Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L'Écluse L'écluse

08/08/2022 2085 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L ot, 1960. Et de trois ! Ça fait maintenant trois femmes retrouvées mortes au fond de l’écluse en moins d’une année. La population a peur et la pression monte pour la police qui semble patauger. Le maire a beau dire que l’enquête avance et que deux nouveaux inspecteurs vont venir spécialement de Cahors, les gens sont vraiment en colère. Surtout qu’un coupable, il y en a un au bourg : Octave, ce géant un peu simplet qui sert d’éclusier. Lui, il est toujours au bord de l’eau et allez savoir ce qui se passe dans sa tête de demeuré...

Pierre Pelot, Jean Vautrin ou Georges Simenon ? Non, Philippe Pelaez ! Compliment à part, le scénariste d’Enfer pour aube signe avec L’écluse un véritable polar social dans les règles de l’art. Un village choqué par des crimes affreux, des soupçons et des vieilles rancœurs, un suspect idéal, la table est mise pour un récit âpre et une galerie de portraits sans concession. C’est exactement le cas et, passé outre les quelques maniérismes d’écriture (l’insistance sur l’accent et le parler du crû en particulier), l’immersion est totale tant la psychologie et les dialogues s’avèrent au cordeau. Entre atavisme et pression sociale, le scénario ne laisse pas indifférent et prend aux tripes. Mieux encore, finement construite et développée, l’intrigue arrive à surprendre jusqu’à l’implacable conclusion choc. Du très bel ouvrage.

Depuis Le vieux Ferrand et, plus récemment Lucienne, Gilles Aris a démontré qu’il connaissait les arrières-pays et les petites localités provinciales. Avec L’écluse, il est donc en terrain connu et ça se voit. Logiquement très axée sur les personnages, la mise en scène fait néanmoins la part belle aux vieilles pierres rassurantes et à ce canal longiligne d’où semble venir tous les malheurs. Dans ce cadre parfaitement croqué, le dessinateur anime une distribution aux faciès anguleux et aux silhouettes trapues. Ce style semi-réaliste, qui peut rappeler celui de Laurent Verron, se montre expressif et totalement adapté pour exprimer les innombrables émotions qui traverse cette fable tragique.

Sous ses allures de bande dessinée classique, L’écluse est quasiment un roman graphique – roman policier serait plus juste - au premier sens du terme. Dans tous les cas, il s’agit d’un excellent album de genre réalisé avec talent et attention.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'Écluse
L'écluse

  • Currently 3.27/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Thomaswae Le 23/08/2022 à 22:40:11

    bon one shot
    le scenario n'a rien d'exceptionnel mais on se lasse tout au long du déroulé de cette enquête "rurale"
    je ne peux qu'en recommander la lecture au amateur du genre