Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Bob Morane 12 (Soleil) 1. Les 100 Démons de l'Ombre Jaune

16/09/2021 1527 visiteurs 5.0/10 (1 note)

Et soudain surgit face au vent le vrai héros de tous les temps...

Que dire de plus ? En quelques mots, Nicola Sirkis capturait l'essence de Bob Morane : un aventurier au sens littéral qui bourlingue depuis plus de deux cents romans signés (mais pas tous écrits) par Henri Vernes, un film perdu, une série télévisée vintage, des dessins animés et des dizaines de bandes dessinées parues depuis 1959 sous divers dessinateurs, depuis Dino Attanasio jusqu'à cette nouvelle résurrection sous la plume de Éric Corbeyran, Christophe Bec et Paolo Grella.

Après une renaissance qui n'aura pas convaincu le créateur originel, voici une reprise qui se veut cette fois plus fidèle. Cette version situe son action en 1954, clin d'œil à l'année de parution de La vallée infernale) et reprend la maquette, le physique et la coupe de cheveux popularisée par William Vance, dont la représentation s'est imposée comme canon en la matière. Et tant pis si la coiffure ne semble pas tout à fait en accord avec les standards capillaires des années cinquante.

Il ne s'agit pas d'être irréprochable du point de vue documentaire, mais de respecter la promesse qui était faite avec chaque nouveau titre : de l'aventure. Cette série s'est toujours démarquée par la grande variété de ses intrigues. Elle ne s'est jamais cantonnée à un seul genre. Elle alterne sans complexes intrigues exotiques, espionnage, fantastique plus ou moins débridé et science-fiction. Cela induit une grande liberté de création et permet d'adapter le concept à tous les styles et toutes les époques. Se pose alors la question de la pertinence de cette énième relance. Les dernières livraisons de Coria, dans la continuité directe du travail de Vance, se vendaient de moins en moins. Le reboot de Brunschwig et Armand a été rapidement annulé, jugé trop éloigné de l'univers original. A qui pourrait s'adresser Bob Morane de nos jours ? Quel public faut-il viser ? Si la marque reste vivace, la cible semble plus délicate à identifier.

La nouvelle équipe a pris le choix de la sécurité. Graphiquement, elle s'inscrit dans une mise en images classique, qui intègre un peu plus de dynamisme sans pour autant renier l'héritage des années septante. Le scénario repose également sur des bases solides et éprouvées, même s'il emprunte parfois un tour plus sanglant qu'à l'accoutumée. L'histoire aligne des éléments attendus, à commencer par convoquer, et ce dès le titre, l'Ombre Jaune, Némésis du Commandant Morane. Rien de neuf sous le soleil, si ce n'est un sentiment de trop-plein. Tant d'éléments s'entrechoquent dans ce récit qu'il finit par ressembler à une fuite en avant, ne laissant pas le temps d'installer quoi que ce soit. Comme si un mystère dans la jungle ne suffisait pas, il fallait en plus un temple perdu, une base secrète à la technologie vraiment trop en avance sur son époque, une civilisation perdue... n'en jetez plus ! Pourquoi s'arrêter en si bon chemin: un dernier rebondissement achève de rendre le tout indigeste.

Dans l'ensemble, cette reprise est respectueuse. Elle peine pourtant à séduire. La volonté de moderniser modérément le propos est évidente, mais l'intervention horrifique qui survient dans les dernières planches paraît artificielle. Il faut considérer Les 100 Démons de l'Ombre Jaune comme un galop d'essai. Il permet de constater que les auteurs ont bien révisé leur sujet et se sont appliqués à rendre une copie sans faute majeure. Elle n'a pas beaucoup de saveur non plus. Il serait intéressant que, pour la suite, Corbeyran, Bec et Grella osent se démarquer et entraînent leur héros dans un univers plus pulp. Cela représenterait sans doute la manière la plus efficace de dépoussiérer le mythe sans le trahir.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Bob Morane 12 (Soleil)
1. Les 100 Démons de l'Ombre Jaune

  • Currently 3.94/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (17 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 19/01/2022 à 07:50:37

    Pour la petite histoire, il faut savoir que les auteurs Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray avait repris la série des Bob Morane dans une renaissance en 2015-2016 qui ressemblait plus à un enterrement du personnage principale Bob Morane. L'auteur des romans originels Henri Verne n'avait pas du tout apprécié cette reprise qui dénaturait son œuvre. Au bout du diptyque, les auteurs ont été débarqué du projet.

    6 ans après, voilà un nouveau duo et pas des moindres qui s’attelle à la reprise sous la bénédiction de l'auteur Henri Verne qui souligne bien dans la préface qu'il confie les rênes l'esprit tranquille sachant que son œuvre et ses personnages seront enfin respectés. Cela peut être analysé comme un cinglant message aux auteurs précédents. D'ailleurs, dans les remerciements des deux scénaristes Bec et Corbeyran ainsi que ceux du dessinateur Grella, tout ceux qui avaient fait vivre ce personnage mythique sont cités sauf Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray qui avaient pourtant réalisé un très bon travail. C'est le monde impitoyable de l'édition.

    Déjà à l'époque, certains lecteurs pensaient qu'on avaient échappé au pire en ne confiant pas le scénario à Christophe Bec qui peinait avec une série dénommé « Lancaster ». Leur pire cauchemar s'est réalisé. Moi, je n'ai rien contre cet auteur prolifique dont je suis plutôt acheteur. Pour autant, je juge aux résultats et je dois bien avoué que c'est mauvais après lecture.

    Je vais commencer par le personnage de Bill qui est le compagnon de route de Bob Morane. Ce dernier fait sa chochotte pour ne pas sauter en parachute au-dessus de la jungle d'Indochine. Résultat: tout le régiment se trouve être massacré sans qu'il éprouve d'ailleurs le moindre remord. Pour autant, ce peureux change complètement de comportement quelques cases après en adoptant une position farouche de guerrier aventureux partant à l’assaut d'une base entière. Si on ajoute les nombreuses pitreries et autres imbécillités qu'il débite toutes les deux pages, on va toucher le pompon. J'ai rarement un personnage aussi stupide après 6350 lectures.

    Que dire du reste du scénario concocté par les deux meilleurs de leur génération ? Improbable et complètement désincarné. Les explications sont vaseuses, on n'y croit pas une seule seconde.

    Je vais donner un exemple: nous avons un général que Bob Morane a sauvé lors d'une attaque aérienne lors de la dernière guerre mondiale et ce général lui en veut beaucoup de l'avoir aidé au point de se montrer très désagréable et peu coopératif. Bref, l'explication ne m'a absolument pas convaincu car ce n'est pas une réaction normale. Si encore il n'y avait que cet exemple, mais cela va se déployer tout le long de cet album au point de rendre cette lecture assez pénible.

    On ajoute un méchant très ridicule et des clones et on frise l'indigestion. C'est hautement paresseux dans la mise en scène. Peut-être fallait-il respecter un certain cahier des charges mais cela a rendu l'ensemble totalement imbuvable et risible entre des guerrières amazones sanguinaires et des monstres extra terrestres à la Alien.

    Un mot sur le dessin pour dire qu'il est tout à fait convenable et dans l'esprit des Bob Morane avec une mystérieuse jungle cachant bien des secrets. Paolo Grella s'en sort honorablement. Je reste objectif dans mon analyse. Cependant, pour moi le graphisme ne suffit pas.

    Bon, je sais que certains retrouveront la joie de revoir le Bob Morane qu'ils voulaient avoir. Moi, je préférais nettement la version de Brunschwig qui était résolument moderne. Là, on retourne dans le vieillot nostalgique d'une certaine époque disparue. C'est hautement naïf.

    C'est clair que cela ne m'a pas du tout convaincu et je suis assez déçu par cette reprise. Espérons tout de même que les ventes seront au rendez-vous afin de relancer la franchise Bob Morane.

    ThierryD69 Le 10/01/2022 à 22:18:38

    Comme quoi les goûts et les couleurs...
    J'ai retrouvé l'ambiance et le scénario des Bob Morane que j'aimais, enfant, ceux de Vernes, dessinés par Vance, teintés de fantastique, un peu à la "Chapeau melon et bottes de cuir".
    Par contre, même si les décors sont plutôt fouillés et le graphisme soigné, je trouve les personnages figés, statiques et peu crédibles.
    La bonne nouvelle est que Bob est toujours vivant!
    Mais comme quoi les goûts et les couleurs...

    Fabrice29 Le 05/12/2021 à 17:41:32

    Difficile de reprendre une série si mythique.
    Graphiquement c'est réussi, j'ai retrouvé les traits de caractères des personnages principaux.
    On retrouve un Bob Morane fort et humain, un Mr Ming en bon grand "méchant", Bill en fidèle acolyte ...
    Le scénario à la Alien m'a un peu moins plus...J'ai trouvé que les Alien ressemblaient un peu trop à ceux déjà croisés dans les séries de Bec...
    A part ce léger détail, l'ensemble est une réussite et j'espère que la suite en sera de même.

    jr5902 Le 26/09/2021 à 12:16:47

    C'est sur, ce nouveau Bob Morane est conforme à l'original et les auteurs ont bien restitué l'atmosphère et les personnages. Mais l'intrigue est trop pleine de rebondissements, les ninjas de l'Ombre Jaune pas assez exploitées, le final à la Alien pas très judicieux... Attendons le prochain pour voir

    ClarkBD Le 07/09/2021 à 23:34:17

    Voilà un renouveau qui a tout compris. Le scénario est excellent, le graphisme est absolument magnifique et les personnages ont de la consistance. Totalement respectueux de l'univers de Vernes, cette continuation (On ne peut pas parler de reboot !) rappelle les meilleures heures de Bob Morane. Si les auteurs poursuivent sur ce chemin, notre héros a de beaux jours devant lui !

    yannzeman Le 02/09/2021 à 10:40:24

    C'est du bon !

    Après une relance malheureuse, complètement ratée par Brunschwig (mal nommée "renaissance"), je craignais une nouvelle déconvenue par cette équipe, pourtant chevronnée, de scénaristes.
    Surtout que je ne connaissais pas le dessinateur.

    Mais un nouveau Bob Morane, ça ne se refuse pas.
    Sa lecture m'a comblé. C'est beau, c'est fort, tout en étant totalement respectueux des personnages et des histoires écrites par Henri Vernes.

    Il y a bien quelques anachronismes qui pourrait faire tiquer, mais les auteurs ont parfaitement compris ce qu'il fallait proposer dans un Bob Morane, le souffle de la grande aventure, du mystère, du suspens, des vilains charismatiques et des jolies pépées.

    Les dessins sont très réussis, apportant souffle et modernité à ce vénérable titre, classique de la BD FB. Et la colorisation n'est pas en reste, très réussie également.

    Il y aura une suite et j'en serai !
    Bravo aux auteurs !