Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Jonathan 17. La Piste de Yéshé

28/10/2021 3181 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

P ourquoi partir si ce n’est pour revenir ? Jonathan s’enfonce une fois de plus dans le fin fond de l’Himalaya. La raison ? Un rendez-vous impossible à refuser avec une personne chère dans un coin du sommet du monde arpenté il y a quelques décennies. D’ailleurs, il y a un petit délai – ici le temps ne s’écoule pas de la même manière -, trois mois de plus ou de moins, est-ce que ça change grand-chose au final ?

1975, un débutant encore sous la férule de Derib, entame dans le Journal de Tintin la première histoire de Jonathan. De l’aventure certes, mais un peu différente, le ton est plus grave, marqué par l’annexion chinoise et par un mysticisme teinté de bouddhisme. Surprenant aussi, un texte introductif annonce que l’auteur connaît personnellement le héros, un ami d’adolescence parti vers l’Asie à l’image de beaucoup de routards à l’époque.

2020, le dix-septième tome des péripéties l’alter ego fantasmé de celui qui est devenu entre-temps un maître du Neuvième Art arrive sur les étals. La piste de Yéshé est le dernier épisode de la série emblématique de Cosey. Un peu de tristesse après tant de chemin parcouru ? Ça serait mal connaître l’homme derrière Le voyage en Italie. Même si l’émotion est palpable au fil des pages, c’est un véritable aboutissement narratif et philosophique plein de grâce que propose le scénariste.

En cinquante-deux planches de toute beauté – quels paysages ! quelles couleurs ! quel ciel ! -, un Jon condamné à attendre cette muse oubliée se reconnecte avec son passé, retrouve des réflexes qu’il pensait avoir perdus et réalise que lui seul possède les clefs de sa quête. Sur les pistes, au détour d’un col, il croise également quelques anciennes connaissances. Comme lui, celles-ci ont pareillement vieilli, l’intolérable mainmise chinoise sur le Tibet n’a rien aidé. Heureusement, la générosité et la bonne humeur restent des valeurs difficiles à éradiquer.

Clôturer une série, spécialement en bande dessinée, peut s’avérer particulièrement difficile, surtout après tant d’années de compagnonnage. Autant pour l’auteur que les lecteurs, c’est un moment étrange, un deuil presque. Contre tout attente, Cosey a réussi à transformer cette ultime étape en une célébration feutrée toute en intelligence et en délicatesse. Merci pour tout.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Jonathan
17. La Piste de Yéshé

  • Currently 3.82/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (17 votes)

  • Cosey
  • Cosey
  • Cosey
  • 10/2021 (Parution le 29/10/2021)
  • Le Lombard
  • 978-2-8082-0350-0
  • 52

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Arkadi Le 24/01/2022 à 13:07:35

    Ils sont rares les finaux de série qui sont réussis. A chaque fois, le lecteur qui fut passionné par la vie du personnage attend tellement que la fin raconte tout ce qui fut oublié, que toutes les questions sans réponse soient faites tout en espérant une fin heureuse.

    Alors, lorsque l'ultime tome de cette série qui est l'une de mes préférés, écrit par un auteur qui est l'un de mes préférés, est parus, j'ai d'abord tout relu ( et construit des critiques sur bdgest) …pour ne pas aller trop vite à la conclusion et profiter encore un peu de mes fantasmes de lecteur de ce qui pourrait être.

    Je voulais d'abord que Drolma revienne. L'abandon de ce personnage avait heurté considérablement ma lecture des albums. Comment un père adoptif (Jonathan) pouvait abandonner de la sorte une enfant (Drolma)? Et je voulais que Jonathan cesse son errance et soit enfin heureux pour lui seul.

    Drolma est réapparue. Et ce fut une immense joie pour moi, plus affirmée encore par une simple parole du personnage et du jeu dans le scénario sur l'inexistence présumée de Jonathan par les enfants de Drolma. Et cette simple réponse suffit à tout excuser.

    Une histoire ou la mort du personnage fut comme un choc violent et sa résurrection en moine fut merveilleux à lire. Comme si l'errance était enfin clôturée. Pas de manière physique mais spirituelle avec cette facétie systématique qui s'est toujours immiscée dans le destin du personnage sur les derniers album. Une résurrection qui se clôture simplement. Jonathan a erré dès le premier album par la mort de Saîcha. Cela se termine par une allégorie simple et naïve offerte par Drolma qui fait la leçon à un moine bouddhiste déguisé. Et personnellement j'aime ce pied de nez qui est le symbole même des choix scénaristiques de la série toute entière. Pas de grande leçon. Juste des histoires simples de personnages qui se perdent de voir la vie avec trop de complexité et qui retrouve le chemin à aimer le temps présent ( Et c'est cela la définition du bonheur dans "Elle": Aimer ce qui est là)

    J'ai aimé les multiples références et la vieillesse de Jonathan qui ne lui permet plus de commettre les actions du passé. J'ai aimé ces quelques jours d'attente qui deviennent quelques mois. car, dès que Jonathan veut prendre sa vie en main, la facétie du destin, toujours, le rattrape. J'ai aimé ce temps suspendu et l'histoire secondaire ou encore une fois Jonathan devient ange gardien une dernière fois.

    Mais par dessus tout J'ai adoré le final! On pourrait y voir les simples retrouvailles de deux amis. Evidemment il y a un sens second et ces dernières cases sont extraordinaires. Jonathan qui invective son créateur à venir vivre la vie plutôt que de l'écrire dans son atelier vient à l'auteur dans ses premiers vêtements et sa première moto. Il réintègre l'auteur. Ils vont ne faire à nouveau plus qu'un. le temps du voyage fantasmé, le temps du voyage prennent fin. Jonathan n'est plus un personnage de papier libre dans l'esprit de l'auteur. Il rentre à la maison. L'errance du fantasme miroir est fini dans une dernière case qui rappelle dans son symbole les premières cases de " Souviens toi, Jonathan…"

    Les dessins sont sublimes. Le silence et les grands espaces somptueux. et le "blanc Cosey" inonde d'éclats les autres couleurs magnifiques.

    Peut être le plus beau final d'une série.
    Merci infiniment Mr Cosey de m'avoir fait rêver pendant 30 ans grâce à votre double.

    Johnny Fletcher Le 08/11/2021 à 00:22:09

    Jonathan est une série pour laquelle j'ai une grande tendresse, ne serait-ce que parce qu'elle m'accompagne depuis mon plus jeune âge et qu'elle fait partie de mes lectures adolescentes. Au début des années 2000, j'ai revendu les albums que je possédais car je n'y trouvais plus ce qui avait enchanté mon enfance; et puis mes goûts me portaient vers des bandes dessinées d'un autre genre. Jusqu'à la sortie de ce 17e et ultime album, Jonathan appartenait à mes souvenirs. mais voilà qu'en lisant les critiques dithyrambiques, notamment sur Bdgest, je me suis soudain demandé si je n'étais pas passé à côté de ce qui semblait demeurer un sommet du 9e art....
    C'est donc avec une certaine peine qu'au sortir de la lecture de cette "piste de Yéshé" j'ai réalisé que ce dernier épisode ne m'avait pas plu. Pour tout dire, je m'y étais fermement ennuyé. Je me suis alors demandé ce qui n'avait pas fonctionné et j'ai relu l'album dans la foulée pour ne pas commettre d'injustice. Le même terrible constat: rien ou presque ne m'avais plu ou touché.
    Pourtant, ce n'est pas le caractère même des aventures de Jonathan qui m'avait barbé. Bien au contraire, le voyage, l'errance, les rencontres au hasard du cheminement, l'incertitude, la rêverie et la contemplation étaient justement de nature à me faire adorer ce tome 17.
    Hélas, pour moi le compte n'y est pas. Le récit court et jamais ne m'attrape ni ne m'entraine dans son sillage. Je n'y reconnais aucune des qualités que je devrais y trouver. Les cases se suivent et disparaissent aussitôt sans donner l'impression qu'on déroule un fil, sans que les êtres que Cosey semble vouloir nous montrer dans leur formidable humanité ne prennent de consistance et d'épaisseur. On passe de l'un à l'autre et l'on avance jusqu'à la dernière page sans y avoir finalement rencontré quelqu'un en particulier, même pas Jonathan lui même. La fin qui devrait être très belle, émouvante, ne livre en fin de compte qu'une maigre émotion.
    Comment cela se fait-il que je ne parvienne pas à entrer dans cet univers que je rêve d'adorer? Sans doute à cause du dessin lui même, je pense. Bien sûr il est plaisant et ne manque pas de charme. Mais pour moi il lui manque un caractère fort et fascinant, une puissance qui pousserait à la contemplation de chaque case. Je lui trouve des faiblesses qui l'empêchent d'atteindre la voie qu'il se propose de nous faire suivre.
    Et puis il y a un second problème selon moi: la perception du temps est quasiment absente. On devrait le sentir, en mesurer le prix et le poids, en ressentir toutes les inflexions dans ce type de récits, au lieu de quoi il parait s'anéantir entre deux cases pourtant distantes parfois de plusieurs jours, voire plusieurs semaines et l'on se retrouve à la fin sans savoir si l'aventure à durer 10mn ou 10 ans.
    Bien sûr, tout cela n'est que le ressenti d'un lecteur qui rêvait d'être emporté par cet ultime album de Jonathan et qui est resté à quai de la première à la dernière page. Pour être tout à fait franc, j'envie ceux qui ont aimé cet album, j'aimerais être à leur place. Mais depuis la mienne, je suis désolé d'avoir à avouer que je n'y ai presque rien trouvé d'autre que des intentions jamais concrétisées.

    tcd91 Le 06/11/2021 à 18:16:06

    Sublime. La boucle est bouclée. Cosey n'était pas pleinement satisfait de la fin de sa série dans le tome précédent "Celle qui fut"; c'est ce qui l'a incité à nous offrir ce dernier et ultime tome de Jonathan. Avec "La piste de Yeshe", il peut l'être et poser ses pinceaux et crayons. Tous les amoureux de cette série seront comblés. Du beau, du bon, du grand Cosey. Une dernière aventure qui classe définitivement Cosey et Jonathan comme un auteur et une série à part dans l'univers de la BD.