Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Monsieur Vadim 2. Supplément frites et sulfateuse

19/08/2021 1672 visiteurs 6.0/10 (1 note)

« La vieillesse est un naufrage. »
Vadim Koczinsky espérait une retraite paisible, mais le destin s’y oppose. Après le décès de sa fille, son gendre, un proxénète, interdit au grand-père de voir son petit-fils. Puis, victime d’un escroc, il n’a plus un euro en poche. Bref, rien ne va plus. Le vieillard, un ancien tireur d’élite de la Légion étrangère, n’est toutefois pas sans ressources. La fin justifiant les moyens, il peut même rendre service à un caïd du crime organisé. Pour le vétéran, il y a là une forme de renaissance.

Scénarisé par Gihef, Supplément frites et sulfateuses conclut les aventures de Monsieur Vadim. Le protagoniste rappelle l’anticonformisme des sacripants des Vieux fourneaux, à cette différence qu’il est passablement moins idéaliste que les anarchistes de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet. Dans ce récit humoristique, l’auteur présente un personnage attachant ; un peu à côté de ses pompes, il ne maîtrise pas tous les codes… à moins qu’il les comprenne parfaitement et qu’il cache son jeu pour en tirer avantage. La toile de fond demeure plutôt classique : deux gangs s’affrontent alors que les policiers font leur possible pour que les choses ne dégénèrent pas à l’excès. Le cœur du projet est cependant ailleurs, puisqu’il s’agit avant tout d’une histoire de respect et de dignité.

Morgann Tanco aime visiblement le Midi. Après avoir illustré les quatre volets des Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, il renoue avec cette région qu’il dessine joliment, sans pour autant tomber dans le piège de la carte postale. Le polar constituant un genre hypercodifié, les starlettes apparaissent minces et mignonnes et les malfrats ont des mines toutes plus patibulaires les unes que les autres. Pour dire vrai, c’est très bien ainsi. L’humour passe beaucoup par le regard des acteurs qui surjouent la terreur, l’étonnement et, à l’occasion, l’ennui. Polyvalent, l’artiste se montre à l’aise pour mettre en images un paysage, une conversation ou une scène d’action, les trois cohabitant parfois dans une même planche. Mention à la belle couverture où le héros, entouré par les gendarmes, est capté en plongée alors qu’il regarde le lecteur droit dans les yeux. Ce dessin initial tranche nettement avec celui du premier tome où, traînant son cabas, le retraité paraissait accablé.

Un agréable divertissement qui devrait plaire aux amateurs des Tontons flingueurs et des nanars de Jean-Paul Belmondo. Et pourquoi pas à ceux des films de Bruce Willis où la brutalité est généralement teintée d’ironie.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Monsieur Vadim
2. Supplément frites et sulfateuse

  • Currently 4.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 26/09/2021 à 18:08:00

    Au terme du premier tome des aventures de monsieur Vadim, nous l’avons laissé en bien fâcheuse posture, suspendu à l’arbre d’où il s’apprêtait à accomplir sa mission de tireur d’élite sur trois cibles fort antipathiques et extrêmement puissantes dans la région de la Côte d’Azur. Avoir vu son petit-fils parmi les invités l’a complètement déstabilisé, au propre et au figuré.
    Dans le parc où a lieu la cérémonie de mariage de la fille du boss, mafieux d’entre les mafieux, c’est la panique ! Mayo qui l’attend à l’entrée du parc en voiture prend peur lorsqu’il voit la foule des invités surgir en hurlant. Il démarre et, en trombe, vient s’encastrer… dans la limousine conduite par quelqu’un qui a un œuf de dinosaure à peler avec lui…

    Critique :

    Voulez-vous de l’action ? De l’humour ? Du suspense ? Des intrigues ? Un dessin cocasse et dynamique ? Des couleurs variées et parfaitement adaptées aux circonstances ? Alors, n’hésitez pas ! Si ce n’est pas encore fait, procurez-vous le premier tome des aventures de Monsieur Vadim avant de poursuivre avec celui-ci. Et si vous faites partie des bienheureux qui ont eu l’occasion de suivre les heurts et malheurs (surtout pour les autres) de notre tranquille pépé dans ce premier volume, le deuxième va enfin mettre un terme aux angoissantes questions que vous vous posez. Oui, il s’agit bien d’une fin… Ou plutôt d’une conclusion car ce serait dommage que les auteurs en restent là avec ce magnifique personnage de légionnaire retraité ayant subi un AVC, martyrisé par l’arthrose et des souvenirs tragiques. Ce personnage en or mériterait de vivre encore bien des aventures… Malgré lui, bien sûr !
    J’espère que Gihef, Morgann Tanco, Cerise et la collection Grand Angle m’entendent et ne se limitent pas à ces deux excellents albums des truculentes aventures de Monsieur Vadim, un paisible retraité qui n’aspire qu’à vivre en paix avec son petit-fils et auquel le lecteur s’attache très vite ! Tout comme à Mayo, ce jeune que les féées ont oublié à la naissance et qui n’a connu que déboires depuis son entrée à l’orphelinat. Il se contente de peu de choses et le fond est bon. On peut dire qu’entre Vadim et lui des liens se tissent même si Mayo a l’art de commettre des gaffes… Pour notre plus grand plaisir !

    Halage Le 22/08/2021 à 10:59:34

    Comment peut on réaliser un premier album aussi réussi et se planter lamentablement sur le second ?
    Quel dommage !