Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Lord Gravestone 1. Le Baiser Rouge

18/04/2022 997 visiteurs 2.0/10 (1 note)

L a destinée de Sir John Gravestone est marquée par la Bête. Fils d’un éminent chasseur de vampire tombé au combat, il s’est juré de venger son père. Dans l’autre camp, chez les succubes, personne n’a oublié cette famille non plus. Serment, dette d’honneur et mission sacrée, le sang a coulé et continuera de couler sur le pavé et la lande anglaises.

Valeurs sûres de l’épouvante, les vampires font de formidables adversaires, ce n’est pas Bram Stocker et ses innombrables suiveurs qui vous diront le contraire. La nature de cette mythologie étant largement connue de tous, la tâche des nouveaux venus est de trouver une manière et une approche originale pour surprendre et convaincre. Jérôme le Gris a choisi de camper son récit au début du XIXe siècle, soit avant Dracula et le règne de Victoria. Idée intéressante qui permet de se libérer de quelques clichés historico-dramatiques. Par contre, sur le fond, le scénariste se montre malheureusement moins inspiré et sa fable familiale alambiquée s’enlise invariablement dans un lot conséquent de poncifs. Personnages stéréotypés jusqu’au dernier bouton ou jupon, envolées et implications au lyrisme démesuré, abus de retours en arrière plus maladroits qu’explicatifs, duels poussifs et inévitables scènes de sexe faussement osées, vraiment rien n’est épargné au lecteur.

Un énorme soupçon d’Enrico Marini et d'Alex Alice, ce qu’il faut de Mathieu Lauffray, un découpage virevoltant à donner la nausée et une mise en couleurs précises pour maintenir la lourde ambiance obligatoire, Nicolas Siner fait dans le connu et cherche l’efficacité en permanence. Chaque trait, case ou attitude se doit d’asséner un message sans laisser planer aucune équivoque. Tout est appuyé, sous- et sur-ligné, puis passé au Stabilo© noir afin de ne laisser aucun doute sur le déroulement de l'action et les sentiments des protagonistes. Les amateurs de gros sons et de roulements de tambours accompagnés de cuivres rugissants en auront pour leur argent, ceux qui préfèrent la suggestion et les nuances, un peu moins.

Grosse machine formatée cent pour cent blockbuster aux ressorts éprouvés (et fatigués), le premier tome de Lord Gravestone déçoit. Trop engagé dans une voie déjà tellement arpentée, il n’arrive pas à sortir des ornières et s’enlise petit-à-petit dans un grand guignol gênant et finalement triste.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
2.0

Informations sur l'album

Lord Gravestone
1. Le Baiser Rouge

  • Currently 4.24/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (17 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 14/04/2022 à 23:26:14

    Bonne surprise que ce tome 1 !
    Dans la lignée d'un "Troisième testament", qui avait inventé un genre, la "Catholique fantasy".

    C'est beau, c'est épique, il y a des personnages forts et des dessins sublimes, des ambiances de dingue et une fin qui créé l'attente et l'incertitude quant à la suite des évènements.

    La couverture est finalement moins forte et moins intéressante que le contenu, ce qui est une très bonne chose. Vivement la suite !