Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Aimer pour deux

25/10/2021 1020 visiteurs 8.0/10 (1 note)

E n 1941, Monique quitte le cocon familial étouffant de Boulogne-sur-Mer et arrive à Paris. Ses vingt ans, l’étroitesse de la vie de province et une aspiration à « vivre sa vie » l’entraînent vers des amitiés simples et sincères. Malgré l’Occupation, la musique et la danse parviennent à se créer des écrins souterrains, loin des exigences du couvre-feu. Monique se lie avec Gin, pianiste américain, qui a « tout pour déplaire. À moitié juif, à moitié noir. Souvent homosexuel, complètement jazzy ! », comme il l’affirme lui-même. Il l’initie au blues, au jazz, à Debussy et à Wagner. Francis, jeune homme aussi enthousiaste que modéré, s’amourache de Monique. Elle finit par céder et accepte une liaison du bout du cœur. Cette insouciance est néanmoins rattrapée par la guerre. Monique retrouve un ancien stagiaire du magasin parental, Max Schaar, devenu officier nazi, avide de renseignements sur les fréquentations de la jeune femme. Gin attire l’attention des autorités et l’irréparable se produit : Monique est enceinte. Le mariage est de rigueur. Tous ses rêves de liberté et son insouciance vont s’écrouler. Sauf à renoncer à la maternité.

Stephen Desberg (I.R.$, Le Scorpion) oriente son écriture vers une voie plus intime. L’histoire de sa jeune narratrice est celle de sa mère, au cœur d’un secret bien gardé jusqu'à aujourd'hui. L’auteur a enquêté sur son passé familial et a imaginé les chaînons manquants pour livrer un récit complet et cohérent. Il illustre là un sujet rarement abordé, voire tabou : celui du renoncement à la maternité pour favoriser l’épanouissement individuel. Pas de parti pris ni de jugement, mais la confrontation de personnages aux aspirations différentes ou opposées, dans un contexte particulier. Desberg étoffe la trame autobiographique de personnages profonds et attachants : Gin, réfugié dans son art, qu’aucune sirène ou aucun bombardement ne saurait troubler ; Manon, belle et solitaire, qui se donne aux officiers allemands - qui « se prête » corrige-t-elle – et qui le paiera chèrement ; Paul Louvray, le peintre qui reprend goût à la création au milieu d’un faisceau d’oppressions. Chacun d’entre eux, à sa manière, oublie la guerre, la laisse de côté, s’en affranchit ou compose avec elle.

La ligne claire d’Emilio Van Der Zuiden (Mc Queen, Les Anges d’Auschwitz) offre ce qu’il faut d’éléments pour placer une atmosphère ou révéler une émotion. Même si la colorisation de Fabien Alquier manque de nuances, de chaleur et de profondeur, le dessin laisse s’exprimer les dialogues distillés avec économie et les récitatifs (la voix de la narratrice), les uns et les autres écrits avec beaucoup de sensibilité et de créativité.

Est-on nécessairement prête à être mère ? Doit-il y avoir une limite au libre arbitre des individus et en particulier à celui des femmes, quelles que soient les époques considérées ? Est-il possible de relativiser le poids de l'environnement sur nos aspirations ? Une morale peut-elle régenter les aspirations les plus intimes ? Quelle culpabilité succède à des choix qui vont sacrifier des individus ? Ce sont ces questions, et bien d’autres encore, que pose en filigrane Aimer pour deux, une véritable réussite tant sur le plan narratif que symbolique, dont le matériau et la texture rappellent l’œuvre de Patrick Modiano, interrogeant inlassablement les rapports entre les individus, les parcours personnels et les silences.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Aimer pour deux

  • Currently 3.75/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 30/09/2021 à 19:20:52

    C'est beau d'aimer pour deux mais rien ne remplacera l'amour d'une mère ou d'un père pour une jeune enfant.

    On va suivre le parcours amoureux de la belle Monique qui a 20 ans se retrouve plongé dans le Paris occupé de la Seconde Guerre Mondiale. Les officiers nazis convoitent goulûment les belles jeunes françaises pour compléter leurs trophées de guerre. C'est dans cette ambiance que la jeune rebelle Monique va succomber aux avances d'un jeune prétendant Francis avant de tomber enceinte et surtout avant de connaître le grand amour auprès d'un officier américain au moment de la libération.

    Il est dommage de connaître toute l'histoire qui est affiché en dos de couverture. On pense qu'il y aura tout un développement à partir de là mais pas du tout. Du coup, j'ai un peu été déçu par la façon expéditive de la conclusion qui me paraît trop édulcoré pour être véridique et crédible. Cela ne se passe pas comme cela dans la vraie vie.

    Pour autant, ce récit se lit plutôt agréablement avec un graphisme plutôt avenant. Il montre la dure réalité de la vie à cette époque de l'Occupation. Ce n'était pas facile pour les minorités ainsi que pour les femmes. L'amie de Monique sera d'ailleurs parmi les femmes au crâne rasée et la croix gammée tatoué sur le visage alors qu'elles n'ont faient que survivre du mieux qu'elle pouvait.

    Je sais que l'heure est souvent à la glorification des vainqueurs sous peine de réécrire l'histoire d'une façon non arrangeante. Je sais par le témoignage que m'a laissé ma propre grand-mère que ce n'était pas aussi simple que cela.

    J'aime beaucoup ce type d’histoire qui sont des témoignages du passé à travers un récit intimiste mais aux accents hollywoodiens.