Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L e 4 mai 1897, les flammes rasent le Bazar de la charité. En quelques heures, plus de cent vingt personnes décèdent, d'autres sont défigurées. Paris n'a pas oublié le malheureux fait divers, probablement parce que l'œuvre de bienfaisance était animée par le gratin de la capitale. C’était l'endroit où être vu et nouer des relations, d’où d’âpres luttes pour obtenir la charge de l’une des vingt tables.

Au-delà d’un épisode funeste, La part des flammes raconte un milieu social et une époque à travers l’histoire de Constance d'Alençon. Celle qui hésitait entre le voile de la religieuse et celui de la mariée devra dorénavant composer avec un visage altéré. Son fiancé, journaliste et riche héritier, est quant à lui accusé d'avoir sauvé sa peau au mépris de celles des autres. En fait, l’événement a un impact significatif sur toute la haute société parisienne.

Dans son adaptation du roman de Gaëlle Nohant, Didier Quella Guyot présente une héroïne condamnée à passer sa vie dans des cages dorées : famille, religion, bientôt mariage, puis clinique, puisqu'elle souffre, paraît-il, d'hystérie. En cela le récit peut-être compris comme une réflexion sur la condition féminine. Les personnages les plus forts de cette aventure demeurent du reste les femmes et ce sont elles qui permettent à la protagoniste de s’évader de sa prison médicale ; cela dit, dans ce scénario, les principales figures de l’oppression, à savoir le couvent et le matriarcat, sont du même sexe.

Le feu se veut destructeur, mais il peut aussi évoquer la purification et le renouveau. Le sinistre coïncide d’ailleurs avec le début d’un temps nouveau. Le siècle à venir s’affirmera comme celui de l’émancipation des dames, tout comme il favorisera davantage d’égalité socioéconomique.

Wyllow propose un dessin réaliste un peu froid et le lecteur a du mal à lire les émotions des acteurs alors que leurs traits apparaissent étrangement lisses. Les victimes conservent leur beauté, leurs cicatrices sont pudiquement signalées par de petits picots rouges. Il en va de même des décors, eux aussi très propres, y compris quand un bâtiment vient d'être ravagé.

Une époque, vue à travers la lorgnette des préoccupations et de la superficialité des nantis.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La part des Flammes

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    JohnSheldrake Le 09/04/2022 à 13:21:16

    La part des flammes, c’est un mélo avec pour toile de fond le terrible incendie du bazar de la charité, qui bouleversa le Paris de la fin du XIXe siècle. Malheureusement l’album souffre d’un scénario (une adaptation de roman) faiblard et de dialogues assez plats. Du côté des dessins ce n’est pas mieux. Des personnages qui se ressemblent un peu trop et que l’on confond et des scènes d’action qui manquent de dynamisme. C’est dommage, on devine qu’il y avait mieux à faire avec cette histoire.