Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Gun Crazy 1. Videodrone

12/04/2021 3916 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

L ’album Never Mind The Bollocks, Here's the Sex Pistols tourne en boucle dans l’autoradio cassette de la caisse de Dolly Sanchez et de Lanoya O'Brien. Ces filles chassent leur passé. Une fuite en avant ininterrompue guettant le coup du siècle, celui de demain peut-être. En attendant, elles animent leur parfaite plastique sur les scènes miteuses des bars d’autoroute pour engranger rapidement un maximum de blé. Elles se droguent en permanence et lorsqu’elles doivent calmer les ardeurs des étalons locaux, elles font jouer les barillets de leurs revolvers. Combien de fois ont-elles laissé des cadavres derrière elles. Peu importe, elles sont ensemble - recherchées par les autorités fédérales et toujours en couple, amourachées jusqu’à la mort !

En préambule, les jeunes auteurs Steve D et Jef délivrent leur intention en affirmant leur amour pour le courant cinématographique du nouvel Hollywood. Cette déclaration donne le ton. En effet, ce mouvement apparaît en 1967 avec le film de gangster Bonnie and Clyde d’Arthur Penn et meurt après la célèbre vague des neuf blockbusters de l’été 1982 (Rocky III : L’Œil du tigre, Mad Max 2 : Le Défi, The Thing, Tron, Conan le Barbare, Poltergeist, Star Trek 2 : La colère de Khan, Blade Runner, E.T., l’extraterrestre).

Sur le papier, cela se traduit donc par un road trip de deux personnages façon Easy rider de Dennis Hooper (1969). À l’identique de l’œuvre culte, les protagonistes découvrent une Amérique profonde, conservatrice et raciste. De sorte à exacerber le comportement agressif de ces redneck, le duo de créateurs optent pour des héroïnes issues de la communauté noire d’Alabama et de celle des latinos du Mexique. À l’instar des classiques Apocalypse Now (1979) de Francis Ford Coppola ou Voyage au bout de l’enfer (1978) de Michael Cimino, la guerre même « esthétique » déshumanise les soldats, abat les frontières qui séparent le Bien du Mal et provoque l’irruption de l’ultraviolence au sein de la société. Or, les belles pépettes sont également des vétérans de l’Afghanistan, balancées comme un automatique (qu’elles maîtrisent évidemment). Dès lors les notions de tolérance et d’ouverture sont balayées d’un simple revers de manche – le doigt sur la gâchette. Pan !

Ce patchwork de thèmes est exploité par une narration chorale. Un super-héros nazi, un vigilant tueur de cureton pédophile, un flic en mal de moral, le chien de Chuck Norris et les superbes mannequins se croisent brièvement, dialoguent au moins à une reprise et s’attendent en vue d’une conclusion (à paraître en mai prochain) que le spectateur espère aussi déconcertante que celle de French Connection (1971). N’y aurait-il pas un trop-plein d’influences ? Probablement, puisque le récit est tenu à l’égal d’une série B où le grotesque et la violence s’éloignent des grandes propositions de cinéma évoquées supra. Au milieu de ce fourre-tout déjanté et très sexy, les compères procèdent à un entracte afin de diffuser une page de réclame présentée par une speakerine. Plusieurs jaquettes de VHS se succèdent ainsi à la manière des étonnantes réalisations de l’artiste Steelberg. Cet énième clin d’œil à la contre-culture met astucieusement à l’honneur ce sous-produit, kitch et populaire. Bien vu !

A contrario du scénario qui oscille entre le chaud et le froid, la réalisation est constante en qualité. Jef possède un trait fin, parfois caricatural. Il déploie un certain nombre d’artifices graphiques, abordant notamment sa planche dans la largeur en cinémascope ou jouant des effets de distorsion de ses cadrages. Ces plans sont souvent construits sur des lignes de forces et sa caméra est renversée afin d’offrir des postures iconiques à ses comédiennes. Quelques vignettes s’inspirent opportunément de Moebius, sans égaler le maître, mais font bonne figure. D’autres, davantage rectilignes, rappellent le dessin de Kevin O’neill sur l’inénarrable Marshal Law. Au surplus, l ‘illustrateur ne néglige pas son décorum, que ce soient les étendues de l’ouest sauvage ou les intérieurs bondés des Diner. De temps à autres, l’expressivité des top-modèles laisse un peu à désirer et, malheureusement, le cadrage sensuel prend le pas sur celui qui, plus subtil, tend à susciter une émotion. Cependant, n’est-ce pas conforme au cahier des charges ?

Quant à la colorisation, elle fixe le récit dans la ligne temporelle de son hommage. L’utilisation des encres de couleurs ajoute un côté psychédélique, très flower power. Le tout est rehaussé et uniformisé par l’outil informatique, ce qui assure une douce continuité, à la fois immersive et détonante.

En résumé, Gun crazy dépeint les travers de l’oncle Sam à l’allure d’une balade survoltée sous amphétamine - les yeux écarquillés, le souffle court et les oreilles bourdonnant du son des canons !

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Gun Crazy
1. Videodrone

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (3 votes)

  • Jef
  • Jef
  • 04/2021 (Parution le 14/04/2021)
  • Glénat
  • Hors collection
  • 978-2-344-03850-5
  • 102

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 28/04/2021 à 11:03:05

    Il y a d’abord Lanoya et Dolly, belles comme le plomb, semant la mort dans les boui-boui crasseux de l’Amérique trumpiste. John Saint-Pierre verse lui dans la punition des méchants prêtres. Le truc de Superwhiteman c’est la purge des races inférieures. Le Sheriff Nolti enfin, se débat avec la notion de justice… Tout ce beau monde se dirige vers Vegas, cité du péché, pour une réunion… explosive!
    Les réjouissances avaient été lancées en 2018 par le génial Il faut flinguer Ramirez (et sa suite). Cette année on passe la quatrième avec un album plus classique mais encore plus déjanté avec le Valhala Hotel de Perna et Bedouel chez Comixburo (distribué par Glénat) qui nous amène à ce Gun crazy.
    Si vous avez déjà lu l’un ou l’autre de ces albums (sinon il faut vous dépêcher sous peine d’être blacklisté de ce blog!) vous connaissez la formule: des filles (lesbiennes si possible), des flingues (des gros et en grand nombre), des chicanos/nazis/rednecks au choix, une grosse dose d’humour troisième degré matinée de gore et d’explosions thermonucléaires (dans ces univers issu du ciné B la moindre balle provoque une déflagration de 15 pétajoules minimum) et une grosse louche de mauvais goût tendant vers l’immoral… [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/28/gun-crazy-1/