Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

N ous sommes tous le con de quelqu’un. Emmanuel Reuzé en fait une fois de plus la démonstration dans ce troisième volet de Faut pas prendre les cons pour des gens. La formule se révèle fondamentalement simple : l’auteur et ses coscénaristes, Jorge Bernstein, Vincent Haudiquet et Nicolas Rouhaud, ciblent un problème de société et en soulignent à gros traits le ridicule. Les deux premiers volumes s’étant vendus à deux cent cinquante mille exemplaires, tout porte à croire que le procédé à de l’avenir.

Le quatuor parvient à mettre le doigt exactement là où ça fait mal. Il opère toutefois avec une certaine tendresse. Après tout, comme le disait Georges Brassens « Quand on est con, on est con…», et dans ces conditions, il serait malvenu de trop accabler l’imbécile. La mécanique est bien huilée : après une mise en contexte dans laquelle le citoyen lambda se reconnaît, les scénaristes poussent petit à petit la logique de la situation jusqu’à ce qu’elle bascule dans l’absurde ; un même gag aura parfois deux ou trois chutes.

Les pamphlétaires dénoncent tour à tour le manque de ressources dans les écoles, les crèches et les EHPAD, le sort des SDF et celui des chômeurs, le traitement des immigrants, les abus des commerçants, sans oublier la maltraitance des animaux. Au final, le lecteur a l’impression que personne ne trouve grâce à leurs yeux. En fait si, leur tête de Turc appartient rarement à une minorité visible et elle est assez peu féminine.

Comme chez Fabcaro, les planches sont souvent constituées de cases quasi identiques. Cette stratégie, adoptée depuis le deuxième tome, est d’une redoutable efficacité. Le décor se veut neutre et les personnages, de facture classique, bougent à peine et sont dénués d’expression. Cette banalité contraste avec l’ineptie du propos qui s’en voit ainsi renforcée.

Cinquante pages de pessimisme pour rigoler et comprendre ce qui ne va pas en France et dans le monde.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Faut pas prendre les cons pour des gens
3. Tome 03

  • Currently 3.38/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.