Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Jacques Gipar (Une aventure de) 10. Le trésor de Noirmoutier

08/08/2022 1189 visiteurs 5.0/10 (1 note)

U ne bagarre de bistrot provoque un mort à Noirmoutier. Ce fait divers tragique et banal serait passé inaperçu si un pote du patron n’avait pas demandé au célèbre Jacques Gipar de venir enquêter. Jojo le Breton a beau être un ancien bagnard, il est rangé des voitures depuis des années, cette rixe mortelle cache une entourloupe, c’est certain. Ni une, ni deux, convaincu qu’il y a matière à article, le journaliste saute dans sa Dauphine et part pour la Bretagne. En roulant bien, il pourra éviter la marée.

Série vintage et de genre, Les aventures de Jacques Gipar joue la double carte de la nostalgie et des belles mécaniques. Un héros «à l’ancienne», caricatural à l’extrême, une vague intrigue policière et des jolies voitures toutes plus rutilantes que les autres, le titre pourrait passer pour un sympathique pastiche ou hommage à Gil Jourdan ou Starter. Il l’est d’ailleurs certainement. Par contre, là où le bât blesse pour de bon, le scénario de Thierry Dubois semble également tout droit sortir des années cinquante, comme si l’histoire de la bande dessinée s’y était à jamais arrêtée. Déroulement linéaire dénué de surprise, rebondissements téléphonés, personnages monolithiques sans profondeur et humour daté, la lecture avance pépère au rythme tranquille d’une 4CV aux carburateurs encrassés. Ça permet au moins d’admirer les carrosseries et le paysage entre deux bâillements.

Visuellement, Jean-Luc Delvaux offre une copie agréable, malgré des couleurs basiques abusant de dégradés peu engageants. Comme pour le récit, le style reprend les principaux attributs de l’école de Marcinelle : trait semi-réaliste à la limite du gros nez, découpage et mise en scène tenue et bien dans les clous. Heureusement, les véhicules, les vraies stars du show, sont admirablement rendues, sous tous les angles et toutes les coutures. Il ne manque qu’une copie du manuel de l’utilisateur en annexe pour être totalement complet.

Classicisme un peu trop poussé sans aucun recul sur lui et trame ultra-simpliste, Le trésor de Noirmoutier échappe de peu à la noyade grâce aux soins et à la précision apportés à ses illustrations.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Jacques Gipar (Une aventure de)
10. Le trésor de Noirmoutier

  • Currently 3.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 08/08/2022 à 18:55:36

    Ne vous arrêtez pas à la chronique, elle n'a rien compris au principe de cette série.

    "Jacques Gipar" est une excellente série, qui se déguste comme un bon vin, à lire le soir, dans son fauteuil, prêt pour une immersion dans les années 50, l'élégance et les bons mots.

    Oui, cette série est clairement nostalgique, et plaira aux plus jeunes comme aux anciens, à ceux qui ont vécu cette époque comme à ceux (comme moi) qui ne l'ont pas du tout connu.

    Série d'utilité publique, ce nouvel opus est très agréable à lire, parce qu'il contient tous les ingrédients d'un bon album. Pas besoin de réviser son "Gil Jourdan" pour apprécier.

    L'appel du large, le passage du Gois comme si on y était, des personnages truculents et très "Bd de l'age d'or", ambiance ambiance...

    Vivement le prochain album !!!!

    Olivier Soms Le 06/03/2022 à 22:33:45

    Comment ne pas craquer devant cette superbe couverture qui nous replonge instantanément dans l’ambiance du chef-d’œuvre de Maurice Tillieux, « La voiture immergée », troisième et incontournable album de Gil Jourdan. Car oui, il s’agit bien d’un hommage appuyé au grand Maurice. Les références à Gil Jourdan sont nombreuses, des ambiances à l’intrigue, de la voiture Dauphine de Gil Jourdan qui devient celle de Jacques Gipar en passant du jaune au rouge, des rapports amicalement moqueurs entre les personnages, des décors de Vendée à certaines scènes directement empruntées à Tillieux. Comme dans un bon vieux Gil Jourdan le récit s’ouvre sur un rendez-vous de bistrot où le bref dialogue pose la trame de l’histoire. Et il n’y a pas que des références à « La voiture immergée » : par exemple lorsque Jacques Gipar se déguise en électricien de l’EDF (gaz & électricité français) pour s’introduire chez le suspect, la scène fait allusion à une similaire de Gil Jourdan dans « Patée explosive ».

    « Le trésor de Noirmoutier » situe son action en 1956, tandis que Maurice Tillieux réalisa son Gil Jourdan en 1958. Les deux histoires exploitent la singularité du passage du Gois, une route de plus de quatre kilomètres de long reliant la côte française à l’île de Noirmoutier, et submergée par la mer à marée haute. Honnêtement cet album est réussi, même s’il n’égale évidemment pas Tillieux. Mais on est loin du fiasco lamentable des « Camions du diable », la reprise du Marc Jaguar créé par Tillieux avant Gil Jourdan, et à laquelle s’était risqué le même dessinateur, Jean-Luc Delvaux. Il était alors complètement à côté de la plaque et de l’esprit de l’original. Voici qui est rattrapé pour les nostalgiques dont je suis, avec un scénario qui tient la route malgré quelques petites faiblesses dont la répétition redondante du passage de justesse à la marée montante. Une mention particulière pour les couleurs chatoyantes des carrosseries de voitures.