Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

P arfois, un livre vous prend par surprise.

Ni la couverture, ni le titre ne vous séduisent plus que cela.

Le thème vous laisse aussi circonspect. Philippe Dupuy, devenu père sur le tard, dialogue avec son fils d'une petite dizaine d'années. Au travers de ces saynètes, l'auteur parle de son rapport à la paternité, de l'art, de leur vie, du monde qui l'entoure, de ses angoisses face au monde qui attend Hippolyte.

Les dessins du père et du fils se complètent et se répondent. Le trait naïf et enthousiaste d'un enfant contraste joliment avec celui faussement jeté et nonchalant de l'adulte. Des toiles célèbres sont recréées pour composer une sorte de musée personnel et vivant.

Vous craignez un album sans grand intérêt, sorte de journal intime d'un bobo qui, du haut de sa tour d'ivoire, assène sa vision du monde comme si elle tenait de l'évidence.

Vous êtes convaincu que c'est comme cela qu'il sera reçu par beaucoup de lecteurs. Disserter des méfaits écologiques de surconsommation en sirotant un coca dans un hôtel de luxe à Taïwan semble bien futile et éloigné de votre quotidien.

Malgré tout, au fil des pages, vous vous sentez happés par une petite bulle d'intimité. Vous assistez à quelques instants capturés, éphémères comme des bulles de savon. Egotrip ou sincérité désarmante ? Chacun y verra ce qu'il veut. Pourtant, cette exploration de la paternité et d'une famille heureuse (car Loo Hui Phang, même si discrète, est bien présente au fil des pages, témoin et actrice de ce cocon familial) semble arriver à point nommé.

Peut-être que ce petit mirage de bonheur est nécessaire en cette période d'incertitude.

Sans doute est-il indispensable de s'émerveiller devant des œuvres d'art, qu'elles soient classiques ou contemporaines, pour se souvenir de l'importance du beau.

Et, par les temps qui courent, il convient de se rappeler que le bonheur est personnel avant d'être collectif.

En refermant ce livre d'un auteur qui fait preuve d'un égocentrisme flagrant, vous pourriez être amené à penser qu'un peu d'égoïsme est parfois nécessaire et que cela fait du bien.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Mon papa dessine des femmes nues

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.