Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Durango 18. L'Otage

23/11/2021 865 visiteurs 6.0/10 (1 note)

T ucson, Arizona. Un médecin trahit la confiance qu'un groupe d'indiens lui avaient accordé en dévoilant à un ami l'endroit où ils cachent leur richesse. Bien mal lui en a pris. Ce soi-disant partenaire n'hésite pas, à son tour, à le flouer, n'oubliant pas de le remercier d'une balle en pleine poitrine. Qui a dit que l'argent n'avait pas d'odeur ? Celle du sang sature l'atmosphère…

Swolfs propose un épisode manichéen avec, comme il se doit, son lot de traitres et de salauds. Les codes du western traditionnel sont respectés et les fans seront ravis. Alors oui, l'intrigue utilise des ingrédients (des canyons, du plomb, un bar, du poker, des peaux-rouges et des mexicains, sans oublier la belle pépée) et des ressorts scénaristiques classiques mais la gestion du suspense et la narration de qualité font que cette saga se lit avec un plaisir qui ne se tarit pas. À l'image du tome précédent, Durango laisse finalement le devant de la scène aux personnages secondaires, solides et bien campés. C'est le seul bémol à signaler, en effet, à trop délaisser l'approfondissement du héros, la série pourrait finir par rejoindre celles qui délaie trop la sauce et perdre sa saveur d'origine. N'en déplaise à certains, il faudra donc oublier la nuance et se laisser embarquer par cette soif de l'or au combien mortifère qui dessèche les cœurs de bien des hommes.

Iko assure une belle relève depuis Jessie. Son trait, tout aussi détaillé et précis que celui de son créateur, s'en démarque néanmoins par des contours un poil plus épais et un travail de trame bien présent, accordant du relief et de la densité. Les séparations blanches entre les cases sont également moins fréquentes ; le lecteur pourrait trouver le rendu quelque peu chargé sur certaines planches néanmoins, le charme opère, cette richesse visuelle est très plaisante. Ce dessinateur n'est jamais aussi bon que dans les plans rapprochés, avec des gueules et des regards expressifs en diable.

Caramba ! Ce n'est pas encore cette fois que l'humanité aura son blason redoré. L'âme de l'être humain est décidément sombre, comme le démontre ce nouvel épisode du Pacificateur. Affaire à suivre.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Durango
18. L'Otage

  • Currently 2.86/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    arnaze Le 23/11/2021 à 15:51:30

    Presque 5 ans pour un dessin aussi médiocre et des couleurs ratées, j'hallucine ! Pauvre Swolfs qui voit son scénario, déjà moyen, franchement mis par terre par ce graphisme!

    kergan666 Le 21/11/2021 à 19:26:49

    cet album est le premier DURANGO ou je me suis franchement ennuyé.
    l'histoire n'est pas passionnante et les dialogues assez poussifs.
    les dessins sont nettement moins bons que ceux de Y Swolf, ou même que ceux de Girod bien moins précis et détaillés.
    ils ne sont pas à proprement parler mauvais c'est juste que la comparaison est cruelle quand l'on relis les albums les uns à la suite des autres.
    cependant la qualité est suffisante pour avoir envie d'attendre la suite en espérant qu'elle soit meilleure.

    Kris31300 Le 20/11/2021 à 15:32:40

    J'ai adoré la série et les albums de Swolfs en général, mais la série s’essouffle (souvent le cas après 15 ou 20 albums) et je préférais sincèrement les dessins de Swolf dans les premiers voire ceux de Girod. On va passer à Lonesome pour rester avec Swolf.