Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Celle qui parle

22/04/2022 2390 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

P erchées dans des arbres, des femmes attendent. Elles guettent le départ des Mexicas venus pour prélever leur habituel tribut sur la récolte et capturer de futurs sacrifiés. Parmi les villageoises cachées, Malinalli ne se rappelle que trop bien le dernier passage de ces puissants voisins qui ont asservi Oluta et de leurs mots menaçants. Cependant, le danger va venir d’ailleurs. Une nuit, l’adolescente est enlevée, réduite en esclavage, puis vendue à un chef maya. Terrorisée, elle doit affronter un autre peuple et tenter de survivre, en commençant par apprendre l’idiome de ses nouveaux maîtres. Huit ans plus tard, les capacités de la jeune fille l’aideront à affronter un danger surgi d’au-delà des mers : des hommes blancs carapaçonnés de métal et s’exprimant dans un langage inconnu : l’espagnol.

Elle parle. Elle… Malinalli. Ou Malintzin, Malinche, Marina, selon les langues des peuples qu’elle a côtoyés, à l’aube du XVIe siècle. Figure de la conquête du Mexique, elle a officié comme interprète et joué un rôle essentiel dans la rencontre de deux mondes qui s’ignoraient auparavant. Alors que Gonzalo Suárez et Pablo Auladell en ont livré une approche aussi intense qu’onirique dans Le Rêve de Malinche, paru il y a quelques mois aux éditions de la Cerise, Bamboo vient d’éditer, dans sa collection Grand Angle, l’épais album qu’Alicia Jaraba Abellán (Les détectives du surnaturel, L’Onde Dolto) consacre à cette femme.

L’artiste ibérique s’attache aux pas de son héroïne, en adoptant ce qui aurait pu être son point de vue et ses motivations. Son récit débute par une scène située quelque part à l’orée d’une forêt luxuriante en 1519, pour ensuite repartir en arrière, en 1511, avant de dérouler les péripéties qui ont conduit Malinalli jusqu’à sa rencontre avec Hernán Cortés. Pour aborder cette histoire, l’autrice choisit d’axer son propos sur ce qui caractérise la principale protagoniste : ses connaissances linguistiques, du dialecte popoluca (sa langue maternelle) au castillan, en passant par le náhuatl et le chontal. Un savoir qui devient, en pratique, un véritable moyen de survie. Avec intelligence, l’autrice dévoile les apprentissages successifs de la jeune Amérindienne et son parcours semé d’obstacles et de doutes. Elle dépeint une personnalité à la fois attachante, imprégnée d’une forte volonté, mais aussi marquée par ce qu’elle vit ou subit dans un contexte historique et régional aussi riche que complexe. À ce sujet, Alicia Jaraba Abellán parvient à bien restituer tant la mainmise des Mexicas (les Aztèques), la crainte que ceux-ci suscitent, les relations inter-tribales que certaines pratiques culturelles et sociétales. L’arrivée des conquistadors espagnols et son impact sur les populations locales sont également mis en lumière judicieusement, ainsi que les premières récriminations autochtones contre celle qui a pu être vue comme une traîtresse.

Par ailleurs, la bande dessinée se pare d’accents féministes en soulignant les amitiés développées par Malinalli avec ses consœurs et en montrant sans fard les abus dont celles-ci sont les cibles. Il est dommage que cela vire à la leçon sur le consentement – surtout au regard de l’époque -, toutefois, l’intention reste honorable et d’actualité. Cela est d’autant plus vrai que l’autrice ne prétend pas faire œuvre d’historienne et s’octroie donc quelques libertés en intégrant des éléments fictifs et romancés. Le développement des interactions entre femmes donne, à cet égard, de la matière à l’intrigue qui s’en trouve renforcée. Le ton teinté d’humour apporte une large bouffée d’oxygène, en désamorçant la noirceur de certains passages tragiques.

Graphiquement, le style de la dessinatrice se démarque par un trait léger, semi-réaliste, qui croque visages, allures et expressions. Malgré le grand nombre de comédiens, tous sont typés de sorte à les reconnaître aisément, en accentuant l’un ou l’autre détail. Le découpage est soigné, dynamique et les cadrages offrent un panel varié. Quelques vignettes, généralement en longueur servent à planter le décor et l’ambiance. Les couleurs viennent agréablement soutenir l’ensemble. De plus, le challenge de représenter la fonction d’interprète a été pleinement relevé par l’artiste : la langue inconnue est un gribouillis absorbé au fil de l'apprentissage et la traduction qu'officie Malinalli se fait par le truchement de bulles superposées. Enfin, pour ne pas perdre le lecteur, chaque chapitre comporte une carte montrant précisément où se déroule l'action, ce qui permet de se faire une bonne idée des allers et venues de l'héroïne.

Doté d'un scénario maîtrisé et d'un dessin qualitatif, Celle qui parle se révèle une lecture des plus plaisantes, en offrant une vision pleine de vie de la fameuse Malinche.

Lire la preview.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Celle qui parle

  • Currently 4.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 25/03/2022 à 10:33:45

    La Malinche est une figure assez controversée de l'histoire du Mexique car elle a collaboré avec l'ennemi conquistador contre son peuple. Voici une œuvre qui nous livre une autre version un peu plus poussée sur les raisons qui l'ont motivé à faire ces choix parfois lourd de conséquences. A noter qu'elle assuma parfaitement son rôle.

    En effet, Doña Marina, est une Indienne qui a aidé le conquistador espagnol Hernán Cortès à défaire l'Empire aztèque en conquérant le Mexique et sa capitale Tenochtitlan. Elle lui a servi de traductrice, mais également de conseillère en diplomatie locale. D'autres disent qu'elle a également servi de maîtresse à Cortès qui fut séduit par son charme et par son caractère. Elle lui a fait un fils.

    On se rend compte que les indiens étaient très divisés et souvent assez sanguinaires avec d’énormes sacrifices pour satisfaire leurs dieux. On est loin de l'image pieuse qu'on peut se faire des indiens. La civilisation aztèque n'a pas fait dans la dentelle. Cependant, cela n'excuse en rien la colonisation espagnole. Le rôle de la Malinche aurait donc été primordial dans le succès de la conquête du Mexique. On y croise une mosaïque de peuples en conflit et un conquistador qui a mis à profit ces différents pour conquérir cet empire au nom de la couronne espagnole.

    J'ai bien aimé cette démarche de l'auteure qui nous offre un autre éclairage tout à fait pertinent par rapport à ce personnage controversé qui fut accusé de traîtrise. J'avoue que je l'ai bien aimé cette belle et intelligente Malinche qui a su dire non et s'imposer dans un monde très dur. Il faut savoir qu'elle était qu'une esclave qui fut offerte aux espagnols par le peuple Maya à leur arrivée. En dépit d’être une esclave, elle a été traitée mieux que les autres filles esclaves en raison de sa beauté et de son intellect supérieur à la moyenne.

    La Malinche s’est vite révélée très utile à Cortés, car elle a pu l’aider à interpréter le nahuatl, la langue du puissant Empire aztèque. Cette œuvre est justement basée sur les mécanismes du langage. Il y a manifestement un fort accent que l’auteure a mis sur cet aspect assez intéressant. Cela m'a fait penser au film « Premier contact » de Denis Villeneuve où il s'agit de contacter une linguiste recrutée par l'armée pour établir le contact et connaître leurs objectifs.

    J'avais lu par le passé son histoire un peu romancée dans la série de Jean-Yves Mitton à savoir « Quetzalcóatl ». A travers le destin exceptionnel de cette jeune Aztèque, c'est toute la période de la colonisation du Mexique qui est dépeinte. Elle a également été source de respect et d’admiration, et des mouvements féministes des années 1960 au Mexique se sont inspirés de cette figure historique.

    Un mot sur le dessin pour dire qu'il est excellent ! C'est un dessin avec de magnifiques couleurs, de belles planches chaudes et pleines de vie et personnalité, où le soin est apporté tant à l'expressivité des personnages qu'au soucis du détail et des décors. Rien que pour son aspect visuel, cette BD est un coup de cœur et donne véritablement envie de se plonger dedans.

    J'ai aimé la densité de ce récit où il se passe beaucoup de choses. L'histoire est d'ailleurs racontée avec une grande maîtrise. J'ai grandement apprécié également l'originalité de la démarche de l'auteure. Cette BD est une manière motivante de découvrir le parcours d'une femme exceptionnelle. C'est réellement un très bel ouvrage biographique qui rend un superbe hommage à cette figure de l'histoire du Nouveau Monde.