Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les gens de rien 1. Jusqu'au printemps

22/03/2021 2154 visiteurs 6.0/10 (1 note)

M arie et Louise sont inséparables. Alors que la première se méfie des hommes, la seconde veut des enfants ; elle se trouvera un mari qui lui en fera quatre. Bien qu’il soit connu que l’amour brise les amitiés, les deux copines resteront liées. La célibataire embrasse la carrière d’enseignante au primaire et travaille invariablement avec des gamins âgés de sept ans, ceux qu’elle préfère. Elle n’a jamais rencontré l’âme sœur, s’en est d’abord désolée, puis a pris goût à cette existence solitaire ponctuée d’amants de passage. Alors qu’elle est septuagénaire, Charles Masson, un oto-rhino-laryngologiste qui est également bédéiste, lui diagnostique un cancer de la gorge.

Au départ, le narrateur apparaît omniscient et le lecteur ne lui prête pas vraiment attention. Dès le deuxième acte, lequel correspond au début de la maladie, le propos se révèle celui du médecin. L'histoire n'est d’ailleurs plus vraiment celle annoncée. Fondamentalement, à travers le portrait d’une femme, il parle de lui, de sa pratique et des relations, parfois distantes, entretenues avec les malades.

Le cycle constitue le cœur de ce projet. Au premier chef celui des saisons. L’été coïncide avec la fin de la relation fusionnelle entre les amies, l’automne au verdict médical, l’hiver au combat pour assurer la survie du personnage central jusqu’à l’exact moment du solstice. En apparence libre, elle se rassure par un certain immobilisme : ne pas s’engager affectivement, systématiquement enseigner au même niveau… célébrer les premiers froids devant un traditionnel plat d’andouillettes servies dans un bouchon. Bref, sa vie ressemble à une série de recommencements rassurants.

Le coup de crayon de l’artiste se montre sympathique. Les comédiens sont presque schématiques, aisément reconnaissables à leur coupe de cheveux ou à leur tenue vestimentaire ; par exemple, tous les tricots, maillots ou robes de l’héroïne sont de la couleur des coquelicots. Le dessinateur soigne davantage ses décors, particulièrement ceux des quartiers lyonnais. Le livre adopte en bonne partie la bichromie, avec une abondance de rose et de rouge. Ironiquement, le printemps, qui marque le crépuscule, propose une déferlante de teintes.

Un récit tendre, au sens noble du terme.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les gens de rien
1. Jusqu'au printemps

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.