Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

I ndia a vingt-neuf ans. Elle travaille comme enseignante, un métier qu’elle affectionne. C’est du reste avec les enfants qu’elle se sent le mieux. Elle aime Pier et le couple file un bonheur presque parfait. Tout irait pour le mieux si elle ne souffrait de crises de panique. Son conjoint et sa famille peinent à comprendre ce qu’il se passe, ses collègues réagissent mal et les parents souhaitent carrément la faire virer. Thérapie ou médicaments viendront-ils à bout de son trouble? À moins que la réponse ne se trouve ailleurs.

Brian Freschi signe un récit en trois temps. D’abord, la protagoniste évolue principalement à l’école, où elle fait face à une réprobation quasi générale. En fait, il n’y a que les gamins qui ne critiquent pas sa faiblesse. Ces derniers adorent ses contes, véritables métaphores de ses affrontements contre ses monstres et ses démons. Par ailleurs, les chapitres sont entrecoupés d’une rencontre avec un psychologue. Ces segments présentent un propos clinique éclairant les causes, les tenants et les aboutissants du mal. Au final, le scénariste livre, sans réelle subtilité, un plaidoyer pour la reconnaissance de la différence. Pour s’assurer d’être entendu, il décrit des épisodes brutaux, assez peu crédibles tellement les gens se révèlent ignobles.

Le projet permet à Ilaria Urbinati d’afficher toute l’étendue de son talent. Dans un premier temps avec des illustrations colorées où la maîtresse rayonne, en classe, à cheval sur son vélo ou au lit avec son fiancé. Le trait se montre alors léger et fluide, jusqu’à ce que survienne la crise. C’est toutefois dans les scènes où India affronte les créatures imaginaires que l’artiste se laisse vraiment aller en adoptant un style radicalement différent. Son travail, à l’encre et au lavis, se dépouille et embrasse une tonalité dramatique qui se révèle particulièrement intéressante.

Le thème de La mer verticale est l’acceptation de soi, de l’autre et de la maladie. Un tel objet pourrait facilement sombrer dans le pathos, mais les auteurs évitent cet écueil, tout comme ils s’abstiennent de dépeindre une héroïne pure et sans reproches. Ce parti-pris pour la nuance fait toute la différence.

Une arrivée convaincante pour deux nouveaux venus dans l’univers du neuvième art.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La mer verticale

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.