Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

D e Sommet de la Terre en COP, rapport du GIEC après rapport du GIEC, inondations catastrophiques, incendies géants et autres calamités «du siècle», la réalité des changements climatiques devient de plus en plus tangible, mortelle et coûteuse. Les écoanxieux sont en PLS, les jeunes exigent de l’action et, sauf pour quelques dinosaures restés coincés à l’époque des Trente Glorieuses, la classe politique semble enfin s’intéresser au futur de la planète. Ouf, ce n’est pas trop tôt. Ou est-ce déjà trop tard ? Et d’ailleurs, que cachent les dernières inventions des pro de la communication et du greenwashing ? Croissance vertueuse ou décroissance ? Économie circulaire, recyclage, agriculture régénérative ? Que faire ? Qui croire ?

Après Le monde sans fin (Dargaud, 2021), la somme signée Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici qui mettait en relief l’aspect énergétique de la crise environnementale actuelle, Anthony Auffret propose un exposé axé sur l’économie du sujet de l’heure. Les solutions existent, mais dans un monde aussi interconnecté que le nôtre, aucune d’entre elles n’est vraiment miraculeuse. C’est ainsi que pourrait se résumer Le mirage de la croissance verte.

Thème complexe, bourré de notions contre-intuitives, de «vérités» et de mythes profondément ancrés dans les psychés, les réformes nécessaires des modes de production et de consommations ne sont pas d’une approche facile. La première prouesse de l’auteur a donc été de rendre ce maelström d’informations compréhensible et accessible. Sur ce point, la mission se montre réussie. Définitions claires, exemples frappants et explications pertinentes, les nombreux messages passent. C’est peut-être le plus important.

Sur le plan BD, le résultat est plus mitigé. Pour faire simple, l’utilisation spécifique du Neuvième Art ne s’avère finalement guère visible ou cruciale. Le trait sympathique et les personnages amusants ne sont pas en faute. Malgré la densité et la complexité du discours, les planches demeurent parfaitement lisibles. Simplement, à part aérer la narration et distiller une dose d’humour, les illustrations n’apportent aucune réelle plus-value. En gros, tout le contenu passe par le texte et les dialogues et quasiment jamais par l’image. Purement illustratives, celles-ci ne servent finalement qu’à répéter ce qui est discuté autour d’elles.

Excellent exercice de vulgarisation, Le mirage de la croissance verte est une lecture passionnante et crispante à propos de nos excès et des limites de nos bonnes actions. Quel dommage cependant que la richesse du matériel présenté ait pris le dessus. Découpage sans saveur et mise en page générique, le plumage ne vaut pas le ramage malheureusement.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Le mirage de la croissance verte

  • Currently 2.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.