Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Jungle beef Quand les narcos attaquent la forêt vierge

09/11/2021 1272 visiteurs 6.0/10 (1 note)

 Une réserve indigène leur a officiellement été allouée mais entre le papier et la réalité du terrain, il y a un monde. Et quand dans ce monde, s’immiscent des enjeux qui valent des centaines de millions de dollars… rien n’est simple. »

En partenariat avec l’Unesco, la plateforme The Explorers ambitionne de procéder à « l’inventaire du patrimoine et des merveilles naturelles, culturelles et humaines de la Terre ». Récompensé en 2019, ce média permet à des scientifiques chevronnés de réaliser des reportages sophistiqués à la qualité d’images la plus aboutie possible. C’est à ce titre qu’en 2016, Olivier Behra longe le fleuve Platano et s’engouffre dans la végétation primordiale en vue d’effectuer les repérages de son documentaire Honduras – Du jardin de corail à la mystérieuse cité (à savoir Xucutaco, la cité perdue du dieu singe).

L’ethnobotaniste utilise alors son expédition préparatoire pour écrire Jungle Beef, sous-titré Quand les narcos attaquent la forêt vierge. L’album prétexte la recherche d’un lieu idéal destiné à l’atterrissage de l’hélicoptère de tournage afin d’évoquer la rencontre des populations autochtones. Son guide lui présente les peuples Pechs et Mosquitos. Il lui explique que ces peuplades sont menacées par des pègres poussées au sud du continent par la répression des autorités de Mexico. Là, ils blanchissent de l’argent en procédant à une déforestation massive. Les surfaces ainsi enlevées aux poumons de la Terre permettent de mener une agriculture intensive de soja et un élevage considérable de bœufs. Ces denrées sont ensuite exportées à bas coût. Elles font le jeu de l’industrie agroalimentaire et se retrouvent, in fine, dans les assiettes des consommateurs des pays développés. Bon appétit ! Précision toute de même, l’écriture n’est pas moralisatrice. L’explorateur parle davantage des plantes médicinales que de la violence de ces groupes armés. Il évoque – d'ailleurs probablement trop peu – les crimes perpétrés (rapts, esclavage, prostitution et la vente d’organes).

La partition graphique a été confiée à Cyrille Meyer. L’artiste adopte classiquement deux styles bien dissociés. Il emploie d’abord l’aquarelle pour retranscrire les excursions. Les déambulations humides dans la forêt primitive sont alors dominées par un dégradé de vert, changeant et immersif. Les témoignages des ethnies rencontrées prennent des teintes plus chaudes, des tons jaunes ou orangées. À l’inverse, les séquences de vulgarisations sur la boucle du trafic, les engagements politiques et les mises en perspective historiques sont travaillées en bichromie. Le dessin en noir et blanc est soutenu par des aplats sinople réalisés à l’ordinateur. Efficace à défaut de surprendre.

Hormis l’aspect carnet de voyage, ce cinquième récit de la collection Témoins du monde de la maison Steinkis identifie un lien inattendu entre le grand banditisme et le déboisement sauvage. Le plaidoyer en faveur de la biodiversité est enrichissant et accessible, mais le volume souffre d’un déséquilibre concernant l’explication du mécanisme mafieux.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Jungle beef
Quand les narcos attaquent la forêt vierge

  • Currently 3.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 16/07/2022 à 09:50:19

    Quand les narcos attaquent la forêt vierge au Honduras, cela donne jungle beef. Il faut comprendre que ces mafieux vendant de la drogue veulent faire des ranchs afin de produire de la viande de bœuf alimentant les fast food du monde entier où il y a encore plus de frics à se faire. Il s'agit également de faire blanchir leur argent sale.

    Le problème est bien la destruction de tout un écosystème nécessaire à la vie sur la planète. Il faut savoir que le Honduras détient sur son territoire un des rares vestiges de la forêt tropicale humide d'Amérique centrale qui abrite depuis des millénaires certaines tribus indiennes dont les Pech et les Mosquito.

    Les narcos sont un véritable fléau pour la région car il usent de la corruption, des assassinats et surtout d'une exploitation forestière illégale. Il faudrait détruire ces narcos qui transforment des pans entiers de jungle en vulgaire pâturages. Evidemment, cela passe par une volonté politique et bien des gouvernements ont essayé et se sont cassés les dents.

    J'ai beaucoup aimé la démarche de cet auteur qui raconte sur exploration du Honduras à la manière d'un reportage afin de nous sensibiliser sur ce phénomène local qui a des conséquences pour tous.

    Cependant, je n'ai pas vraiment aimé l'énorme raccourci nous indiquant que nous étions des narcos car on achète du nutella afin de tartiner pour nos enfants. Oui, indirectement, nous sommes responsables du massacre des paysans, des villages et de leur tribus ainsi que de la destruction de la jungle car nous allons au Mac Do pour nous régaler de steak hachés. On répète après moi : « nous sommes tous des narcos, nous sommes tous responsables car consommateurs qui achetons sans réfléchir dans nos supermarchés ! ».

    Excusez-moi si je n'adhère pas trop à ce discours même si je comprends les enjeux. Je ne sais pas mais il faudrait sans doute envoyer l'armée, les renseignements secrets, la police en aidant le gouvernement du Honduras le cas échéant pour faire face. Certes, la fin de la civilisation maya est lié au décalage entre la gestion de l'environnement et l'économie ce qui devrait nous servir comme une leçon de l'Histoire.

    Sinon, sur la forme, j'ai beaucoup aimé le graphisme de cette BD qui magnifie les paysages. J'ai beaucoup aimé l'exploration de la jungle avec ses toucans qui sortent des arbres et l'on se croirait véritablement au paradis. C'est magnifique et cette nature est absolument à préserver, on est d'accord.

    C'est encore un de ces titres qui est passé inaperçu au moment de sa sortie mais qui mériterait une attention particulière par le sujet qui reste d'actualité plus que jamais.