Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La guerre

17/05/2021 3616 visiteurs 5.0/10 (1 note)

A lexandre et Alice sont jeunes, beaux et riches. Héritiers de la réussite sociale de leurs parents, ils semblent héréditairement programmés pour l'excellence. Pourtant, derrière les apparences, leur vie insolente dissimule une fêlure. Depuis qu'ils ont provoqué un accident mortel, ils sont comme anesthésiés.

Ils n'ont pas eu à souffrir des conséquences de leur imprudence. Ils ont laissé derrière eux l'épave de l'autre véhicule, abandonnant les cadavres. Mais ils ont aussi été dépossédés de quelque chose, cette nuit-là. Parler d'innocence perdue serait trop romantique. Ils font partie de l'élite, qui prend sans remords, ni regrets. La culpabilité ne les concerne pas. Ce qui leur manque, c'est la capacité de jouir. Malgré les facilités que leur offre leur statut, ils ne ressentent plus rien. Incapables de communiquer, ils s'éloignent inexorablement. Chacun sombre à sa manière, tentant de retrouver un semblant de jouissance. Tous les moyens sont bons, et tant pis pour ceux qui croisent leur chemin. Ils ne sont rien de plus que des instruments dont la seule utilité est de satisfaire leurs désirs.

La Guerre est une fable sociale violente et nihiliste. En suivant un couple prêt à tout pour assouvir ses pulsions, les auteurs dressent un portrait au vitriol de la haute bourgeoisie, cette nouvelle aristocratie qui attise fantasmes et répulsion. Si la tristesse des corps peut rappeler Dans le jardin de l'ogre de Leila Slimani, c'est plus la vacuité existentielle de Brett Easton Ellis qui vient à l'esprit. Thomas Cadène compose un récit éthéré et elliptique que Loïc Sécheresse illustre avec un style brutal et vaporeux.

Le lecteur a parfois l'impression d'être coincé dans la descente cauchemardesque qui suit une fête trop débridée. Le problème, c'est que ce n'est pas une sensation qu'il n'a aucune envie de connaître, que les personnages de cette bande dessinée sont détestables dès la première page, que leurs actes sont inqualifiables et impardonnables, que les plaindre est la dernière chose qui pourrait traverser l'esprit et, qu'une fois le livre refermé, il est difficile de trouver cette histoire crédible. Elle n'est qu'un autre fantasme... celui d'une classe sociale dirigeante forcément criminelle. Malgré d'évidentes qualités graphiques et narratives, l'aspect vain et presque complaisant du récit inspire surtout la déception.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

La guerre

  • Currently 2.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 22/07/2021 à 07:58:09

    J'ai connu Cadène beaucoup plus inspiré. Cette lecture d'une femme toxique a été assez malsaine. Certes, il existe malheureusement des personnes qu'il vaut mieux fuir et ne jamais laissé entrer dans nos vies car ils n'ont aucune humanité et moralité et par conséquent peuvent vous détruire.

    La scène de départ est tellement commune d'un bon nombre de thriller que j'ai pu voir à tel point que je me suis demandé si j'avais déjà lu cette bd. Par ailleurs, la naissance d'un enfant fait figure de tâche dans un tel schéma de couple destructeur. Il y a également cette fin bâclée que j'ai eu du mal à comprendre. Bref, cela fait beaucoup de choses qui ne rend pas ce récit très crédible.

    Bref, nous aurons droit à Alice mais qui ne nous fera pas entrer au pays des merveilles bien au contraire. Alex va succomber petit à petit. La scène du sans-abris qu'il n'hésite pas à tuer pour se sentir plus vivant est d'ailleurs assez caractéristique de son changement qu'on n'avait pas vu venir.

    L'auteur a voulu mettre une certaine mécanique psychologique en place mais il a sauté certaines étapes. Par ailleurs, l'aspect graphique fait assez délavé pour donner de l'effet mais je n'ai pas apprécié plus que cela. En effet, le trait est dur et le graphisme « noir ».

    Bref, une BD pas très saine pour bobos en mal de vivre. Un peu comme le fantasme d'une classe dirigeante méprisant les gens au point de les tuer comme dans un jeu. Certes, on ne ressortira pas indifférent d'une telle lecture.