Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Movie ghosts 1. Sunset, et au-delà

09/06/2022 750 visiteurs 7.0/10 (1 note)

J erry Fifth est détective privé à Los Angeles. Comme tous ses confrères, il traque les amants, retrace les enfants illégitimes et cherche les personnes disparues. Rien de bien exceptionnel. Il a toutefois un talent méconnu : il communique avec les célébrités mortes. Bien qu’elles demeurent dans un monde parallèle, elles confient au privé des missions dans le réel. Les âmes souhaitent alors soulager leur conscience, retrouver la passion ou réécrire des passages peu glorieux de leur vie.

L’enquêteur constitue une figure galvaudée à laquelle est généralement associé un tas de clichés (mal de vivre, solitude, whisky, cigarette, etc.). Dans Movie Ghosts, le personnage créé par le prolifique Stephen Desberg (qui a maintes fois fait ses preuves en matière d’énigmes, par exemple dans La Vache, Mic Mac Adam ou encore Tif et Tondu) est tout cela. La touche de fantastique ajoute toutefois une dimension inusitée alors que deux réalités habituellement distinctes trouvent un point d’interconnexion.

L’album s’articule autour de trois anecdotes d’intérêt inégal. Une première, plutôt linéaire, permet d’établir le profil du protagoniste ; une seconde explore une avenue inattendue et creuse davantage sa psychologie. Le récit prend toute son ampleur dans la troisième histoire, laquelle aborde le maccarthysme, une chasse aux sorcières ciblant les communistes qui a ébranlé Hollywood au début des années 1950.

Au-delà de la trame policière, le projet propose une réflexion sur le souvenir et le pouvoir. Issus d’un univers où ils maîtrisaient le narratif (à l’écran et dans leur vie), les défunts ne sont plus que les spectateurs de ce qui reste d’eux dans la mémoire collective. Grâce au don du limier, ils ont enfin la chance d’apporter des retouches à leur légende et de contrôler ce que la postérité retiendra d’eux.

Avec son trait réaliste, Attila Futaki (Hypnos, Le tatoueur, L’ange de Budapest) adapte en images le scénario, un peu comme s’il s’agissait d’un polar tourné au milieu du XXe siècle. Le héros respire l’assurance, ses clientes apparaissent magnifiques et les bagnoles obèses. Chaque séquence est composée d’une multitude de plans très brefs, agencés de façon à créer des planches aux compositions toujours surprenantes. Reposant sur des teintes foncées, la mise en couleurs, sobre et sombre, est en adéquation avec le propos.

Une excellente idée. Reste à voir comment tout cela se conclura dans le deuxième tome.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Movie ghosts
1. Sunset, et au-delà

  • Currently 3.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 01/05/2022 à 15:09:22

    Los Angeles (USA).

    Je me nomme Jerry Fifth. Je suis ce qu’on appelle un « privé ». Je souffre d’acouphènes. Du moins, c’est ce que je croyais jusqu’à ce qu’un soir, dans un bar où j’attendais une femme qui n’est jamais venue, j’engageai la conversation avec un type qui ne buvait pas et parlait à des gens qui ne l’écoutaient pas. Il s’appelait Cornell. Il me dit, sans rire, que les voix que je croyais entendre étaient celles de fantômes… Oui ! Vous avez bien entendu ! Des voix de fantômes ! Des morts qui ne sont pas encore partis parce qu’ils s’accrochent ne voulant vraiment quitter ce monde qu’après avoir résolu ce qui les tracasse… Complètement barjot, n’est-ce pas ? Puisque j’avais ce don d’entendre les voix des morts, il décida de m’engager pour élucider la disparition de celle qui fut une célèbre vedette, elle avait son étoile sur le boulevard, et son le corps ne fut jamais retrouvé. Il était prêt à me payer une fortune pour que j’élucide sa disparition…

    Critique :

    D’habitude assez peu porté sur les fantômes, esprits et autres revenants, il a fallu toute la force de conviction de Gilles pour que j’achète cette bande dessinée. En regardant les dessins et les couleurs, je me disais qu’à défaut d’un scénario intéressant, j’aurais tout de même un livre d’art à me glisser devant les yeux car il faut bien reconnaître que le Hongrois Attila Futaki a un style unique où pratiquement chaque image est un tableau méritant un agrandissement pour être exposé.

    Bon, mais quid du scénario ? C’est très perturbant… Stephen Desberg rend petit-à-petit crédible cet univers où les fantômes sont perçus par le héros, Jerry Fifth, qui, lui, fait partie des vivants ! Il progresse dans son enquête grâce aux informations que lui rapporte son client… Mais peu à peu, notre brave détective commence à percevoir les fantômes, et ceux-ci lui confient des missions. Comme ils ne peuvent payer en monnaies sonnantes et trébuchantes, ils lui promettent de lui donner, en échange, des informations sur la disparition de ses parents que Jerry n’a jamais connus.
    Notre détective va connaître le grand amour avec… Oh, là ! C’est l’heure du thé ! Veuillez m’excuser, mais même si ce n’est pas ze Queen Elisabeth qui m’invite, ce serait grossier de ma part de la faire attendre…