Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

La dame Blanche

24/01/2022 1490 visiteurs 7.0/10 (1 note)

U n gant humide glisse le long de la peau parcheminée d’un corps immobile. Un coup de peigne à la chevelure de neige, l’enfilage des bijoux et des vêtements préférés ; la défunte est prête. Estelle a encore une lourde tâche à accomplir : prévenir la famille. Même avec dix ans d’expérience, ce n’est pas aisé. Puis, il lui faut retourner auprès des autres résidents. Il y a Germano dont les proches s’éloignent de plus en plus ; Sophie qui ne cesse de l’appeler Eva ; le malheureux de la chambre 212 qui hurle chaque nuit ; et aussi la nouvelle arrivée qui se présente comme ancienne ambassadrice française à Prague au grand dam de sa fille. Prise au milieu de ces êtres au seuil de leur existence, l’infirmière tangue sur le fil de sa propre solitude.

Après avoir évoqué les violences sexuelles faites à des femmes dans Touchées, Quentin Zuttion (Chromatopsie, Drosophilia) s’inspire de sa courte expérience en maison de repos pour livrer un album qui ne laisse pas indifférent. Au contraire, tant l’héroïne en blouse immaculée que les personnages qui l’entourent et dont elle s’occupe viennent heurter la conscience du lecteur, le déranger dans son confort et ses certitudes. Par le truchement du regard posé par Estelle – que complète celui de Sonia, sa collègue -, il est amené à prendre la mesure de la confrontation quotidienne avec le vieillissement et la mort. Il devient également le spectateur de la décrépitude des uns et du glissement de l’autre vers des agissements dépassant la ligne rouge de la déontologie. Comment ne pas être émus par l’abandon progressif d’un papy ou cette vieille femme qui se réinvente un passé dont sa fille est absente ? Quant aux (ré)actions de la professionnelle des soins, elles ne manquent pas de questionner sur les difficultés des conditions de travail autant que sur la lourde charge mentale et émotionnelle que ce métier implique. Sans jamais s’inscrire dans le jugement, la narration passe d’un événement au suivant en laissant toute sa place à une humanité saisissante et palpitante, ce qui rend poignants les dilemmes dessinés en filigranes.

Le dessin n’est pas en reste et s’avère empreint d’une grande douceur, mais aussi d’une certaine énergie. Ne cherchant guère à embellir les peaux ridées, le trait n’oublie ni les plis flasques ni les tâches témoignant du grand âge. Il montre sans fausse complaisance et se pare habilement d’une mise en couleurs dominée par un bleu-gris un peu passé et froid, dont la nuance parvient à paraître étonnamment lumineuse. Quelques touches aux teintes plus vives viennent, çà et là, apporter des touches presque festives qui renforcent l’uniformité cotonneuse du reste. L’expressivité des traits et le sens aigu de la composition participent également pleinement à l’efficacité générale qui donne l’impression de demeurer en suspens, à l’image de ces vies entrevues.

Fort et émouvant, un rien déstabilisant, La dame blanche est un roman graphique de qualité à lire assurément.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La dame Blanche

  • Currently 3.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 21/05/2022 à 11:01:30

    Quentin Zuttion a décidément l'art de m'émouvoir. Avec La Dame Blanche, le scénariste nous plonge dans l'univers des maisons de retraite. Nous y suivons Estelle, une infirmière profondément humaine qui se lie avec ses pensionnaires. Mais, il est parfois difficile de perdre ses personnes, de leur dire aurevoir.
    Le scénario est touchant, émouvant et met en avant le fonctionnement des maisons de retraites. On y découvre des personnes seules, délaissées parfois par leurs familles. On y découvre des gestes tendres et des moments de bonheur.
    Esthétiquement, j'ai vraiment adoré le trait tout en légèreté et pudeur de Quentin Zuttion. L'ambiance est dans des tons pastels conférant à l'ensemble une atmosphère remplie de douceur.
    La Dame Blanche a donc su m'émouvoir tant par son scénario, par ses personnages que par son esprit graphique. Un vrai coup de ❤.