Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

D essinateur judiciaire, Benoit Peyrucq est accrédité pour couvrir le procès des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper cacher. Il y observe des hommes et des femmes accusés d’avoir collaboré à l’assassinat de polémistes qui s’exprimaient, eux aussi, avec leurs pinceaux. Profitant d’une perspective exceptionnelle sur la procédure, son travail est vendu à la presse française et étrangère. Le journaliste a réuni une partie de sa production dans Les Carnets de Charlie ; au fil des pages, il présente avocats, juge, jurys, greffiers, cadreurs (étant donné son importance historique, la cause est filmée, ce qui est rare) et même ses confrères.

Le livre est essentiellement constitué d’images accompagnées des mises en contexte du chercheur Antoine Mégie. Ces notes, généralement brèves, sont toujours éclairantes. L’observateur commente également la pratique de l’artiste, notamment la difficulté de transposer certains épisodes et la fatigue accumulée au terme d’un marathon de dix semaines.

Souvent réalisées dans l’urgence, les illustrations vont du simple premier jet au portrait achevé mis en couleurs sur place. En quelques minutes, le physionomiste rend compte d’une ambiance ou une émotion… malgré les masques et les écrans (puisque la COVID sévit). L’éditeur a retenu des dessins captés à différentes étapes de leur réalisation et s’assure ainsi que l’album affiche l’authenticité d’un cahier de croquis où la figure peaufinée côtoie l’ébauche non aboutie.

Une représentation n’est jamais neutre. Pendant un interrogatoire d’une heure, il se passe beaucoup de choses, mais un seul moment, fugace, sera consigné : Les bras croisés en signe de fermeture ? Le dos vouté traduisant l’abattement ? Le regard franc et arrogant? Le représentant des médias a la responsabilité d’effectuer un choix et de déterminer l’image reprise par les journaux et les bulletins de nouvelles du lendemain. Neutralité journalistique oblige, son point de vue ne transparaît jamais.

Une vision, de l’intérieur, d’un procès historique se déroulant sur fond de pandémie.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les carnets de Charlie

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.