Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

S oupe primitive, légende colorée (à défaut d’être dorée), quête initiatique, fable politique, anthropologie et expérimentations formelles à gogo, tout ça dans un seul album ! Alex Chauvel a imaginé un extraordinaire microcosme avec Les Pigments Sauvages, une œuvre totale aussi tentaculaire qu’immersive. Une vingtaine de personnages d’importance, une série de révolutions de palais, un monde en constante évolution (au sens biologique), sans compter une mythologie bien vivante et revancharde, le tout s’étalant sur près de trois cents pages. Vous êtes un peu perdu ? C’est normal. Heureusement, un trombinoscope présentant les principaux acteurs est proposé en guise de préface, tandis qu’une carte des différents lieux visités a été ajoutée en annexe afin de ne pas perdre le nord.

Auteur de la nouvelle génération, Alex Chauvel fait partie de ces artistes qui, avec des Pierre Jeanneau ou Stanislas Moussé, ont été marqués par les productions de l’Association et de Lewis Trondheim en particulier. Vrai-faux révolutionnaires, ils mettent tous leurs talents au service du récit, quitte à casser une ou deux traditions en passant. L’objectif est de raconter des histoires, peu importe les styles graphiques ou les attentes. Si le dessin reste évidemment primordial, il n’est finalement qu’un des nombreux outils à disposition de la narration.

C’est exactement le cas dans Les Pigments Sauvages. Protagonistes ressemblant à des patatoïdes à pattes ou à cornes (suivant la race), décors minimalistes ultra-stylisés, jeu de couleurs intimement lié au scénario (cf. le titre) et mise en pages déconstruite à l’extrême, Chauvel a littéralement jeté à bas toutes les composantes du Neuvième Art pour ensuite les remonter en suivant sa seule fantaisie en guise de notice. Le résultat est tout bonnement explosif d’imagination et de maîtrise. Car oui, en dépit de ce traitement de choc, l’ouvrage reste parfaitement lisible, logique et follement amusant à parcourir, malgré sa longueur et la complexité de certaines situations.

Grosses bagarres, monstres sortis des âges, questionnements existentiels, moult gags et dialogues bien sentis, le tout sous la forme d’un habile détournement des dernières théories sur l’apparition de la vie, Les Pigments Sauvages est une passionnante saga digne des meilleures séries de fantasy du moment, doublée d’une impressionnante démonstration de haut niveau de la richesse narrative de la bande dessinée. À découvrir d’urgence.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.3

Informations sur l'album

Les pigments sauvages

  • Currently 1.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.8/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.