Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le masque aux mille larmes 2. Pour prix de mes tourments

29/03/2021 3194 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D ans un Japon de légendes où les conflits territoriaux sont incessants, Sadakïo a vu son mari mourir au combat. Tout n’est pourtant pas perdu, la croyance populaire veut en effet que le masque aux mille larmes puisse lui permettre de retrouver son bien-aimé aux enfers. Le moulage est conservé au château des Takedo, où elle est embauchée comme servante. Le seigneur des lieux devrait porter toute son attention sur une énième guerre de clans, mais il remarque la jolie veuve qui profite de ce privilège pour manœuvrer et s’approcher de l’objet convoité.

Avec Pour prix de mes tourments, David Chauvel conclut Le masque aux mille larmes, un diptyque présentant la métamorphose d’une femme. D’abord épouse modèle et soumise, elle prend en main son destin. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin dans son processus d’affirmation de soi, elle se venge avec fracas d’un monde qui l’a blessée. La conclusion, spectaculaire, s’inscrit habilement dans la mythologie nippone.

Cette trame narrative n’est pas inintéressante. Le lecteur se demande néanmoins si les considérations géopolitiques apportent beaucoup au propos. Il a d’autre part l’impression que le scénariste ne sait trop que faire de Masamura. Fidèle compagnon de la jouvencelle pendant tout le premier acte, il est réduit au rang de gladiateur dans le second. Certes, ces récits secondaires illustrent l’omniprésence de la violence de la société ; ils parasitent cependant l’intention de cette courte anecdote.

Le dessin réaliste de Roberto Ali est à la hauteur du projet. Les décors sont réussis et les monstres tout droit sortis du pandémonium apparaissent terrifiants. Les expressions des acteurs sont toutefois moins convaincantes, il y a du reste quelque chose d’inabouti dans les émotions présentées sur les visages, et dès qu’elles quittent l’avant-plan, les figures sont rapidement exécutées.

La composition des planches se révèle audacieuse, l’artiste change constamment le rythme, notamment en faisant se succéder les plans très larges et très étroits. Ces cases allongées, à la verticale comme à l’horizontale, favorisent les points de vue rapprochés, par exemple pour explorer les traits d’un personnage ou encore mettre en évidence un détail d’une scène particulièrement glauque.

Bref, qu’on se le tienne pour dit, il ne faut pas badiner avec le purgatoire.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le masque aux mille larmes
2. Pour prix de mes tourments

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.