Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Rouges estampes Une enquête pendant la Commune de Paris

06/07/2021 1683 visiteurs 7.0/10 (1 note)

E n février 1871 le siège de Paris par les Prussiens prend fin. La nouvelle Assemblée Nationale, de sensibilité monarchiste, s’installe à Versailles et cède à toutes les demandes allemandes. Mais la capitale, républicaine et patriote, s’oppose. La Garde Nationale s’affranchit du pouvoir et refuse de laisser ses canons à l’armée. L’épisode de Montmartre va provoquer la révolte de la Commune. Raoul Avoir, artiste graveur, parce qu’il a fait son droit, est désigné commissaire d’un quartier du 14è arrondissement. Il range son carnet de croquis et passe son temps entre perquisitions des églises, arrestations des prostituées et recensement des logements libres. Au milieu de ces tâches pour lesquelles Raoul s’interroge sur sa légitimité, le cadavre mutilé d’une jeune femme est découvert. Un assassin, profitant du désordre, rôde dans Paris.

Jean-Louis Robert, professeur émérite d’histoire contemporaine, et Carole Trébor, qui scénarise avec Rouges Estampes sa première bande dessinée, ont poursuivi deux objectifs : réhabiliter la Commune dans la mémoire collective (commémoration des 150 ans en 2021) et raconter une bonne histoire, l’un servant de berceau à l’autre. C’est une double réussite. La restitution des événements du printemps 1871 est précise et approfondie. Au-delà des épisodes les plus connus, les auteurs interrogent la justice, la laïcisation, la peine de mort ou la légitimité politique. Nathalie, institutrice et compagne de Raoul, aux côtés de Louise Michel, mène son combat pour le retour des enfants à l’école, l’éducation gratuite et obligatoire, ainsi que pour la protection et les droits des femmes. Le récit montre bien comment une révolte patriotique et démocratique se transforme en révolution sociale.

Par ailleurs, le second fil rouge est incarné par une enquête sur des meurtres particulièrement violents, les cadavres étant mis en scène et mutilés selon des codes que s’emploie à expliciter le détective néophyte. Cette partie de l’album est également bien menée, même si elle fait inévitablement penser aux faits et gestes de Jack L’Éventreur tels qu’Alan Moore et Eddie Campbell les ont mis en scène dans From Hell. Sans être d’une originalité absolue, la partie policière de l’album est menée rondement.

Nicola Gobbi (Rouge passé, Tropiques toxiques), dessinateur italien installé en France depuis 2016, propose un graphisme dépouillé, un noir et blanc rehaussé ponctuellement de rouge, laissant toute sa place aux dialogues, aux atmosphères et à la construction des personnages. Plusieurs pleines pages, l’insertion de documents d’époque et un découpage intelligent font de l’album une œuvre riche, variée et profonde.

Cet épisode historique, peut-être parce qu’il est absent des programmes scolaires et a longtemps été l’objet d’une désinformation officielle, a trouvé sa place dans le neuvième Art. Les Communardes, Le Cri du peuple, Le Sang des Cerises sont autant de séries qui ont mis en lumière les parcours des individus, capables du meilleur ou du pire lorsque l’Ordre n’est plus établi, que des opportunités apparaissent et que des rêves sont à portée de main. Dans leur lignée, voici une très belle histoire au service du devoir de mémoire, ou l’inverse.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Rouges estampes
Une enquête pendant la Commune de Paris

  • Currently 3.20/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 10/09/2021 à 19:39:32

    En Mars 1871, la Commune de Paris se soulève contre l'ordre établi par ce bon Monsieur Thiers et pour plus de libertés. Des centaines d'artistes vont également s'engager dans cette révolution pour lutter contre un certain académisme de rigueur depuis le Second Empire. Alors que la guerre avec les prussiens vient de se terminer, c'est une guerre civile entre les monarchistes installé à Versailles et Paris ville républicaine.

    Cette BD se veut le témoignage d'une révolution parisienne qui fut par la suite calomniée par les vainqueurs. On sait que finalement, la République finira par vaincre en s'installant durablement pendant 70 ans.

    On découvre un Paris un peu spécial où des canons sont installés sur la butte Montmartre afin de défendre la ville. Ils ne seront pas repris aussi facilement par les Versaillais capitulards. Deux généraux qui voulaient tirer sur le peuple seront exécutés sommairement.

    J'ai bien aimé ce récit car ce n'est pas seulement une intrigue sur le déroulement des faits durant la Commune à Paris mais également un sombre polar sur des meurtres en série savamment orchestrés selon une tradition japonaise. Cette œuvre joue sur les deux tableaux et je dois dire que cela le fait après un début difficile.

    bulle.noire Le 12/06/2021 à 22:34:58

    Une belle surprise que cet album. J’ai été attiré par 2 choses : le côté thriller historique et le dessin… Je n’ai pas été déçu.

    Une enquête donc… des meurtres atroces, un lien qui se construit avec une série d’estampes japonaises… et en fond les temps forts de la Commune, 72 jours qui ont laissé croire qu’un autre avenir était possible. Le travail historique est riche et précis, on croise des personnages réels (Jules Vallès, Louise Michel…) et on s’attache aux héros fictifs : Raoul Avoir, artiste graveur promu commissaire de police par la Commune et Nathalie, institutrice qui prend la direction d’une école fraîchement laïcisée . J’y ai appris beaucoup de choses, il est vrai que cette période est méconnue et peu enseignée !

    Nicola Gobbi apporte un trait original, effilé, acéré, mono ou bichrome et donne un côté « carnet de dessins » à cet album, comme si Raoul Avoir lui-même avait dessiné son histoire.