Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Quetzalcoatl 6. La noche triste

22/09/2005 9237 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

M exique, an de grâce 1519. Pour se venger de l'empereur Moctezuma qui a fait sacrifier tous les siens, Maiana Xochitla parvient à rejoindre Ortez et ses quatre cents Espagnols pour les guider au delà des hautes sierras mexicaines vers la capitale Aztèque afin qu'ils la détruisent.

Mitton est loin d’être un amateur en ce qui concerne les séries historiques. Après avoir fait largement ses preuves sur des séries comme Vae Victis, Attila… mon amour ou Chroniques barbares, Mitton nous donne à nouveau la preuve de son talent avec cet avant-dernier numéro de sa série racontant la conquête de l’Empire aztèque par les Espagnols. Sa retranscription d’aventures historiques se caractérise généralement par une démystification de l’Histoire avec un grand H et par une retranscription de la nature humaine sans fard ni artifices.

Démystification, parce que Mitton part du postulat que l’Histoire officielle n’est que, selon ses propores termes, vérité remaniée dans une intention moraliste et fondatrice. Mitton décortique ainsi avec adresse les récits officiels pour nous montrer comment aurait pu se passer la conquête du Mexique par Cortez, enlevant aux protagonistes leur aura mythique que leur confère leur statut de personnage historique. Mitton y arrive d'autant mieux qu'il humanise au maximum ses personnages même si ceux-ci n'en ressortent pas grandis : l’Histoire s’est faite dans le sang par des hommes et des femmes aux caractères impitoyables et sans réelles onces de pitié. Ainsi dans ce récit, personne n'est épargné: ni les Aztèques avec leurs coutumes cruelles, ni les Espagnols avec leur soif de l’or ni même l’héroïne de cette aventure, poussée par une soif de vengeance gorgée de sang.

Tout en offrant une aventure palpitante loin d’être académique et soporifique, Mitton nous présente une peinture sans concessions et hyper-réaliste de ce pan d'histoire. Moins poussé sur le sexe et le sang que les précédents albums, La Triste Noche est servi par un dessin sans reproches et décrivant avec maestro la période de la Conquistad. Le dessinateur reste ici égal à lui-même à savoir une retranscription fidèle de l'époque mais aussi une tendance à employer le même modèle pour tous ses personnages féminins.

Par cet avant-dernier numéro, Quezalcoatl continue à remplir le contrat de toute bonne BD historique : divertir le lecteur tout en l’enrichissant sur l’Histoire avec un grand H.

Par A. Legrain
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Quetzalcoatl
6. La noche triste

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Marion N Le 09/09/2005 à 22:42:00

    Un bon tome qui nous amène doucement vers le dénouement. Maiana continue sa confession après avoir subi la question. Cette fois-ci elle affronte Cortés, le "teutl" suprême des "dieux blancs" venus de la mer. Comme toujours, elle use de ses charmes pour survivre tout en restant fidèle à elle-même et à ses espoirs. Elle devient dans ce tome la fameuse et très controversée doña Mariana. Mitton nous offre une vision toute autre de la marche des conquistadors sur Tenochtitlan, moins glorieuse que dans les livres des auteurs de l'époque.
    J'attends impatiemment le dernier tome et le dénouement. Quand sera-t-il du fameux trésor ?

    grimm Le 31/08/2005 à 22:43:39

    Le cycle touche à sa fin. J'ai bien apprécié ce tome, plus historique peut-être que les autres, et moins sexe et sang. On y voit Cortes beaucoup moins flamboyant que dans l'histoire officielle