Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Sangoma Sangoma, les damnés de Cape Town

04/11/2021 3750 visiteurs 7.4/10 (5 notes)

A frique du Sud, aujourd’hui. Bien des nuages troublent les rêves de la Nation arc-en-ciel et les promesses d’une société juste et égalitaire se sont perdues sur la latérite des grandes plaines. Pour faire simple, les Noirs triment toujours au service des Blancs et la misère règne au cœur des Townships. Un étincelle et c’est l’explosion : émeute, violence, manipulations politiques et vieilles croyances rythment le quotidien. C’est dans cette atmosphère qu’officie Trane Shepperd, un lieutenant de police fort en gueule, séducteur et amateur de belles bagnoles. Ça ne l’empêche pas d’être consciencieux et de faire le maximum afin de dénouer les fils de ses enquêtes. Là, il a été appelé sur les lieux d’un meurtre dans une exploitation vinicole. Une affaire peu claire où personne ne semble dire toute la vérité, Eva Pienaar, la fille du patron en premier lieu…

Caryl Férey revient à la BD et à ses premières amours avec Sangoma un thriller glaçant et ultra-violent. Comme à son habitude, l’écrivain-voyageur a utilisé ses connaissances fines acquises lors de longs séjours dans une région – ici l’Afrique du Sud post-Mandela – pour enrober une intrigue de polar d’une multitude de couches d’informations aussi pertinentes que peu connues du commun des mortels. Oui, le ton est dur et les actions à la limite du supportable, mais tout sonne juste et fait frémir. Le scénariste anime une distribution solide peuplée de protagonistes très bien définis et il décrit avec intelligence un cadre socio-économique complexe et difficile. Il ne s’agit pas de simples «acteurs de papier», leurs personnalités et leurs psychologies fouillées apportent une réelle épaisseur au récit. Plusieurs révélations chocs et un dosage mesuré de scènes d’action cent pour cent adrénaline finissent d’emballer cette lecture prenante et suffocante.

Aux pinceaux, Corentin Rouge réalise un excellent travail. Trait réaliste traditionnel rappelant parfois Jean Giraud, doublé d’un découpage tendu, le résultat se montre à la hauteur des enjeux en présence. Le dessinateur s’est également fait plaisir avec quelques grandes compositions double-page très impressionnantes. Seul bémol, l’ambiance générale reste générique et manque un peu de ressenti. L’énergie particulière et les couleurs uniques du Continent noir peinent à transpercer un vernis cinématographique pratiquement made in Hollywood.

Avec une histoire aux ressorts habituellement réservés aux plus torturés des romans policiers nordiques, Férey et Rouge présentent une version extrême de l’Afrique du Sud rarement mise de l’avant. Riche, sanglant et crispant, Sangoma ne laissera personne indifférent. Accrochez-vous.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Sangoma
Sangoma, les damnés de Cape Town

  • Currently 4.56/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (41 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Pierski Le 07/02/2022 à 23:04:11

    Il est très difficile de quitter ce one shot une fois commencé ! Un grand talent de dessinateur associé à un scénario efficace, même si le "grand pardon" final apporte son lot de bons sentiments. Mais c'est là un détail dans cette oeuvre dense, longue et profonde dans les nombreux thèmes abordés.

    Touriste-amateur Le 26/01/2022 à 15:47:17

    OUfff !!!! Pour décoiffer: ça décoiffe!!!!
    J'ai adoré le dessin, la puissance des personnages, le côté "zéro concession" des différents protagonistes quel que soit leur bord. Un polar noir.

    Juste deux déceptions/étonnements à la fin :
    1) On se retrouve dans le monde des bisounours où tout le monde se pardonne. Etonnant.
    2) La détresse de la maman m'a semblé particulièrement mal dessinée.

    Mais pour le reste : C'est que du tout booooon !!!!

    Saigneurdeguerre Le 16/01/2022 à 19:35:33

    Afrique du Sud. Une vingtaine d’années après l’apartheid.
    L’apartheid, c’est terminé ! Vive la société « Arc-en-Ciel » voulue par Neldon Mendela !
    Mouais. Trop beau pour être vrai. Les blancs continuent de posséder la majorité des terres. La loi sur la redistribution pourrait à son tour créer de nouveaux problèmes car, aussi généreuse soit-elle sur papier, dans la réalité, il manque un certain savoir-faire aux bénéficiaires.
    Dans ce contexte très houleux au parlement, d’autres problèmes viennent se greffer. Dans la ferme des Pienaar, Afrikaners pure souche, les ennuis se succèdent pour ces producteurs de vin. Après la grêle qui a massacré les feuilles de vigne, la sécheresse ! Les ouvriers noirs, très mécontents de leur sort, exigent une augmentation de salaire. Pour ne rien arranger, un bébé disparaît dans une petite ferme toute proche. Ah, encore un détail, enfin… Un peu plus qu’un détail… Un ouvrier de l’exploitation vinicole est trouvé mort au pied du tracteur qu’il conduisait après, apparemment, s’être battu.
    C’est dans ce contexte qu’une tête brûlée, l’inspecteur Shane Shepperd de la police du Cap est chargé de l’enquête à propos du meurtre. C’est ce même inspecteur qui couche avec la fille d’un célèbre politicien « colored », fille qui n’est autre que la maîtresse du leader afrikaner d’extrême-droite qui est le principal opposant politique du papa de la sublime demoiselle… Vous voyez l’imbroglio ?
    Dans le pays, une espèce de bande armée terrorise les petites fermes des blancs en y mettant le feu. Ambiance de guerre civile garantie !
    De plus en plus de Sud-Africains noirs se tournent vers les sangomas pour se soigner de maladies telles que le SIDA. Pas les sangomas, soigneurs sortis des universités, nooon ! Les sangomas à l’ancienne… Plutôt le genre sorcier avec des rites magiques assez… Heu…
    Une ambiance qui donne clairement envie d’aller passer ses vacances au Cap, non ?

    Critique :

    Une BD avec un scénario de polar noir de noir (pas parce qu’il se passe en Afrique). Des bandes armées, des terroristes, de la haine à profusion, de la misère et encore de la misère ! Vous n’en voulez plus ? Tant pis, je vous en remets une couche ! Du sexe (un peu, on devine plus qu’on ne voit). Des problèmes sociaux et politiques.
    Cette bande dessinée est grandiose par la qualité de son scénario, bravo Caryl Férey, de son dessin, louanges à toi, Corentin Rouge, et de sa mise en couleur, bénis soient Corentin Rouge et Alexandre Boucq !
    Une bande dessinée dans une partie du monde à laquelle nous, Français, Belges, Luxembourgeois, Suisses et Canadiens ne sommes pas du tout habitués et qui nous restitue une partie de l’ambiance qui règne dans un pays où il y a des coins extrêmement dangereux.
    Sachez encore que notre vaillant inspecteur va se voir doter d’une coéquipière de poids qui est là pour tenter de l’empêcher de faire trop de bêtises. On se retrouve avec un couple à la Laurel & Hardy, mais qui n’est pas là pour rigoler, même s’il y a de nombreuses touches d’humour.

    Petit aperçu en vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=CJYf2TESfaY

    PtiScarabee Le 31/12/2021 à 15:05:08

    J'ai la version CanalBD en très grand format et en Noir et Blanc.
    La qualité du dessin de Corentin Rouge, assez classique et de veine réaliste, tendant vers le François Boucq est impressionnante. Cette version N&B est bien encrée et n'est pas juste une version de travail attendant la colorisation.
    D'un autre côté, le scénario n'est pas en reste. L'intrigue est assez touffue et l'enquête est menée tambour battant par ce flic au faux air de XIII. Nous sommes bien au cœur de l'Afrique du Sud avec ses townships, ses tensions raciales et avec d'autres thèmes plus généralisés comme les magouilles politiques et les affaires de cœur. Des petites touches d'humour jalonnent l'histoire, comme dans toute bonne histoire policière, ce qui permet de faire redescendre la tension (avec une mention spéciale à la coéquipière de Shepperd).
    Bref, on ne s'ennuie pas. A quand le film?

    Thomaswae Le 13/12/2021 à 08:44:19

    Superbe one shot
    Sa lecture se déroule... comme un bon film
    Dessin et couleur superbes et le scénario tient la route de bout en bout . Bonne découverte pour ma part je ne peux qu’en recommander la lecture

    marcomaltese Le 05/12/2021 à 22:26:26

    Certainement la BD de l'année pour moi. Tout y est ! Des personnages bien campés avec une profondeur, une présence psychologique forte, une histoire dense au scénario remarquablement écrit. De la perfection cinématographique, des rebondissements crédibles (ça change des 3/4 des BD qui ont des scénarii poussifs ou au contraire facticement "sensationnels", cousus de fils blancs ou tirés par les cheveux. Là on est dans le vrai, le fort, l'intense, le bien documenté, le remarquablement dessiné. Bravo aux deux auteurs, j'en redemande tous les jours des comme ça!