Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Les portugais

03/03/2022 1259 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

A oût 1973. Caché dans le coffre d’une voiture, Mario arrive en France. Le Portugais fuit la conscription imposée par son pays empêtré dans une guerre coloniale en Angola. Il rencontre rapidement Nel et Zé, avec qui il prend la direction de la capitale, où il se déniche un emploi de maçon. Il vit dans un bidonville avec quelques dizaines de compatriotes. Petit à petit, il se construit une nouvelle vie. Puis il y a la jolie Eva.

À travers le portrait d’un personnage, Olivier Afonso raconte l’odyssée de sept cent mille clandestins ayant suivi le même chemin entre 1957 et 1974. Le protagoniste n’a rien de particulier ; cette banalité fait d’ailleurs son intérêt et le rend attachant. Le scénariste le dépeint dans une sorte de tiers-monde avec ses taudis, patrons retors et policiers corrompus. Mais, loin de se complaire dans un narratif misérabiliste, il insiste plutôt sur la solidarité, la tendresse et l’amour. Et au final, comme dans les contes de fées : ils se marièrent et eurent un enfant (ou plus, l’histoire ne le dit pas).

Et si ça se trouve, le héros est aujourd’hui un vieux monsieur sympathique comme tout et fier de son fils lorsqu’il a passé son bac. Il a probablement tendance à s’endormir devant la télé, mais pas quand le bulletin de nouvelles présente un reportage sur la jungle de Calais.

Le dessin charbonneux de Chico s’apparente à ceux d’Olivier Jouvray, Christophe Blain ou encore Manu Larcenet. Son trait, un peu hésitant, voire imprécis, colle bien à l’état d’esprit de ces expatriés qui se réinventent loin de chez eux. Les illustrations sont rehaussées par les couleurs terres de Lou, lesquelles donnent au récit un air de western, en banlieue de Paris, il n’y a pas si longtemps que cela.

Une chronique douce, et un peu amère.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les portugais

  • Currently 4.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Gritchh Le 02/07/2022 à 09:25:39

    A travers les péripéties de Nel et Mario, deux jeunes Portugais immigrés clandestins en France en 1973 pour échapper au dictateur Salazar et à la guerre en Angola, les auteurs nous racontent la période pendant laquelle le Portugal a connu l'exode la plus massive de son histoire. Le seul horizon de ces migrants était le travail sur les chantiers du bâtiment et la vie dans les bidonvilles.

    Le dessin de Chico est "brut de décoffrage", ce qui est finalement tout à fait adapté. Le scénario d'Olivier Afonso est remarquable, d'une part parce que les notes historiques sont rares et discrètes, et d'autres part parce qu'il est impossible de reposer la BD avant de l'avoir terminée.