Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

En falsh 2. On bougera pas

04/10/2021 875 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

À la recherche d’une nourrice pour cacher sa marchandise, Modi demande à son R.P. (relation publique) d’assister à l’assemblée générale des copropriétaires de son bloc. Le lieutenant identifie rapidement une jeune mère aux abois, incapable de payer ses cotisations. Lors de cette messe, les participants pointent surtout le délabrement des communs. Il existe bien des subventions en tout genre, seulement les dossiers sont compliqués à constituer. Madame Diarra prend les devants et tente de mobiliser la troupe. Son volontarisme trouve un écho favorable dans les rangs de l’opposition municipale, mais provoque réciproquement l’hostilité des grands frères.

Le scénario de Patrick Wong (dit Oz) poursuit son étude de la banlieue et de ses codes. L’auteur aborde deux phénomènes qui s’alimentent subtilement, à savoir le sentiment d’appartenance au milieu et la sensation d’abandon par la société. La narration garde un aspect choral, avec de nombreux personnages qui évoluent au sein de cette cité. Point d’orgue de ce second volume, les vendeurs de drogues voient leur ascensions freinée par des bailleurs endettés. Les charges pèsent sur les finances des petits-gens alors que la crasse s’entasse en bas des H.L.M. Le ras-le-bol est atteint, une véritable aubaine en cette période d’élection. Les partis battent campagne et le temps des promesses des uns s’oppose à la légèreté de la saison des flirts des autres.

Bastien Sanchez cerne son crayonné d’un trait fin, d’une épaisseur invariable et souvent rectiligne. Malgré l’épure du rendu, l’artiste capte admirablement les postures et donne du mouvement à l’inaction. Ainsi, il cadre un « charbonneur » de manière à apporter un intérêt singulier à son attente, l’arrière-train vissé sur un fauteuil de fortune contre le mur d’un hall aussi sale qu’une route passante. Les décors sont très peu naturels. Le béton a une place essentielle dans ce quotidien rude. Le matériau est froid, résistant, âpre et surtout gris. Le dessinateur en extrait la substantifique moelle et pose ses valeurs de la sorte, s’étendant du noir au blanc par un dégradé lourd de sens. Le visuel est abrupt et sévère comme le propos des auteurs, l’un soulignant l’autre et inversement. La couverture propose un contre-champ de celle du tome précédent. Cette construction graphique vise à montrer une confrontation et une infériorité, laissant peu de doute sur les espoirs de certains protagonistes.

Annoncé initialement en plusieurs récits étendus sur six années de parution, le titre inaugural a été une des victimes silencieuses du confinement de mars 2020. La couverture médiatique dans la presse généraliste et les rencontres spécialisées ont été décommandées au profit de reportage sur l’origine du virus et sur l’imbroglio des masques. Face à cet évènement planétaire, les nouveautés (même soutenues par une forte mise en place) n’ont pas trouvé leur public. Seuls les titres établis ont vivoté grâce au click & collect et à la livraison à domicile.

Dans ces conditions, On bougera pas clôt l’épopée en Falsh. Les auteurs ont adroitement transformé une saga en diptyque permettant, de surcroît, au lectorat de s’immerger dans la vulgate du quartier, des regards baissés et de ces vies emprisonnées par des barres d’immeubles.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

En falsh
2. On bougera pas

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 28/10/2021 à 08:02:16

    Le sous titre: « on est là » fait penser à une chanson du performer Matt Pokora sortie en 2012. Comme dit, pour l'originalité, il faudra repasser.

    Mais bon, cela signifie que les gens de la cité occupent les lieux et qu'il faut s'occuper d'eux en versant des milliards ce qui ne manquera pas de provoquer de houleux débats. En effet, ces quartiers sont subventionnés depuis pas mal d'années avec malheureusement beaucoup de destructions qui traduisent un malaise social au niveau de l'intégration des valeurs de la république.

    Bref, l'idée est d'inciter les jeunes à s'intégrer dans notre société sans tomber dans la condescendance et en les respectant (comme eux respectent la société). On sait que les exclus peuvent se regrouper et former des émeutes pour manifester leurs frustrations. C'est souvent difficile pour eux de trouver un emploi digne de ce nom. Ils refusent les emplois payé à 1200€ en cravachant dur. D'où la drogue qui circulent dans ces cités. Avec cette BD, on va être plongé en plein dedans avec une lutte fratricide de clans.

    Une œuvre qui permet de comprendre pourquoi il y a des balles perdues qui viennent toucher d'innocentes victimes. Cependant, il faudra aller au fond des choses pour se faire une idée. Il faut sans doute vivre dans ces quartiers pour comprendre.

    Cette BD est une chronique sociologique assez ambitieuse qui peut tenir ses promesses. Mais bon, j'avoue aisément que je ne suis pas trop fan de ce genre de lecture avec les dialogues de la cité sur fond de rap à la NTM.