Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Le lait paternel 1. Livre 1 : Les errances de Rufus Himmelstoss

02/05/2022 1701 visiteurs 7.0/10 (1 note)

I mpatient, grognon et absent, Victor sait bien qu’il pourrait faire mieux pour son gamin et sa femme. Il faut dire qu’il n’a pas bénéficié d’un très bon exemple. Son géniteur, Rufus, était alcoolique, joueur et volage ; bref, il avait tous les défauts. Le garçon n’était âgé que de six ans quand sa mère a congédié le poivrot. Le héros ne le retrouvera qu’à son décès. Entreprenant de comprendre sa vie, il exhume celle d’un clochard. Dans un jeu de miroir alternant entre 1975 et 2005, l’un se reconnaît dans l’autre.

Le récit sans concessions aux accents biographiques d’Uli Oetterle dévoile deux êtres meurtris. Il présente un fils à la dérive se désolant de ne pas avoir eu de modèle paternel adéquat, tout en constatant qu’il reproduit assez fidèlement la dynamique familiale. Privilégiant un ensemble de scènes généralement courtes et toujours significatives, le scénariste impose un rythme syncopé et évite ainsi de tomber dans un excès de pathos. Au final, le personnage principal pose un regard presque clinique sur le parcours de son père, mais surtout, sur le sien.

L’histoire se veut également celle d’une époque où les esprits et les corps se libèrent ; pour le meilleur, et parfois, pour le pire.

Le dessin évoque un peu celui de Zanzim ou encore de Kerascoët, à cette différence qu’il est en bichromie. Le noir est accompagné de sépia pour illustrer les années 1970 et de mauve trois décennies plus tard. Le trait, simple et efficace, fait place à de larges aplats et se révèle des plus agréables. Les décors, discrets, voire inexistants, s’en tiennent à l’essentiel. Il suffit souvent de peu de choses pour caractériser une période, par exemple un papier peint affichant de grands cercles ou l’esquisse d’une voiture.

Un propos cru, dur et troublant. L’artiste aura-t-il une épiphanie après cette rencontre posthume ? Le lecteur le découvrira dans le deuxième tome de cette série annoncée en quatre.

Par J. Milette

Cette version audio de la chronique vous est proposée par BLYND.

Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le lait paternel
1. Livre 1 : Les errances de Rufus Himmelstoss

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.