Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L e GPS égrène sa lente litanie de coordonnées. Comment la vie peut-elle éclore dans ce désert vieux comme le Monde ? Mais pas de doute, ils sont là, au nord de Toconao, par 23°10°20.960 de latitude Sud et 68°00°59.842 de longitude Ouest...

Délaissant temporairement l’image pour les mots, Mélanie Trugeon s’associe à Claire Malary, lauréate du prix Artémisia 2019 pour offrir, chez Actes Sud / L'an 2, un récit à l’écriture existentialiste et à l’esthétisme maîtrisé.

Jahel est ornithologue. Elle traque une balise, celle qu’elle a accrochée à un flamand rose andin, de ceux qui peuplent les bords de la laguna Cejar, rares taches de couleurs dans un pays de terres salées et de cieux à la pureté étoilée. Ici, le vivant affirme sa résilience sur une minéralité devenue encore plus hostile depuis que l’homme a décidé d’en extraire ce lithium qui git à fleur de sel. Jahel se perd et rencontre Ata, être austère et hypnotique à l’instar de l’Atacama qu’il hante. Ata s’impose tel une allégorie à la vie qui surgit là où personne ne l’attend, celle qui sait s’enfouir dans les sables afin de laisser passer la tempête et s’enfuir, une fois l’accalmie venue, pour errer un peu plus loin, quêter ce que la mort lui laissera pour subsister et refleurir à nouveau, ailleurs…

Pour sublimer les espaces désertiques comme les tensions existentielles, Claire Malary opte pour un dessin, au crayon, épuré lorsqu’il s’agit des décors, mais d’un réalisme torturé et noirci pour les corps. L’opposition entre le traitement graphique de l’immuabilité de l’inerte et celui de la fragilité de la vie attire et interroge, sans toutefois permettre d'en saisir toujours le sens. Car il y a ce qui est écrit, ce qui est dessiné, ce qui est compris, par bribes, et ce qu’il convient de deviner… conscient qu’il y a d’autres intentions derrière l’évidence des mots ou du trait.

Nommé pour le prix COAL 2019, Le désert d’Ata s’inscrit dans une démarche culturelle d’artialisation du paysage et d’intellectualisation de notre rapport à la Nature. Un choix qui demande cependant une certaine attention ou quelques prédispositions…

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le désert d'Ata

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.