Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Amen 2. Kurtz, là où rêvent les étoiles

04/10/2021 1091 visiteurs 5.0/10 (1 note)

L es représentants de la Très Sainte Inquisition ne sont plus, comme les mercenaires recrutés par la Coalition. Il ne reste qu’Ishoa et Maki ! Enfin presque, car ce serait faire abstraction de ceux et celles qui habitent cette planète sans pitié pour quiconque n’y vient pas paré des meilleures intentions…

Sur un registre davantage introspectif que dans La précession des équinoxes , Georges Bess pousse Ishoa à la recherche de Kurtz comme Coppola lançait Martin Sheen sur les traces de Marlon Brando. Toutefois, le parallèle s’arrête là, car l’émissaire de Sir Walter Raleigh va, sans le savoir encore, vers une forme de plénitude ce qui n’était pas vraiment le cas du Capitaine Willard !

Kurtz, là où rêvent les étoiles est l’occasion d’une énième réflexion sur la nature de l’Homme et sur les alternatives qui lui seraient permises. Vendu initialement pour une lettre d'amour au space opera et à la ligne éditoriale décomplexée digne des meilleurs instants de Métal Hurlant, ce diptyque, avec ce second opus, ne peut cependant s’empêcher de sombrer dans l’exercice de thérapie primale.

Si Amen se veut porteur d’un message profondément humaniste, ce dernier développe un mysticisme pour le moins déconcertant… qui en ferait finalement oublier la maîtrise graphique dont peut faire preuve Georges Bess.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Amen
2. Kurtz, là où rêvent les étoiles

  • Currently 1.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.