Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

A lberto Breccia a toujours entretenu une relation compliquée avec la bande dessinée. Au début des années septante, il a cinquante-cinq ans et déjà près de quatre décennies d'une carrière qui ne lui a pas apporté grand-chose de satisfaisant. Il continue de manger de la vache enragée. Il n'en peut plus de ces travaux de fonctionnaire qu'il accepte pour s'assurer un minimum vital et le manque de succès de ses créations les plus originales le ronge. C'est dans ce contexte qu'il rencontre un jeune journaliste et scénariste en devenir : Carlos Trillo. Pour ce dernier, c'est la rencontre presque irréelle avec un artiste qu'il vénère.

Rapidement, une relation très forte se lie entre les deux. Le plus jeune est conscient de la vitalité du média hors des frontières de l'Argentine et de la réputation de son idole à l'étranger. Une collaboration artistique se met rapidement en place. En quelques histoires courtes, Un certain Daneri ravit le dessinateur qui peut se laisser aller aux expérimentations qui le stimulent. Mais l'échec commercial est cuisant. Echaudés, les auteurs se lancent dans une série plus classique, Nadie, encore inédite en français.

En parallèle, le scénariste propose alors un autre projet. Il n'a aucun contrat en vue. Aucune contrainte ne peut donc entraver la folle énergie créative de l'artiste. De prime abord, le concept semble peu excitant, d'autant qu'il recycle des éléments familiers, évoquant par exemple Mort Cinder.

Cornélius Dark est un homme déjà vieux. Il croupit en prison. Pourquoi ? Depuis combien de temps ? Aucune réponse ne sera apportée. L'essentiel n'est pas là. Il refuse de se soumettre et a déjà tenté de s'évader à de nombreuses reprises. A chaque fois, il échoue et la sanction est systématiquement la même : l'isolement. Il doit se battre pour préserver sa santé mentale. Pour ne pas craquer, il élabore une stratégie. Par la seule force de son imagination, en se concentrant sur une image mentale, il parvient à se projeter dans l'espace et le temps.

Les mystérieux voyages de Cornélius Dark ne font sans doute pas partie des œuvres les plus connues d'Alberto Breccia. Il ne faudrait pas pour autant les considérer comme un titre mineur et dispensable. Au contraire, il se révèle un espace de liberté créative totale. La structure des histoires laisse toute latitude pour alterner les styles graphiques. L'univers carcéral se caractérise par un noir et blanc tranchant. Mais chaque escapade permet de jouer sur les formes et les textures. La palette est infinie, entre un bordel crasseux, la Chine féodale, un Paris révolutionnaire et fantaisiste, dans lequel une Tour Eiffel grotesque et déplacée pointe à l'horizon... Ainsi, lors de l'histoire, l'évasion est symbolisée par une image dans laquelle se projette le héros. En trois cases, sa représentation semble résumer toute l'évolution de Breccia, d'une gravure aux traits précis vers un dessin au lavis qui englobe les lignes jusqu'à les dissoudre. L'illustrateur autodidacte s'efface et est supplanté par l'expérimentateur.

Les intrigues sont toujours assez simples, laissant le personnage principal dans un rôle passif de spectateur. Ce sont dans les détails que ces récits prennent toute leur ampleur. Mettre en scène un prisonnier, même dans un contexte très allusif, n'est jamais innocent dans un pays sous le joug d'un régime autoritaire. Si l'idée d'un détenu s'extirpant de sa geôle par le seul pouvoir de l'imagination apparaît comme très poétique et évoque métaphoriquement la condition de l'artiste, il est difficile d'ignorer que la réalisation du premier épisode est contemporaine de la disparition d'Hector Oesterheld, scénariste et ami fidèle du dessinateur, victime de la dictature en place. Ne faut-il pas plutôt y voir un hommage vibrant et un cri de désespoir ?

Ce recueil occupe une place à part dans la carrière de Breccia. C'est une création sur-mesure, exécutée sans contrainte. D'ailleurs, lorsqu'une maison d'édition italienne témoigna son intérêt pour l'œuvre, les auteurs jetèrent l'éponge. L'éditeur voulait exercer un droit de regard sur les scénarios. Inacceptable ! Cornélius Dark fut abandonné à son sort. Sans doute continue-t-il de s'évader, le corps confiné mais l'esprit libre.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Les mystérieux Voyages de Cornelius Dark

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    janharmony Le 12/03/2022 à 09:26:30

    Merci aux éditions Revival d'avoir déniché cette perle. Jamais publié auparavant en Europe et maintenant disponible. Breccia est à son meilleur avec des histoires courtes et intenses qui marquent, dans le style de Mort Cinder, Buscavidas, ... . Super !