Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le dernier Atlas 3. Tome 3

27/09/2021 1257 visiteurs 7.0/10 (1 note)

LUMO semblait avoir été battu lors de son affrontement avec le Georges Sand en Algérie. Voilà qu’il réapparaît et qu’il se dirige désormais vers la France, comme attiré par un objectif précis. Serait-ce la radioactivité générée par l’accident de la centrale du Tricastin ? Peut-être. Face à ce péril potentiel, la situation socio-politique déjà précaire de l’Hexagone s’aggrave encore plus. Dans les coulisses, les officines s’affolent. De son côté, Legoff, le roi de la pègre, se frotte les mains, tandis que les héros, maintenant séparés, tentent le tout pour le tout afin de comprendre ce mystère. Rien n’est simple quand l’adversaire vient d’ailleurs.

Projet un peu fou, Le dernier Atlas connaît sa conclusion dans un troisième tome explosif et passionnant. Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval n’ont pas ménagé leur peine et proposent un final compact, ambitieux et, étonnamment, actuel. En effet, quoique le récit ait emprunté dès le départ les voies de l’uchronie, c’est bien du monde contemporain dont les scénaristes parlent. Environnement, immigration, affaires intérieures, féminisme, grande criminalité, toutes les préoccupations de l’instant sont clairement identifiées et nourrissent une intrigue-chorale sise entre polar classique et science-fiction catastrophe. L’ensemble est animé par une distribution géante composée de protagonistes venant de toutes les strates de la société.

Sept-cent-cinquante pages plus tard, le résultat en impose certainement. Cependant, il est impossible de ne pas constater une certaine dilution ou un éparpillement du cœur narratif du scénario. Sauf pour Tayeb, aucun sujet n’est réellement totalement creusé et quelques facilités ou raccourcis nécessaires pour boucler la saga se font remarquer. À leur décharge, il est important de souligner que les auteurs n’ont oublié personne et que tous les fils, aussi emmêlés qu’ils soient, ont été menés à terme. Cette gageur en elle-même n’était pas garantie à l’origine.

Les bases graphiques déjà posées et arrivé à l’ultime étape du trajet, le gros du travail d’Hervé Tanquerelle et, dans une moindre mesure, de Frédéric Blanchard, était de ne pas s’essouffler et amener les personnages à bon port. Là aussi, la mission est accomplie, même si les verts pâturages de France n’offrent pas les mêmes possibilités visuelles que les sables du Sahara. Pas moins inspiré pour autant, le dessinateur se montre efficace et retranscrit avec énergie les derniers chapitres de cette histoire format XXL.

Cette grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf n’a heureusement pas connu le même destin que sa lointaine cousine de La Fontaine, Le dernier Atlas n’a pas explosé en vol ! Globalement très bien tenu et habilement construit, ce blockbuster à la française est une lecture forte et imposante, aussi bien sur la forme que sur le fond. La fin ouverte suggère même qu’une suite est possible. Que demander de plus ?

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le dernier Atlas
3. Tome 3

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 17/10/2021 à 14:03:59

    Un excellent triptyque !
    On en a pour son argent, les ouvrages sont beaux et conséquents.
    C'est de l'uchronie mêlée à du fantastique, tout en faisant référence aux problèmes sociaux et politiques actuels.
    Les multiples personnages sont bien travaillés et le scénario permet de les suivre tous sans difficulté : encore la preuve d'un travail d'orfèvre.

    Yovo Le 23/09/2021 à 21:25:14

    Whaou ! Si j'étais un auteur de BD, je serais sans doute jaloux du Dernier Atlas. J'imagine du moins que c'est typiquement le genre de projet que la plupart aimerait réaliser. C'est ambitieux, complexe, maitrisé, intelligent, immersif et addictif. Ca ne ressemble à rien de ce que j'ai lu jusqu'à maintenant. Et quelle intensité ! Dans les 2 premiers tomes, les auteurs avaient déjà exploré le polar, l'uchronie et le fantastique. Le tout simultanément, avec réalisme et brio.

    Ce 3ème et dernier tome rajoute encore deux dimensions supplémentaires : le politique et la science-fiction. Ce tour de force est tout bonnement magistral !
    Ici, le génie vient notamment de la science-fiction, justement, qui parvient à être crédible. La façon dont elle est présentée (à travers le témoignage d'un personnage-clé) est parfaitement cohérente.

    Mais comme si ce n'était pas suffisant, le Dernier Atlas réalise encore à mes yeux une autre prouesse. Concilier, voire réconcilier, la BD contemporaine et la BD classique. On l'avait déjà vu dans "Groenland Vertigo" qui prenait des allures de Tintin, le trait de Tanquerelle est extraordinaire pour cela. Expressif, détaillé, dynamique, tout en conservant une ligne presque claire, hyper lisible, qui rappelle parfois les indémodables auteurs d'antan. Le souffle de l'aventure et les élégants aplats de couleur de Laurence Croix font le reste.

    Je ne dirai rien sur l'histoire, il faut le lire !

    Enfin, pour rebondir sur la remarque d'herve26, Le Dernier Atlas est la seule série que j'ai intégralement en double, édition classique + édition N&B sous coffret. C'est dire si je la considère comme une œuvre définitivement à part. Définitivement indispensable. Bravo et merci.

    herve26 Le 15/09/2021 à 22:03:24

    J'ai été littéralement subjugué par le premier tome de cette série, qui, ouvrait de nombreuses portes.
    J'avoue avoir trouvé le second tome plus faible que le précédent mais là,les auteurs concluent avec maestria cette série. J'ai retrouvé le côté "page turner"du premier tome avec cet ultime volume. En associant encore plus le côté uchronie de l'histoire( ah! le président François Fillon qui reporte les élections présidentielles) avec la science fiction (avec la réapparition de l'UMO), et l'aspect policier, les auteurs ont réussi leur pari de construire une série prenante,à l'image de certaines série TV devant lesquelles on ne peut plus décrocher
    Beaucoup attendaient les auteurs (Tanquerelle, Blanchard, Vehlman, de Bonneval) au tournant, imaginant un final apocalyptique.
    En recentrant l'intrigue autour d'Ismael Tayeb, les scénaristes offrent aux lecteurs un final à la hauteur de leurs attentes.
    Je conseille tout de même de lire les trois volumes à la suite pour apprécier toutes les subtilités de cette série.
    J'ai lu l'ensemble de ces albums dans la version noir et blanc,ce qui m'a permis d'obtenir un superbe coffret chez mon libraire canalbd.
    Il faut saluer le travail des auteurs qui nous ont offert plus de 700 pages de qualités en 3 ans!

    MasquedCucumber Le 02/09/2021 à 19:05:45

    du gros polar noir à la frouze en squelette avec de la sci-fi, du kaiju, du drame psycho et plein d'autres bonnes choses pour donner de la chair.

    Le dessin est super (taaanquerelle), le scénar est épais comme un vieux bottin, il part totalement en vrille dans sa trame générale à plein de moments mais c'est pas grave parce que les dialogues et les persos sont eux toujours bien plantés et nous charment de page en page, le méchant est fabuleux. Bref achetez le, offrez le !

    Bon,
    Malgré tous ses atouts cosmétiques, le scénar' lui se déglingue dans sa dernière partie: le kaiju est expédié dans les limbes scénaristiques dés l'entame, la sci-fi se dénoue sur une ficelle tordue pour correspondre aux "indices" parsemés dans les tomes précédents et surtout le happy end de fin où tout le monde remercie le nouveau parrain de la pègre pour les pistons ? Un brave gaillard qui compte visiblement soigner le monde en équipant de kalach' toutes les racailles de France ? Y'a un message politique qui m'a échappé ou le prochain cycle compte partir en madmax/ken le survivant à Chambery ?