu'un prétexte et que le vrai sujet c'est la Corse et ses paysages magnifiques. C'est vraiment une île magnifique. C'est un beau voyage en ce qui me concerne et je dois dire qu'il me plait de lire cet album, de passer d'une planche à l'autre et de découvrir le périple de Ange (ils s'appellent tous Ange en Corse? ^^ Vos rues ont toutes un lien avec Napoléon? ^^) Je dois dire que les dialogues sont saisissants et montre le sentiment de ses habitants et cette liberté tant désiré, d'ailleurs je me suis toujours demandé ce qui se produirait si la Corse retrouvait son indépendance, politiquement, économiquement et socialement. Pour revenir à la BD, c'est une histoire qui prend son temps et qui une une fois terminé donne envie de s'y replonger. On sent la passion de l'auteur pour l'île et ça fait plaisir. C'est une belle histoire, de beaux personnages et une quête captivante qui nous est proposé, le tout desservit par des dessins sublimes ne faisant que renforcer le surnom d'île de beauté de la Corse.

    pardaillan48 Le 30/07/2022 à 20:01:54

    Une chasse au trésor sur une île...ça rappelle quelque chose... certes il y a du suspense, certes mystéres et rebondissements sont au rendez-vous, mais ne nous détrompons pas, le personnage principal de ce récit, c'est la Corse, qui est ici magnifiée, avec un récit ou s'entremêlent une quête, une histoire de famille et l'histoire avec un grand H...