Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L'enfer pour aube 1. Paris Apache

28/02/2022 2928 visiteurs 7.4/10 (5 notes)

P aris, 1903. En ce début de XXe siècle, la Capitale connaît un mini-âge d’or qui sera connu plus tard sous le nom de Belle Époque. Dans la réalité, c’est une ville qui peine à se sortir du XIXe siècle, il y a des chantiers partout – celui des lignes de métro tout particulièrement -, la société est divisée comme jamais et l’insécurité règne en maîtresse dès que le soleil se couche et que les Apaches sortent de la Zone… Heureusement, jusqu’à présent la police arrive à maintenir un semblant d’équilibre. Une série de meurtres affreux vient bouleverser la situation. Des bourgeois et des élus sont exécutés dans des attentats de grandes ampleurs. Certains pensent aux anarchistes, d’autres à une bande spécialisée… Pour l’inspecteur Gosselin, les indices ne pointent pas dans cette direction, il doit plutôt s’agir d’une sorte de vengeance. Pourquoi ? Comment ? Sa théorie ne convainc pas sa hiérarchie qui préfère voir là l’œuvre de criminels simplement plus audacieux qu’à l’habitude.

Avec L’enfer pour Aube, c’est sous l’égide de Victor Hugo que Philippe Pelaez et Tiburce Oger proposent un polar noir tout en ambiance. Cette fiction ultra-documentée (cf. le dossier en fin d’ouvrage) mettant en scène une Ville lumière charbonneuse a été construite à partir d’une foule d’anecdotes historiques plus ou moins réarrangées. Si l’heure de Fantomas n’est pas encore arrivée et que Rocambole est déjà sorti des mémoires, les fantômes de La Commune pourraient bien en profiter. Piochant autant dans les romans populaires que dans la littérature sociale (Zola n’est pas loin), le scénariste a habillé une intrigue policière classique d’une multitude de couches narratives percutantes et inspirées. Le résultat est riche, dense et habité. Certes, il n’évite pas quelques poncifs ici ou là et s’autorise une ou deux facilités afin de faire avancer les choses. Pour autant, c’est de bonne guerre. SF, aventure ou enquête, dans tous les genres, il y a des passages obligés et des codes à suivre.

Buffalo Runner, Ghost Kid et le récent tour de force Go West Young Man, tout le monde pensait que Tiburce Oger était passé à l’Ouest. C’était une ruse (de Sioux). En fait, il cachait son jeu et sa recréation du Paris 1900 prouve qu’il est encore bien attaché à la vieille Europe. Plus proche d’un Tardi période Cri du peuple que des frères Stalner de Fabien M, sa vision de la ville est sombre et sévère. Les avenues et les ruelles grouillent de vie, mais aussi de vermines. Le dessinateur ne fait pas dans le léché ou le joli. Il préfère le vivant et le puant. Les pavés sont glissants, les ordures grasses et les hommes au bord de la rupture. Pour autant, tous les détails (décors, costumes, véhicules) sonnent juste jusqu’au dernier boulon ou revers de veston. Le tout est enrobé d’un lavis grisonnant et de quelques traînées rouge sang renforçant admirablement l’atmosphère délétère de ce véritable thriller.

Lecture immersive et prenante, L’enfer pour Aube allie une écriture inspirée totalement actuelle à une réalisation graphique de haut vol. Une très belle surprise, suite et fin dans le second tome.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

L'enfer pour aube
1. Paris Apache

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Grobool Le 04/04/2022 à 11:07:40

    Bon Album à lire. Un peu dense visuellement, Je me suis sentis perdu sur certaines cases voire planches ou j'ai du repasser pour bien percevoir les protagonistes.
    L'histoire est cependant chouette, quoi que le dénouement de ce premier tome ne nous surprend pas car, je trouve qu'on le voit arriver.
    Cependant, c'est un livre que j'aime beaucoup car il me rappelle dans une certaine mesure "Les Rivières du passé" sur un fond de "Les damnés de la Commune".
    Je trouve aussi que visuellement, cette histoire est à la croisée de ces 2 ambiances graphiques.
    Bref c'est chouette, c'est dynamique, c'est parfois dense, mais c'est intéressant et sur une période de l'histoire de France qui est politiquement bien intéressant!

    thieuthieu79 Le 20/03/2022 à 18:15:33

    Une excellente première partie qui nous emmène au cœur d'un Paris dangereux où règne l'insécurité.
    Le contexte politique sur fond de guerre apporte de la dramaturgie et de la complexité.
    Il y a quand même un bon nombre d'informations à noter, ce qui nécessite une seconde lecture, d'autant plus qu'il y a de nombreux personnages qui se ressemblent tous un peu.
    J'ai adoré la colorisation en bichromie avec la seule présence de la couleur rouge au milieu de nuances de noirs, de blanc et de gris.
    Cela permet de fixer à chaque fois l'œil du lecteur sur l'essentiel.
    Le rythme est correct et les rebondissements permettent d'apporter le suspens nécessaire pour attendre la sortie de la seconde partie.