Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

U n témoignage sans concessions des violences familiales et de leurs conséquences sur le long terme.

Dans ce one-shot, Piroyo Arai revient sur sa relation avec son père. Aimable et souriant devant les autres, violent et tortionnaire pour sa famille dans l'intimité, ce père va entrainer sa famille vers le fond et la rendre totalement dysfonctionnelle.

La mangaka revient sur sa jeunesse où les coups et les tentatives d’inceste sont nombreuses et sur les conséquences que cela a eu sur sa vie de jeune adulte puis de maman. Son témoignage est glaçant à tous les niveaux que cela soit sur les séquelles psychologiques ou bien sur les relations avec les autres membres de la famille. En effet, sa mère détourne le regard tout en jalousant sa fille en secret. Ses deux frères réagissent différemment, chacun trouvant refuge dans la fuite de la maison grâce aux études.

Au Japon, l'album est édité en 2019, en France ce sont les éditions Meian qui propose ce manga autobiographique. Un genre dans lequel Piroyo Arai semble se plaire, puisque dans Kakure Bitch Yattemashita (son premier manga édité) elle raconte le quotidien d'une jeune femme frivole qui a peur de l'engagement. Cette thématique est reprise dans la seconde partie de Mon bourreau de père est enfin mort.

En plus de l'histoire, le trait de l'autrice fait mouche. Faussement simpliste avec des cases sommaires et parfois vides de décors, les planches prennent une autre tournure lors des scènes de violence en usant énormément des trames et du noir. Le passage rapide d'un style graphique à un autre illustre à merveille, malheureusement, les nombreux accès de violence du père. Cela donne un mélange prenant, angoissant et oppressant. Sensation également procurées par le découpage scénaristique. Là où de nombreuses productions artistiques mettent l'accent sur les actes de violence lorsqu'elles traitent de ce thème, l'autrice va plus loin dans la psychologie et les angoisses dans le temps. La mort de son père ne sera pas la fin immédiate de son enfer, les lecteurs la suivront dans son cheminement et son questionnement en temps que jeune maman.

L'album se termine par une lettre de remerciements qui conclut admirablement l'histoire.

Ce récit ne peut pas laisser les lecteurs indifférents, tant il est marquant. La couverture arrière porte la mention "Pour public averti" et à juste raison. Toutefois, ce récit est tellement impressionnant qu'il mériterait d'être connu davantage.

Par J. Vergeraud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Mon bourreau de père est enfin mort

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.