Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Frankenstein (Bess) Frankenstein

14/12/2021 5973 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

Londres, 17 juillet 1817

Cher ami,

Je reviens vers vous après une si longue absence. Nonobstant de longues hésitations, j’achève céans ce qui, au début du moins, n’était qu’un passe-temps littéraire, de ceux auxquels nous nous adonnions les soirs de pluie, mais qui, par un concours de circonstances, dont seule mon imagination est coupable, a pris une tournure tout autre. Je dois vous l’avouer aujourd’hui, mon œuvre m’effraie, car au-delà du pittoresque cette histoire est quelque peu la mienne, même si je m’en cache sans vraiment m’en défendre. Le style est des plus romantiques, en accord avec notre époque, plein de ces digressions et circonvolutions propres à une jeune femme de ma condition. Toutefois, je désire insuffler à mes mots une portée qui diffère de celle du simple divertissement. Ce faisant, je m’interroge sur ce qu’en conviendront les personnes dotées d’une sensibilité différente de la mienne. Retiendront-ils la bête en oubliant l’être, donneront-ils un nom à cette créature, chose que je n’ai pu faire… ? Autant d’interrogations qui me laissent, en cette heure, dans une grande perplexité. En effet, je crains que suite à l’émoi que procurera mon récit, l’impulsion ne l’emporte sur la raison.

Il y a quelques jours de cela, perdue devant un tableau de William Turner qui sait si bien représenter la beauté de la lumière et des Alpes, je me demandais ce que ferait la personne qui un jour voudrait, bien que l’idée soit – je vous le concède - des plus incongrues, dessiner mon récit ?

Cet homme, ou cette femme, saurait-il rendre compte de mes intentions ? Par-delà des abimes que je côtoie et où je précipite tous les protagonistes, pourra-t-il traduire ce qui, en ces jours, me préoccupe de la sorte ? Ferait-il siens mes doutes et retranscrirait-il, avec délicatesse, la foi qui anime celui qui crée comme l’angoisse qui assaille celui qui a créé ? De quelle manière révèlerait-il la splendeur des paysages traversés, comment intérioriserait-il, à l’instar des discours de Monsieur Rousseau, mes considérations sur la bonté naturelle de toute âme à qui Dieu a donné vie et à la perversion qu’engendre la société des Hommes ? Ce livre dessiné se devra d’être en noir, telle la vilenie de la vengeance qui remplit le cœur de ce monstre, et en blanc pareillement à la vertu que nous appelons tous de nos vœux. Le trait, je l’imagine précis, fin, réaliste, parfois enluminé, mais toujours à la mesure de la grandeur des éléments et de la fureur des sentiments. Chacune des images sera le miroir des tourments de chacun, le reflet de cette solitude qui stigmatise la différence, la preuve de notre aveuglement à prendre pour bon ce qui est beau et à vouer la laideur aux gémonies. Il faudra qu’à travers la succession de ces gravures se dessine, comme le professait un vieil auteur français, la certitude que "... sans conscience la science n’est que ruine de l’âme". Cependant, connaissant les arts peints, je sais qu’afin d’en rendre l’accès facile et plaisant à lire, il aura recours à nombre d’ellipses que j’appelle de mes vœux à être judicieuses. En procédant ainsi, je suis certaine qu’il retravaillera nécessairement la structure de mon roman... puisse-t-il procéder de la sorte, pour s’épanouir, sans trop s’écarter cependant du sentier que j’ai tracé ! Doux ami, les mots sont un flot, le dessin fige l’instant. Tel est l’avantage de mon art, quoi que la peinture ou la gravure peuvent, en cet instantané, retranscrire ce que je mets tant de pages à décrire !

Je ne sais pas si mes écrits trouveront un écho dans les siècles à venir, mais par l’universalité des thèmes abordés, je ne doute pas que d’aucuns en feront leur matière quitte à en dénaturer la teneur et la forme. Le genre humain se veut puissant, vertueux, généreux, mais il succombe facilement au vice et à la vilénie. Tel pourrait se résumer mon propos s’il n’était, en vérité, question que d’amour, de celui que nous recherchons au côté de ceux qui nous ont engendrés ou que nous chérissons, et de ceci, il n’est nulle terreur à en retirer ! Je remercie ceux qui sauront en témoigner.


Votre attentionnée et dévouée Mary.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Frankenstein (Bess)
Frankenstein

  • Currently 4.44/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (25 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Captain_Eraclés Le 11/07/2022 à 08:49:21

    N'ayant jamais lu ni vu quoi que ce soit sur le mythe Frankenstein, j'avais l'idée que le denouement de ce conte était la création, le don de la vie à un monstre reconstitué . Finalement il s'avère que ceci n'est que le début de l'histoire, et que cette dernière m'a reservé un surprenant romantisme à travers de multiples péripéties, parfois violentes, souvent touchantes . Le dessin en noir et blanc est de grande qualité, certaines pages sont exceptionnelles . Il m'est arrivé de ressentir de la peine pour cette abomination physique, aux yeux vitreux mais paradoxalement très expressifs, d'une profonde tristesse. Sa transformation morale dûe au fait des excations humaines provoque chez le lecteur un certain désarroi et beaucoup d'empathie .
    La mise en page rend le bouquin luxueux, avec par moment des airs d'un vieux grimoire qu'on souhaite conserver précieusement . Je conseille fortement cette interprétation du monstre de Frankenstein, tant sur la forme que sur le fond .

    bullesd'amour Le 10/01/2022 à 20:01:13

    Georges Bess continue ses adaptations de roman gothique du 19ème siècle. Sa nouvelle œuvre, Frankenstein est le pendant de son Dracula, on a là 2 monstres créés dans l'imaginaire de l'époque romantique. Cette fois-ci nous ne sommes plus dans la noirceur du mal absolu, mais au contraire dans la compassion du bien incarné de ce nouveau né créé par un chercheur Victor Frankenstein. Le roman soulève les questions suivantes : est ce qu'un monstre peut se faire accepter des autres et vivre une vie normal ? Et quels sont les rapports complexes entre le créateur et sa création, qui est le monstre finalement ?
    .Je découvre ce roman qui finalement est moins connu que le mythe de Dracula, mais qui est tout aussi intéressant.
    J'ai bien apprécié son interprétation même si graphiquement cela est moins spectaculaire et envoutant que son Dracula. Il reste quand même des planches magnifiques et un super découpage.
    Je le recommande en version grand format noir et blanc qui respecte ses planches originales.

    RoRk41 Le 07/01/2022 à 12:36:28

    en voyant la couverture chez mon libraire, j'ai pensé à une réédition de Dracula...
    En relisant le titre, je me suis précipité pour le dévorer.

    Du mythe Frankenstein, je ne connaissais que le monstre, j'ai découvert le reste de l'histoire qui traite de la difficulté de l'intégration et des relations familiales.

    Merci pour les dessins, la mise en page et les émotions qu'ils ont provoquées.

    Encore un chef d’œuvre !

    denbass44 Le 06/12/2021 à 23:00:50

    Georges BESS nous comble en poursuivant son sillon qui ne manque ni de profondeur ni de parcours original et maîtrisé. Là encore, la narration n’est jamais un frein aux émotions qu’il transmet ce qui est déjà une gageure par rapport à un texte littéraire qui date de plus de 2 siècles. Et que dire de l’expressivité du dessin au service de l’émotion. C’est bien simple, et à l’instar de ma lecture de son DRACULA, très vite, j’ai volontairement ralenti ma lecture pour la rendre plus intense (quand la qualité est là, on ne peut que craindre de ne pas en profiter intensément) pour m’imprégner du moindre détail, tant le plaisir était grand et fort, Du grand art. Chapeau Monsieur BESS et longue vie