Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Maudit sois-tu 3. Shelley

17/01/2022 1768 visiteurs 7.0/10 (1 note)

« La frontière est ténue entre le médecin et le charlatan. Ils peuvent basculer à n’importe quel moment en dehors du champ de la science… et de la morale. Mais l’audace, Mary [Shelley], est la ressource des plus grands médecins, des plus grands scientifiques. »
« Quand on sait ne pas aller trop loin, John
[Polidori]... »

Comment insuffler de la modernité au roman gothique et aux propositions littéraires qui interrogent, sous l’influence de L’Origine des espèces (Charles Darwin, 1859), les liens entre l’homme et l’animal tout au long du XIXe ?

Le scénariste Philippe Pelaez a sa petite idée sur la question. En 2019, il propose une vision contemporaine de la nouvelle de Richard Connell, Les chasses du comte Zaroff (1924). Celle-ci permet d’offrir le « jeu le plus dangereux » à un aristocrate russe afin qu’il puisse se venger du sceau de l’infamie qui pèse sur sa lignée. Aussi, les héritiers, plus ou moins directs, d’Emily Brontë, de Richard Francis Burton, de Charles Darwin et de Mary Shelley sont conviés dans un magnifique manoir au parc arboré. De quelle manière ces proies célèbres ont-elles été choisies ? Ce n’est encore qu’un mystère. L’histoire adopte alors un ton légèrement fantastique dont la consistance repose uniquement sur l’engagement de l’écrivain : revenir prochainement aux origines du mal. Débute ainsi un voyage à rebours qui donne de l’assise à ce tome inaugural.

Le deuxième volume, Moreau se déroule en 1848. La mécanique est semblable, un étrange individu invite des personnalités distinguées pour satisfaire sa mégalomanie et révéler à la face du monde son génie. Le parterre de convives provient une nouvelle fois de ces familles prestigieuses dont le lecteur découvre l’empreinte de leurs actions sur les descendants des Zaroff. En revanche, qu'en est-il du lien qui unit ce Moreau à ses hôtes émérites ? Car, évidemment, c’est bien ce savant fou – peu ou prou sortie de L’Île du docteur Moreau de Herbert Georges Wells (1896) – qui se révèle être la pierre angulaire du récit. Il convient de poursuivre la plongée antéchronologique jusqu’aux prémices de la diablerie avec la conclusion de la saga - Shelley (1816).

Sans trop en divulguer, aux sources de cette haine, l’auteur mêle des conjectures scientifiques tel que les expériences de Giovanni Aldini sur le galvanisme, ou encore la pile d’Alessandro Volta. Comme toujours, l’amour immodéré prend une place prédominante. Au point que les sentiments justifient une étude sur plusieurs générations des conséquences de la mythologie de la création. À l’avenant des précédents albums, l’ouvrage est distinctement orchestré et le spectateur y trouve l’attendu, mais dévoilé une manière addictive.

La partition graphique n’est pas en reste. L’artiste Carlos Puerta verse dans le réalisme avec une peinture informatique absolument maîtrisée. Ses effets de matières – souvent des hachures au pinceau d’un calibre plus épais - accrochent le regard. L’habillage ocre et sépia accompagne les costumes et les fastueux décors. L’immersion au cœur du long métrage d’époque est parfaitement réussie. D’ailleurs, quelques figures semblent sortir tout droit du grand écran – ainsi, par endroits, l’héroïne prend les beaux atours de l’actrice Cate Blanchett. Que dire de la diversité des expressions faciales et des gestuelle des protagonistes, outre que cette justesse participe à l’animation des planches. À son aise dans les scènes d’intérieur comme en pleine tempête, l’illustrateur livre une somptueuse copie. Bravo !

Maudit sois-tu aborde astucieusement l’œuvre de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818). La narration à contre-courant provoque une descente de l’étrangeté contemporaine vers le réel du XIXe, voire du dépassement de « l’ordre naturel » vers la dévotion à Dieu. Contre-intuitif, malicieux et esthétique !

Lire la chronique de tome 1, Zaroff.
Lire la chronique de tome 2, Moreau.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Maudit sois-tu
3. Shelley

  • Currently 3.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 02/03/2022 à 09:43:40

    Moi aussi, j'ai bien aimé ce "dénouement" rétroactif, avec son lot de révélations.

    C'est toujours aussi bien dessiné, Puerta est vraiment très bon, mais j'ai été perturbé dans ma lecture par la ressemblance assumée avec des acteurs connus, parce que, sans arrêt, j'essayais de les reconnaitre, de voir si ils étaient ressemblant.

    Le scenario de ce tome 3 est plus tranquille, en apparence, que celui des précédents ; le drame remplace les horreurs. Et le choc final est inattendu. C'est bien joué.

    J'ai été moins touché que par le tome précédent, mais cela m'a donné envie de tout relire, maintenant que la trilogie est complète. Mission accomplie !

    kingtoof Le 15/02/2022 à 09:08:09

    Je mets 4 étoiles pour ce dernier opus de la série, pour valoriser l'ensemble de triptyque.
    Le scénario de ce 3ème tome est bien construit et l'avancée de la chronologie est bien marquée. De plus, les dessins sont toujours excellents.
    Le point de départ : le séjour de Mary et Percy Shelley au bord du Lac Léman en compagnie de Lord Byron... et de son séduisant jeune médecin...

    judoc Le 22/01/2022 à 14:24:26

    Maudit sois-tu « futur lecteur » qui n’a pas encore ouvert le premier album de cette trilogie. Maudit sois-tu car j’envie cette possibilité insolente qui t’est offerte désormais de pouvoir enchaîner et découvrir cette « intrigue familiale fantastique » et ses trois albums les uns à la suite des autres.

    Si chaque histoire (une par tome) se suffit à elle même, cette trilogie généalogique prend toute sa dimension à la lecture des trois albums et au prix d’une remontée dans le temps que je qualifierais d’addictive.

    Le dessin apporte son lot au frisson et à l’intrigue, et si j’ai parfois trouvé qu’il compliquait la lecture avec des personnages trop semblables sur certaines scènes, j’ai apprécié de retrouver des airs de famille chez les protagonistes du même sang nés plusieurs dizaines d’années plus tôt. Le bestiaire, les paysages (qu'ils soient urbains ou naturels) et l'ambiance sont absolument remarquables.

    Une série où l’imaginaire se confond au réel dans un paradoxe de subtilité et de sauvagerie déroutant !

    L’arbre généalogique du premier tome est d’une aide inestimable et les dossiers « pour aller plus loin » éclairent là aussi la lecture de cette trilogie captivante.