Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

P our certains, la vie est une jungle. Pour Emmanuel Moynot, ça ce serait au Serengeti que tout se décide. Le berceau de l’Humanité, les premiers hominidés, l’origine des hommes, depuis la découverte de Lucy : c’est par là que tout aurait commencé, aiment à rapporter les archéologues. Ce n’est pas exactement le propos de La philosophie dans la savane, l’étrange projet de l’auteur de No direction.

Pamphlet sur fond de philosophie et de fin des temps spéculatifs, l’ouvrage parle plus d’un crépuscule que d’un commencement. Rassemblés dans le plus simple appareil au sein d’une réserve naturelle spécialement créée pour eux, les penseurs (de Platon à Foucault en passant par Spinoza, Marx ou Sartre, ils ont tous répondu présents) s’ébattent et débattent au milieu des hautes herbes. Ils s’imaginent en sécurité, mais des braconniers ont déjà entamé leur traque. Peut-on encore discourir et être entendus sans risquer sa peau ? Oui, non, pourquoi et comment. Ce ne sont pas les interrogations et les doutes qui manquent. D'ailleurs, un dernier colloque est prévu autour d’un point d’eau en début de soirée. Les pour, les contre et les peut-être arriveront-ils à accoucher de nouveaux préceptes sous l’arbre à palabres ? Le lieu et l’heure sont également connus des chasseurs de trophées et des autorités… La réflexion et le débat pourrait bien se transformer en sports extrême.

Si Moynot s’en tire avec une série de pirouettes et énormément d’humour noir (cf. la postface savante de Julie Cloarec-Michaud), il fait surtout preuve d’un terrible pessimisme sur la nature de ses contemporains. Post-vérité, fake-news et complotisme, personne ne peut vraiment lui en tenir rigueur. Les faits sont là et, comme pour les forêts primaires, la raison critique disparaît un peu plus tous les jours. Direct et droit dans ses bottes, l'auteur présente un album décalé jusqu'à l'absurde – tant visuellement que narrativement – mêlant sincérité et mélancolie profonde.

Version redux et hardcore de l’agrégation de philo, une approche sans concession menée par l’extravagant et la colère, puis résolue de la même manière, La philosophie dans la savane est une proposition indéfinissable qui prend aux tripes (ce n’est pas Nietzsche qui dira le contraire).

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La philosophie dans la savane

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.