Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

A u sommet de sa notoriété, Albert Londres n'aspire qu'à prendre un repos bien mérité en écrivant ses mémoires et profiter de ses futurs petits-enfants. Avant cette retraite, l'écrivain reporter a une dernière enquête à mener. Suite à la réception d'un câble provenant d'une vieille connaissance en Chine, l'homme décide d'embarquer pour revenir sur des terres qu'il connaît bien. S'il feint d'y aller pour couvrir le conflit sino-japonais, peu de monde est dupe sur ce qu'il prépare : une nouvelle grande enquête. Sa fille, comme ses amis, n'en sauront pas plus, mais il le promet, il sera de retour dans quelques mois. Ce voyage attire les regards de bien du monde et Albert va se retrouver surveiller de toute part...

Pour son deuxième scénario de bande dessinée, Frédéric Kinder a décidé de jouer avec les angles morts d'un mythe. Albert Londres représente en effet le prototype du journaliste engagé, prêt à courir le monde pour dénoncer les inégalités, couvrir les conflits les plus éloignés ou raconter le calvaire d'une minorité. De 1914 et le bombardement de la cathédrale de Reims à la fin des années 1920 et les Balkans, en passant par l'exploitation des Africains au Congo, la Russie bolchévique, le tour de France, les asiles psychiatriques hexagonaux, les prostituées françaises en Argentine, les bagnes de Cayenne, la montée de l'antisémitisme en Europe entre deux guerres, l'éveil de l'Inde ou la bande à Bonnot, le CV est impressionnant.

Autant craint que reconnu, l'homme à la plume acerbe a vécu une fin entourée de mystère. Et c'est dans cette brume que le scénariste s'engouffre pour construire son déroulé. Le parti pris des auteurs est clair dès le titre de leur album : leur héros dérange et devra être éliminé. Pourtant, même si l'issue est connue, ils parviennent à entretenir le suspense en jonglant constamment avec les faits avérés et les rebondissements. Mêlant habilement vérité historique et fiction, ils raccordent leur trame au contexte de l'époque, posant même les jalons des guerre de l'opium à venir. Grâce à une mise en page sobre et efficace, Borris rend chaque séquence claire et garantit l'immersion. Dans un style original, l'artiste imprime de belles ambiances à ce thriller passionnant tout au long de sa centaine de planches.

Prenant, mené tambour battant, Albert Londres doit disparaître offre une vision fictionnelle et romanesque de la fin d'une légende du journalisme. Les auteurs livrent ainsi une histoire crédible à défaut d'être véridique, mais l'essentiel est bien là : un album qui se lit d'une traite et donne envie de redécouvrir un homme hors norme.

Lire la preview.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Albert Londres doit disparaître

  • Currently 4.17/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 19/05/2022 à 23:29:15

    A partir du 21 septembre 1914, Albert Londres se fait une solide réputation avec son article sur la cathédrale de Reims brûlée par les Allemands. Il va mener des enquêtes qui vont faire date un peu partout dans le monde, mais aussi en France.
    Au cours de son séjour en Chine en 1923, il fait la connaissance de monsieur Pou qui est son interprète sur place.

    Décembre 1931.
    Albert Londres reçoit un télégramme bien inquiétant envoyé par monsieur Pou qui laisse entendre qu’une affaire très grave se déroule en Chine… Et il n’entend pas par là le conflit sino-japonais… Sa curiosité étant piquée au vif et voulant terminer sa carrière par un dernier reportage sensationnel, Albert s’embarque sur un bateau. Un journaliste politique d’un journal au bord de la faillite est chargé de le suivre à la trace et de découvrir ce qui le conduit dans cette Chine en guerre contre le Japon. Connaissant la réputation d’honnête homme d’Albert Londres y aurait-en France des gens très bien placés qui craindraient de se trouver empêtrés dans un scandale pas joli-joli ?

    Critique :

    Ce roman graphique repose en grande partie sur le livre de Pierre Assouline « Albert Londres, vie et mort d’un grand reporter 1884-1932 ». L’histoire de cette dernière enquête d’Albert Londres se prête à merveille aux thèses d’un grand complot car pas une bribe des articles du grand journaliste ne nous est parvenue. Albert Londres va périr dans le naufrage du paquebot Georges Philippar, un paquebot moderne et luxueux (pour ceux qui étaient en Première Classe). La thèse officielle fut celle d’un court-circuit électrique qui provoqua l’incendie du bateau qui était construit en grande partie en bois. Albert Londres ne fera pas partie des survivants… Plus étonnant, il avait confié à un couple d’amis, Alfred et Suzanne Lang-Willar des parties entières de ses articles, et… Ne divulgâchons point l’histoire !
    Si la thèse de l’accident est tout-à-fait vraisemblable, les événements se prêtent parfaitement à une disparition orchestrée d’un journaliste parti en Chine sans en avoir donné le motif à personne, pas même à sa fille, et sans y avoir été envoyé par aucun journal. Comme la Chine en 1932 était au centre d’un tas de trafics qui rapportaient des fortunes à ceux qui les organisaient, il est tout-à-fait possible qu’on ait voulu faire disparaître le trop curieux journaliste qui a passé plusieurs mois sur place, voyageant un peu partout et disparaissant même pendant un mois.

    Voilà une bande dessinée historique où les auteurs prennent clairement position pour susciter l’intérêt du lecteur, alors que d’autres auteurs ont défendu la thèse de l’accident. Allez savoir !
    Il nous reste une bande dessinée très bien construite et pleine de suspense.